Locuteurs France Inter

Locuteurs, présentateurs, journalistes de France Inter.

On trouvera ici une liste alphabétique de « locuteurs France Inter », c’est à dire de personnes qui parlent régulièrement à l’antenne. Sont relevés leurs caractéristiques, et d’innombrables citations.

Certains de ces locuteurs sont évoqués dans une page spécifique dont le lien est indiqué près du nom du locuteur.
Lien vers la page consacrée à la radio France Inter dans son ensemble

Fabrice Abgrall

Intervient pour les sports.

Tics de langage.

Il est de service au tournoi de tennis de Rolland Garros en 2017. Il commence au premier jour de manière tonitruante: « Breique, débreique, rebreique, faire le breique, débreiquer », mots incompréhensibles, que lui-même ne peut pas définir, systématiquement scandés en bordée lors du compte rendu d’un match de tennis, peu importent le match et son résultat final, l’essentiel est qu’on prononce au moins l’un de ces mots pour tenter de montrer qu’on appartient à la « race de ceux qui savent le tennis »…
Le lendemain de la publication de ce signalement il rentre dans le rang et supprime ces mots de ses comptes rendus.
Il se rattrape les 5 et 7 juin 2017 dans le journal de 19 h (elle a fait le breique).
« Ouais, ouais » en généreuse bordée le 4 juin 2017 après 19 h 15.
Le 7 juin 2017 après 14 h, du stade Rolland Garros, il présente le match entre la Française Caroline Garcia et la Tchèque Karolína Plíšková comme un moment important « du tableau masculin »…

Citations:

« Oui me beuh le donne » (il doit s’agir de Wimbledon), après 13 h le 22 avril 2017. Il n’est pas le seul à faire cette faute à l’antenne, loin de là!
« Caroline Garcia a joué dans la filière de la Tchèque » (7 juin 2017 après 19 h).
« L’Autrichien a déjoué. » ( On attend toujours le complément d’objet du verbe déjouer, 10 juin 2017 après 7 h 30 ).

Raymond Albouy

Un homme de l’ombre: http://www.dailymotion.com/video/x21dzrv_raymond-albouy-presente-le-dispositif-technique-de-radio-france-sur-le-tour-de-france_sport
On notera le remarquable travail de la main droite pendant cet enregistrement vidéo, de ses deux doigts mimant la variante anglaise du doigt d’honneur, et, en apothéose, le tracé, par un seul doigt, d’une ellipse d’excentricité 1/2 censée reproduire une trajectoire d’avion…
Le 23 mars 2017 son nom est cité furtivement à propos du récent attentat de Londres dans le quartier de Westminster durant le journal de 13 h.

Sophia Aram

Intervient de temps en temps le matin entre 7 h et 9 h en semaine.

Citations:

« J’ai pas le zéro six de Donald Trump » (le 27 février 2017).

Claude Askolovitch

A partir du 28 août 2017 il présente la revue de presse du lundi au vendredi, à 8 h 30, sauf durant la période estivale.
Contrairement à ses prédécesseurs il est ponctuel et il se présente à l’heure précise du début de l’émission.
Sa première revue de presse, le 28 août 2017, commence par un énorme « Ouais », par là il entend signifier à Nicolas Demorand (dont le seul rôle consiste à le harceler en permanence, au moyen d’aboiements courts et secs, durant toute la durée de cette revue de presse) qu’il est assez grand pour parler tout seul et n’avoir de compte à rendre à personne…
Et au fil des jours il réussit en effet à s’imposer, à dominer et pratiquement réduire au silence N. Demorand, à lui supprimer toute billevesée aboyée. Il redonne peu à peu à cette revue de presse matinale le sens original qu’elle avait perdue sous les coups de boutoir de Bruno Duvic et d’Hélène Jouan lâchant leurs propos orduriers et interlopes à l’adresse d’un auditeur réduit au rôle du mur qui reçoit l’urine d’un caniche. Il cite même, et en entier,  les noms des médias écrits qu’il évoque.
Cette embellie ne dure pas, peu à peu l’heure du début de sa revue de presse est décalée de plusieurs minutes et sa durée est raccourcie, finalement cette émission est marginalisée et repoussée à 8 h 45 pour laisser la place à un « grrrrand entretien » de 8 h 20 à 8 h 45.
Le 19 mars 2018 il dénonce un étourdissant silence médiatique au sujet de violences sexuelles et de réduction à l’esclavage commises depuis de longues années par des personnes issues de l’immigration indo-pakistanaise dans la ville britannique de Telford, il est ensuite accusé de fourberie et de duplicité par certains de ses confrères lesquels estiment qu’en réalité il était lui-même parfaitement au courant.

Citations:

« Le Président Macron a choisi comme chien un labadore », « un idéalisme un peu pompier » (le 29 août 2017 après 8 h 30).
« Neymar avait traité de hi rôt des pouta » (le 19 septembre 2017 après 8 h 30).
« Des tarifs l’eau qu’hausse te » (le 25 septembre 2017 après 8 h 30).
« Sale con! », « … a décidé de le blaque lister » (le 25 octobre 2017 après 8 h 30).

Denis Astagneau

C’est un des journalistes les plus consciencieux, objectifs et respectueux de la langue française de la radio France Inter. Il est capable de parler correctement de sujets scientifiques, et d’aborder le domaine de l’automobile sans haine et sans parti pris foncièrement hostile, ce qui est plutôt rare à cette antenne…

Corinne Audouin

Intervient au sujet d’enquêtes judiciaires.

Citations:

« Dans un monospace vitre opaque » (journal de 13 h, 4 août 2017).

Franck Ballanger

Intervient pour les sports.

Citations.

« Il sera scruté, zieuté,… » (le 13 juin 2017, journal de 19 h).
« Il est en tête hein » (le 11 août 2017, journal de 19 h).

Carine Bécard

Le 2 février 2017 elle interrompt plusieurs secondes son journal de 13 h après avoir dit « sauf que » sans arriver à terminer sa phrase. Idem le 15 février 2017 dans le journal de 13 h.

Elle est associée à l’organisation du prix littéraire « le prix du livre Inter ».
A ce titre elle s’exprime le 7 février 2017 après 7 h 40, et résume toute l’affaire dans cette déclaration somptueuse: « c’est des très jolis moments ». (Sic).

Olivier Bénis

Le 30 juillet 2017 à 8 h 30 il rivalise avec Bruno Duvic en présentant une « revue de presse » aussi immonde qu’interlope, extraits :
« Il ne voulait pas se reprendre une nouvelle basse tôt ce », « les jeunes militaires français ont le blouse », « remplacer les nombreux feu que et feu qui ne par effe oueurde », « je n’essaie pas de me sucer la bite ».
Il enchaîne par un copieux enregistrement sonore en langue anglaise durant lequel il ne fait strictement rien, tout en étant rémunéré…, et il conclut en assurant une généreuse promotion de la société Pernod Ricard et de sa drogue « morito ».
Le 4 novembre 2017 il  est en extase après 13 h en scandant « Julien Ben Thau, Julien Ben Thau », le même jour à 19 h il évoque le même joueur de tennis « Julien Benneteau »….
Le 29 avril 2018 après 19 h, il enchérit sur une citation de Frédéric Bourgade (membre du trio de choc de Toulouse « à l’heure de la paix rôt »), pour lancer « les cachuètes à paix rôt pour les humains ».

Objets d’adoration:

« Un buttedezlatanne » (sic).
Tout match de football impliquant le club de paris Saint-Germain.
Zlatan Ibrahimovič.

Citations:

« C’est mieux qu’un simple cartable peau ké monne » (« revue de presse » le 22 juillet 2017).
« De quoi faire manger son chapeau ou à défaut sa chevelure blonde » (le 4 novembre 2017 après 19 h).

Laétitia Bernard

Le 12 février 2017 vers 8 h 15 elle présente le journal des sports avec une lourde promotion insistante du sport féminin, en particulier du rugby féminin, thème qui revient régulièrement à l’antenne. On oublie complètement à cette occasion des sports comme l’équitation (dressage, saut d’obstacles, concours complet), le biathlon, le ski, le tennis, la danse, le patinage, la gymnastique…

Philippe Bertrand

Il intervient à 12 h 30 du lundi au vendredi avant, puis après le jeu des mille francs (ou mille euros) de 12 h 45, dans une émission nommée « carnets de campagne ». Il y dialogue avec des personnes domiciliées n’importe où sur la planète en dehors de la commune de Paris.
Il est particulièrement généreux en raclements de gorge lorsque ses invités s’expriment, c’est à dire disent n’importe quoi pourvu que les mots ou expressions suivants reviennent avec insistance dans la conversation : « économie sociale et solidaire, solidaire, lien, créer du lien, partage, acteur, acteur de ruralité, porteur de projet, développement durable ».
Le 10 mars 2016, un maire de la municipalité  de Tramayes (département de Saône et Loire) dialogue avec Philippe Bertrand. Il justifie le fait que les rues du bourg ne sont plus éclairées pendant une partie de la nuit par plusieurs arguments dont le suivant: « dans une rue éclairée un cambrioleur peut utiliser ses deux mains pour opérer ses méfaits, alors que dans une rue non éclairée un cambrioleur ne dispose plus que d’une main utile pour ses méfaits car l’autre main tient une lampe de poche »… Ce très grand moment de radio est rigoureusement censuré sur le site Wikipédia de la commune de Tramayes.
Source, à partir de 9 mn 30 s: https://www.franceinter.fr/emissions/carnets-de-campagne/carnets-de-campagne-10-mars-2016
Le 14 février 2017 Philippe Bertrand présente un site Internet dans une bouillie, un jargon et un salmigondis incompréhensibles pour ceux qui n’ont pas le texte sous les yeux, bouillie dont il émerge plusieurs fois les mots gang et gangster, il présente alors ses excuses pour ces mots anglais…
Le 24 février 2017 il bafouille en fin d’émission, et s’excuse par ces mots: « je suis un peu perdu dans ces mois qui sont courts »…
Tous les vendredis vers 12 h 45 il est en extase (il en bafouille le plus souvent) devant des techniciens « qui l’ont suivi toute la semaine », la semaine est donc bien courte pour cet homme…

Expressions favorites

« Envoyez-nous vos caffetages », du moins c’est ce qu’on entend, à l’auditeur de se débrouiller…

Citations

« On est preneur d’un faux en provenance de Belgique et du Nord » (le premier mars 2017).
« Les techniciens ont la beurrée » (vendredi 17 mars 2017 vers 12 h 45).
« Nous nous dirigeons à la Bourse » (au lieu de vers la Bourse, le 30 mars 2017 avant 13 h).
« Paraît-il que les cocottes aiment Mozart » (le 26 juin 2017 à 19 h 20 il coupe brutalement l’antenne de France Inter pour placer cette perle littéraire et annoncer qu’il remettra ça demain vers 12 h 30…)

Bafouillages

Lorsque la liaison avec la Bourse est en panne juste avant 13 h, il ne peut que donner la valeur de l’indice Cac 40, il est incapable de donner quelques évolutions précises de valeurs malgré tous les moyens techniques dont il dispose.

Systématiquement juste avant 13 h, après les informations boursières, au lieu d’annoncer le journal de 13 h, dans un galimatias haché et trépidant il se trompe d’une demi-heure et annonce l’émission de 13 h 30.

Le 28 août 2017 avant 13 h et avant les informations boursières, il décide que le mot cahier peut être prononcé « cas hiè », notamment dans la région de Lyon, comprenne qui pourra…

Thomas Biet

Intervient en complément.
Il présente la « revue de presse » à 8 h 30 le 11 février 2017, sous le harcèlement incessant de Patricia Martin qui le coupe au moins quatre fois… il subit sans se rebiffer.
Il la présente de nouveau le 12 février 2017, avec une minute de retard pour commencer, il aligne les phrases monocordes en accéléré, généreusement coupées par Patricia Martin d’un ton comminatoire au débit accéléré, comme si elle était avide de zébrer l’arrière-train de sa monture docile et amorphe de coups de cravache toujours plus violents…

Citations

« De la musique toujours dans lit baie », « dans son inne terre viou », « les vieux cons d’mon espèce », « l’envie de maidinnefranceculturelle » (11 février 2017 après 8 h 30).
« Elle y constate que le silence est devenu le qui Noah spirituel des beaux beaux sur-connectés un Graal qui fait aujourd’hui fantasmer… », « son auto-hypnose messianique », « faut-il l’ail ké »,  (le 12 février 2017 après 8 h 30).

Frédéric Bourgade

Membre du trio de choc qui officie à Toulouse et intervient intempestivement à l’antenne de la radio nationale sur des sujets d’intérêt national pour des entretiens réalisés dans la région de Toulouse.

Citations.

« A l’heure de la paix rôt » (le 29 avril 2018 après 19 h).
« Un étudiant en sociaux »
(le 30 avril 2018 après 13 h).

Sonia Bourhan

Citations.

« Ce sont les enfants du baie bi boume des années deux mille » (Le 13 juin 2017 dans le journal de 13 h).

Frédéric Carbonne

Il intervient souvent depuis les États-Unis d’Amérique.
Il termine  systématiquement ses interventions par « Washington » (ou un autre lieu où il déclare se trouver), première longue pause pour reprendre des forces, « Frédéric Carbonne », seconde longue pause pour reprendre ses esprits et des forces, « France un terre ».

Antoine Chao

Léo Chapuis

Le samedi 19 avril 2014 il dirige un « journal » de 13 heures entièrement consacré à l’affaire de quatre journalistes français tout juste libérés après dix mois de détention dans le nord de la Syrie. Il bavarde avec Serge July (qui fait d’ailleurs remarquer que tous les les journalistes français détenus ont été libérés et qu’il est souhaitable que cela continue, ce qui sous-entend que les journalistes seraient des êtres humains supérieurs aux autres), ensuite il va jusqu’à téléphoner à des confrères de la radio Europe 1 pour bavarder avec aux, et enfin, le comble, il appelle un confrère à Donetsk pour bavarder encore avec lui sur cette affaire au lieu d’évoquer la situation en Ukraine comme c’était prévu. Il conclut en signalant que ce journal était « largement consacré à la Syrie » (sic!) , non, il a été totalement consacré à des bavardages entre journalistes à l’insu de l’auditeur.

Pascale Clark

Le 2015 elle perd son statut de journaliste professionnelle, sa carte de presse n’est pas renouvelée car elle est rémunérée en qualité de productrice sous le statut d’intermittent du spectacle et l’émission qu’elle présente sur France Inter, « alive » ne présente pas le caractère d’une émission d’information.

Patrick Cohen, le justicier de 8 h 20.

Une page spécifique lui est consacrée, cliquez sur ce lien:

http://axel-bergeron.fr/index.php/medias/radio-france-inter/patrick-cohen-justicier-de-8-h-20/:

Philippe Collin

Présent le dimanche soir avant 19 h, avec un ton de voix haletante en perpétuelle extase, le paroxysme est atteint devant un certain Marco Mutel, un homme de l’ombre abondamment cité avant 19 h.

Tics de langage.

« Salut et fraternité! »
« Vous écoutez France Inter et vous avez bien raison! »

Tic de langage favori: « vous écoutez France un terre, vous avez bien raison ».

Le 26 février 2017 il annonce avant 19 h un journal des sports à 19 h 15 dirigé par Michel Gourdain, et c’est finalement Xavier Monferran qui arrive à cette heure-là…

Aurélien Colly

Citations:

« Les derniers secrets du chez goué vara » (après 8 h 30, le 27 juillet 2017).

Marcos Darras

Un homme de l’ombre.
En juillet 2017 il sert de chauffeur (d’une motocyclette BMW) à Fanny Lechevestrier qui suit le « Tour de France cycliste ».
En octobre 2017 il est localisé au Bengladesh, avec Julie Piétri.

Yves Decaens

S’exclame volontiers « Allez » ou « allez pour finir » lorsqu’ approche l’heure de la fin du journal, l’heure de la délivrance en fait, le moment propice pour faire du remplissage et lâcher quelques bonnes billevesées!
Exemple, le 25 décembre 2016, après 13 h « allez, un peu de pipolle pour finir ».
Le 26 février 2017 durant le journal de 19 h il assure une large et généreuse promotion de la consommation de bière, puis il annonce qu’on n’est plus » qu’à quelques semaines de Rolland Garros » et en effet il ne lui reste que douze semaines avant le tournoi (début le 22 mai) pour faire les provisions de bière..

Prises de position politiques.

Le 3 octobre 2017 après 13 h il bavarde pendant plus de cinq minutes en insistant lourdement avec un invité dans le seul but de nous faire part de son désaccord avec la législation relative aux armes aux USA.

Citations:

« Au nom disons-le comme ça de la gauche classique » (le 19 décembre 2016 après 13 h).
« Le parc naturel des Grandes Causses » (21 janvier 2017 après 19 h).
« Qui veut inverser la courbe tiens tiens » (25 février 2017, journal de 19 h).
« Le pire du pire des oscars » (26 février 2017, journal de 13 h).
« Dans le taupe quatorze », « La droite populiste sœur phe » (12 mars 2017, journal de 19 h).
« Une belle ex peau » (18 mars 2017, journal de 13 h).
« Dans deux mois ce sera les vacances » le 23 avril 2017 après 13 h…
« Leur kautche! » (hurlé, le 4 juin 2017 après 13 h).
« Un nouveau patron pour les flics de France » (journal de 13 h, 3 août 2017).

Éric Delvaux

Prises de position politiques.

Le 10 septembre 2017 juste avant 7 h il déclare « …même Le Pen », trahissant là son aversion personnelle pour le parti nationaliste…

François Degois

Elle fut le numéro deux du service politique de France Inter pendant dix ans, avant de devenir à temps plein, en 2009, conseillère de Ségolène Royal « chargée d’appliquer les politiques de civilisation » (sic) (au Conseil régional de la Région du Poitou et des Charentes), non sans avoir fait auparavant à de multiples reprises en filigrane la promotion de Ségolène Royal à l’antenne…
On la retrouve discrètement proche du Président Macron en avril et mai 2017 par le biais de l’agence de communication « L’agence citoyenne », qu’elle a fondée avec Alexandre Godin chargé de la communication du mouvement « En Marche! » dans le département de la Vienne.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2017/03/28/Alexandre-Godin-de-Hollande-a-Macron-en-passant-par-Royal-3048503

Nicolas Demorand ou le camelot littéraire, l’enflure du verbe alliée à la vacuité de la pensée.

Entre août 2006 et juin 2010 il présente une émission matinale, à horaires variables couvrant au moins la période de 7 h à 9 h.
En 2007 (dates à retrouver) il hurle l’heure qu’il est à Buenos-Aires, il coupe d’un aboiement sec la revue de presse en son milieu pour donner l’heure française, il passe plus de temps à dire ce qu’il va dire plus tard qu’à dire ce qu’il a à dire sur le moment, et après chaque revue de presse il tombe dans une gigantesque lessiveuse métallique en tambourinant sur ses parois comme un dément (du moins c’est ce que l’auditeur entend…). Je signale ces faits à la rédaction par lettre postale le 11 juin 2007, aussitôt les bruits de lessiveuse disparaissent.

A la rentrée 2015 il est souvent présent à l’antenne de 18 h à 20 h du lundi au jeudi, et le dimanche en mi-journée.

Le 15 février 2017 il commence à parler à 18 h, sur fond de tintamarre généreux, il claironne haut et fort le nom de son invité: Jean Viard (du CEVIPOF) et assure la promotion de son livre « quand la Méditerranée nous submerge », aux éditions de l’Aube (maison d’édition fondée par Jean Viard lui-même).

Le 22 juin 2017 à 19 h 20, avec des termes teintés de mépris et de haine, il accuse son confrère Alain Passerel d’avoir des trous de mémoire et l’incite à davantage d’activité sexuelle pour y remédier. Il s’abstient en conséquence de paraître lors de la cérémonie marquant la fin du dernier journal d’Alain Passerel le 28 juin 2017 vers 13 h 30.

Du 21 août au 26 août 2017 il revient par effraction de 7 h à 9 h pour confisquer l’antenne à Pierre Weil qui animait la période de 6 h à 9 h pour l’été 2017, du lundi au vendredi. Durant ces cinq jours il exige de ses invités une seule qualité: avoir écrit au moins un livre de façon qu’il puisse assurer la promotion de ce livre d’une voix claironnante.

A partir du 28 août 2017 il commande, avec Léa Salamé, la période de 7 h à 9 h du lundi au vendredi.

Le 28 août 2017 il invite Leïla Slimani à 8 h 20 et commence dès 7 h, par une déclaration tonitruante, la promotion de son livre « sexe et mensonges, la vie sexuelle au Maroc », promotion qui sera martelée avec frénésie tout au long des deux heures. Lors de l’entretien on se sert de ce livre exclusivement pour dénoncer la condition (pas seulement en matière de sexe, mais en général) de la femme au Maroc, on  pratique ainsi une remarquable et minable discrimination à l’égard des hommes au Maroc dont on passe sous silence la pauvreté de la vie sexuelle, notamment pour les jeunes, et, une fois de plus, on rate complètement l’occasion d’aborder le thème de la circoncision forcée, c’est à dire l’excision masculine.
Finalement le bilan de cet entretien est affligeant.

Techniques d’entretien.

Lors de ses entretiens avec des tierces personnes, il leur coupe systématiquement la parole pour placer

Quelques tics de langage et expressions favorites:

« On va faire tourner la parole », « un tour de parole ».
« Vous entendez les taupes » (pour annoncer que son chronomètre indique un prochain changement d’heure).
« Merci d’écouter un terre », « Vous écoutez un terre ».

Zoophilie.

« Le fesse bouc l’ail veut » (propos répété avec obsession).

Plagiats.

Le 26 juin 2017 après 19 h 20, pour présenter l’émission « le téléphone sonne », il récite tel quel le titre de l’article du Monde électronique du 22 juin:  » Jeux olympiques 2024 à Paris : des adversaires inaudibles ».

Lien vers cet article (Le Monde)

Citations.
Remarque générale : l’enflure de son verbe est proportionnelle à la vacuité de sa pensée.

Le 22 janvier 2017, après 13 h 15 il lâche un retentissant « papa papa pas pape! » pour couvrir toutes les autres voix.
« Vous nous appeliez des Haute-Marne ? « (le  6 février 2017 après 19 h 20).
« Les snobs adorent dire relire Proust » (le 15 février 2017 vers 19 h 20 dans le salmigondis à deux voix de la fin du journal de 19 h).
Le premier mars 2017 à 19 h 20 il congédie Sébastien Paour par ces mots: « A demain ma p’tite poule ».
« Et concrètement ya koi dans les tuyaux? », « un micro mot sur cet édit haut » (avant 19 h, le 26 avril 2017).
« Les flux migratoires sont indexés sur les changements climatiques » (le 4 juin 2017 après 13 h 15).
« Vous êtes hippopétivaudéductif » (même jour, même heure).
« Un néo-suffrage censitaire » (12 juin 2017 après 19 h 20).
« Le dix-huit vingt c’est votre rendez-vous un faux » (Le 13 juin 2017 avant 13 h)
« On est passé à ça d’un évènement très grave » (Le 3 octobre 2017 après 8 h 20).
« Pour les ptigars« , « c’est aux parents à gérer », « je suis obligé d’enlever mes lunettes » (le 27 novembre 2017 entre 8 h 20 et 8 h 50).
« Est-ce que, comme le sous-tend Éric Ciotti il faut une guerre idéologique? » (le 26 mars 2018 après 8 h 20).
« Ya pas une tentation d’antagoniser le dialogue social? » (le 7 mai 2018 après 8 h 20). Antagoniser signifie
Opposer deux choses, deux personnes ou deux concepts, on ne peut pas antagoniser un seul concept…

Clara Dupont-Monod

Le 25 février 2017 après 19 h 20 elle commence une émission consacrée à un écrivain par une vigoureuse promotion de la consommation à volonté d’alcool, de cannabis, de LSD, d’opium et de la pratique du jeux sexuels sans aucune limite, tout cela est présenté comme nécessaire à tout écrivain; c’est à dire qu’une personne qui n’a pas ce mode de vie ne peut pas être qualifiée d’écrivain. S’en suit une présentation plus spécifique de l’opium.

Bruno Duvic, l’obscénité à 8 h 30.

Une page complète est consacrée à Bruno Duvic, un homme étrange qui ne peut pas bien finir :

http://axel-bergeron.fr/index.php/medias/radio-france-inter/bruno-duvic-lobscenite-a-8-h-30/

La suite ci-dessous est incluse dans cette page.

De septembre 2009 à juin 2015 il a régulièrement présenté la « revue de presse » à 8 h 30 du lundi au vendredi. Systématiquement il commence avec un retard d’au moins une minute sans s’excuser, puis ça siffle, ça hurle, ça couine, ça pète, ça piaille, ça défèque, ça copule. Six années ponctuées de propos orduriers ou interlopes, de scatologie, de barbarismes, de solécismes, d’immondes phagocytoses de français et d’anglais, d’enregistrements audio venus d’on ne sait où…

Extraits:
Le 20 décembre 2012 : « espèce de ptite pédé … de la merde ».
Le 30 août 2013 : « suceur de merde; 50 ans jour pour jour que Pommier en a fait son miel avant 8 h; ça nous emmerde mais c’est comme ça; dekoiçfairedesnœuds au cerveau çouikennede ».

Voici un enregistrement vidéo pour illustrer la façon dont l’auditeur est traité pendant une « revue de presse » de cet homme.

DR (droits réservés)
Ce même homme est doté d’une bonne culture générale, il s’est illustré au Jeu des mille francs en atteignant le banco et en échouant ensuite sur la liste des quatre îles du département de la Charente Maritime (Oléron, Ré, Aix et aussi l’île Madame qui lui a été fatale).
Il s’est illustré magistralement le 12 décembre 2012 en présentant une revue de presse entièrement en vers :
https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-12-decembre-2012

Il dirige à partir de septembre 2016 de temps à autre le journal de 13 h. Expressions, extraits, particularités.

Son journal se décompose en plusieurs séquences toujours similaires: en médium une information générale à thème, sur montée tonale une localisation particulière pour illustrer, un appel à l’aide dans l’aigu à un confrère (dont on ne parvient pas toujours à comprendre s’il est en direct ou en différé) pendant lequel il reprend son souffle, se racle grassement la gorge, lâche une onomatopée, puis une reprise d’antenne où il débite de plus en plus rapidement et inintelligiblement une bordée de disparates billevesées du jour, et enfin un tonitruant coup de gong tibétain retravaillé à la pédale wah-wah…
A la suite de ce signalement, à la mi-janvier 2017, il adopte une méthode de présentation beaucoup plus traditionnelle et neutre.

Il pratique assidûment la modulation de tonalité, à la manière d’une sirène d’alarme d’habitation, agrémentée de temps à autre d’un saut à l’octave supérieure suivi d’un long silence. Ainsi le 28 décembre 2016 « dans toutes (hurlement à l’octave, puis silence) les régions », le 2 janvier 2017 « l’économie française se porte un (hurlement à l’octave suivi d’un silence terrifiant) ptipeumieu », le 3 janvier 2017: « dans un autre (hurlé) domaine », le 9 mars 2017 « mais dans les toutes (hurlé) dernières minutes », le 10 mars 2017 en s’adressant à Jérôme Garcin: « vous aviez la trouille (hurlé) ».

Il pratique volontiers le double raclement de gorge réitéré à une fréquence moyenne de 0,1 Hz, ainsi le 28 décembre 2016 pendant qu’une consœur explique la propagation de l’épidémie de grippe…

Lorsqu’il précise la position exacte d’un lieu, il aligne des mots en débit saccadé dans un jargon incompréhensible pour les non initiés.
Exemple: « Pearl Harbour, archipel d’Hawaï, océan pacifique » (après 13 h le 27 décembre 2016).

Le 2 janvier 2017 il découvre avec plusieurs années de retard le calendrier scolaire 2016 2017, il s’étonne du fait que ce jour est un jour de congé, et que « les parents ont les ptis dans les pattes » (sic).
Le 26 janvier 2017 il est fortement excité à l’occasion de l’arrivée du navigateur Francis Joyon au port de Brest, l’auditeur a droit à un reportage ponctué en fond sonore par d’innombrables hurlements et coups de feu, et cet animateur conclut en citant une dépêche d’agence signée Philéas Fogg félicitant le navigateur…
Le 23 février 2017 il lâche une très longue bordée cadencée de « ouais » en écoutant son invité lors du journal de 13 h.
Le 24 février 2017, à la fin du bulletin de prévisions météorologiques il hurle « le houikènede, le houikènede! »

Il montre par là clairement que la seule chose qui compte pour lui est de terminer au plus vite le journal et qu’il vraiment n’a rien à faire de l’auditeur…
Le 28 février 2017 il ouvre le journal de 13 h par des lamentations : « qu’est-ce qui fait le succès de Marine le Pen? », « pourquoi les affaires n’ont pas de prise sur elle pour le moment »… Il invite à ce sujet un « politologue », Jérôme Fourquet, directeur du département « opinion et stratégies d’entreprise » de la société IFOP, extrait de la conversation :
« Marine le Pen a cette propension à gratter sur l’électorat de droite » (B. Duvic)
« …si d’aventure elle ne serait pas … » (J.Fourquet)
(au lieu de …n’était pas…)
B Duvic conclut la conversation en assurant la publicité du dernier livre de J Fourquet, « accueil ou soumission », paru en octobre 2016 aux éditions de l’Aube et consacré aux migrations concernant le continent européen, comme souvent on comprend alors dans les toutes dernières secondes de la conversation le véritable motif de l’invitation.
Le 9 mars 2017, au début du journal de 13 h, il répète de manière compulsive l’assemblage de mots : « bises n’est-ce », entre autres « un bises n’est-ce en béton », « on n’fait pas d’bises n’est-ce ».

A la suite de ces multiples signalements, il disparaît de l’antenne de France Inter en avril 2017, officiellement « pour raisons personnelles ».

Citations, propos obscènes, propos orduriers.

« Le premier ministre a des couilles en acier » (8 novembre 2013, après 8 h 30).
« On va souhaiter un bon jubilé d’saphir à la kouine » (faut-il comprendre la gouine?) (6 février 2017 en ouverture du journal de 13 h).

Discriminations fondées sur le sexe.

Le 9 février 2017 lors du journal de 13 h il interroge M Delevoye: « 20% de femmes parmi les candidats il y a une semaine est-ce que c’est un peu mieux actuellement? » Il s’agissait des candidatures à l’investiture par le mouvement d’Emmanuel Macron en vue des prochaines élections législatives; Bruno Duvic considère donc qu’une femme est un meilleur candidat du seul fait que son sexe est féminin.

Prises de position politiques personnelles.

Antisoviétisme (le 27 décembre 2016 après 13 h à propos de l’accident d’un avion Tupolev en partance de Sotchi le 25 décembre 2016).
Haine envers M Balkany, maire de la ville de Levallois Perret (le 8 février 2017 après 13 h, « un point qui étonne tout le monde, des anomalies de gestion à Levallois Perret, la ville de M Balkany »).
« Le programme d’Emmanuel Macron c’est du tiédasse à la Hollande » (le 24 février 2017, journal de 13 h).
Opposition au régime turc, le 13 mars 2017.
Admiration devant Daniel Cohn Bendit, qualifié de « haute voix en Europe » le même jour.

Autres citations:

« Les parents ont les ptis dans les pattes » (2 janvier 2017 après 13 h).
« L’actualité pipolle »
(9 février 2017 après 13 h).
« Tous les gamins sont sortis » (il s’agit de lycéens, 9 mars 2017, dans le journal de 13 h).
« La salle dès proffe » (9 mars 2017, journal de 13 h).
« Une voix un rien snobe » (à propos de Pierre Bouteiller, le 10 mars 2017 journal de 13 h).
« La Turquie envoi ses ministres faire de la provoque », « l’affaire a tourné vinaigre » (le 13 mars 2017 après 13 h).
« Un oui qu’est ne de meuf meuf hein » (le 17 mars 2017, après 13 h, il se lance dans le verlan…
« Un gamin avec une gueule d’ange »,  » proffe de philo », (le 17 mars 2017 après 13 h).
« La campagne électorale est maraboutée » (le 22 mars 2017, après 13 h). Un marabout étant, au Maghreb, un saint musulman local, on cherche à comprendre…

Delphine Évenou

Marc Fauvelle

Il intervient en remplacement ou en doublure certains matins.

Le 7 février 2017 il reçoit à 8 h 20 Élisabeth Badinter, et lui pose la question suivante: « question à mille euros cékoi un bon livre? », on comprend que c’est dans l’unique but de lui demander juste après sa réponse de faire un peu de publicité pour quelques livres…

Citations.

« Dans un instant notre bon élève à nous Augustin Trapenard » (le 6 février 2017 après 8 h 50).
« Beaubeaubeau » (le 7 février 2017 après 8 h 40).
« La rvuedpresse dans une poignée de secondes » (Le 9 février 2017 à 8 h 30).
« J’ai cru que vous alliez nous parler de claquettes et de chaussettes, j’ai eu peur » (journal de 7 h 30, le 11 juillet 2017).

Nicole Ferroni

Hélène Fily

Présentatrice de certains journaux entre 7 h et 9 h, elle se retrouve souvent en butte aux coupures et au harcèlement de Patrick Cohen ou un autre, tel Marc Fauvelle.

Dans le journal de 7 h c’est une habituée de l’expression « on y r’vient en détail dans le journal de 7 h 30 (ou de 8 h) », ce qui est à la fois une marque de profond mépris de l’auditeur (si elle n’a pas le temps de traiter un sujet à quoi bon l’aborder) et la plupart du temps un mensonge car le présentateur du journal suivant traite ce qu’il veut quand il veut absolument sans s’occuper de ce qui suit et de ce qui précède et n’a de comptes à rendre à personne à ce sujet…

Citations.

« Les images qui tournent », « Och » (ville du Kirghizistan), au lieu de Auch préfecture du département du Gers en France, « il y avait des candidats Mac rond compatible » (le 14 juin 2017, journal de 7 h).
« Une bonne tartine d’acte hue » (le 30 juillet 2017 après 6 h).

Claire Flochel

Elle pratique volontiers discrètement le rire gloussant.

Citations.

Le 17 juin 2017 après 20 heures dans le journal elle déclare :« Les bolides se sont élancés à quinze heures, on est donc à la cinquième heure ». Erreur, la première heure de course était de 15 h à 16 h, la deuxième de 16 à 17 etc donc de 20 h à 21 h c’est la sixième heure de course.
« L’eux rôt d’basquette » (17 juin 2017 après 20 h).

Stéphanie Fromentin

Elle intervient pour les prévisions météorologiques le plus souvent entre le lundi et le vendredi.

Citations

« Les nuages font la fête au soleil » (vers 8 h 15, le 7 mai 2018, pour parodier la « fête à Macron » dans son immonde solécisme.

Gilles Gallinaro

C’est l’homme de l’ombre, un homme dont on sait seulement qui possède « des moyens techniques » (à ce jour restés mystérieux), un homme dont le nom est susurré de manière furtive à la fin de certains reportages… alors qu’il n’a pas été annoncé au début, ce n’est pas le seul dans ce cas, mais c’est lui le champion dans cette catégorie.

Alain Gastal

Membre du trio de choc qui officie à Toulouse et intervient intempestivement à l’antenne de la radio nationale sur des sujets d’intérêt national pour des entretiens réalisés dans la région de Toulouse.

Laétitia Gayet

Elle intervient de temps à autre en remplacement ou doublure pour la « revue de presse » de 8 h 30, ou comme « animatrice » matinale.
Elle commence alors systématiquement en retard de quelques minutes.
Citations: « traqué par les dés erre hache », « c’est pas haut qu’est corral » (9 février 2017)
Le 9 février 2017, en l’absence de Patrick Cohen, elle cite la revue hebdomadaire Valeurs Actuelles qui lance une pétition favorable au « rétablissement du pluralisme des opinions dans l’audiovisuel public »: https://www.valeursactuelles.com/societe/signez-la-petition-pour-le-retablissement-du-pluralisme-des-opinions-dans-laudiovisuel-public-66016

Citations.

« Va-t-on voir le soleil dans le neire? » suivi d’un pet avec la bouche, « l’actuel locataire de la maison blanche s’intéresse à cette mas de manne théorie », « et pis bain y fait moche au nord » (vers 7 h 10 le 13 août 2017).

Siavosh Ghazi

Intervient de temps en temps depuis l’Iran. Excellente diction, remarquable maîtrise de la langue française, syntaxe irréprochable. Le meilleur journaliste qu’on puisse écouter, hélas rarement, sur l’antenne de France Inter et les autres stations du groupe de la Radio de la France.
Intervention le 7 juin 2017 après 19 h.

Sara Ghibaudo

Le 31 décembre 2016 elle présente le journal de 19 h. Elle découvre à cette occasion, une semaine trop tard, la disparition des bulletins de météo marine (effective depuis le 25 décembre au soir)…

Citations.

« …la c’est j’y erre… » (le 30 mai 2017 après 18 h).

Cyril Graziani

Le 31 décembre 2016 à 20 h 10 il se fait fort de « décrypter le discours de vœux du Président François Hollande », il considère donc que ce discours ne peut être compris directement que par une caste supérieure, dont il est l’un des représentants subalternes qui doit ensuite aller le traduire à l’attention du « servum pecus ».

Michel Gourdain

Intervient pour les sports.

Citations:

« Nous entendrons l’coud’gueule » (12 février 2017 après 19 h 15)

Laurent Grolée

Il surgit en juillet 2017 pour présenter certains journaux.

Citations:

« Cette réplique culte du grand Lineau », « la misse est loin d’être lisse » (le 21 juillet 2017, journal de 19 h).
« Dans ce vingt heures », « un finiche prévu après dix-neuf heures », « une équipe à la hauteur des skailles », « dans le cadre du hoffe »
(journal de 13 h, le 23 juillet 2017).

Laurent Grout

C’est un homme de l’ombre, un homme dont on sait seulement qui possède « des moyens techniques » (à ce jour restés mystérieux), un homme dont le nom est susurré de manière furtive à la fin de certains reportages… alors qu’il n’a pas été annoncé au début.

Élodie Guéguen

Citations:

« La marque de fabrique du pet haine heffe » (le 25 février 2017 après 13 h 20).

Bernard Guetta

Intervient de temps en temps le matin entre 7 h et 9 h en semaine. Il est en extase devant l’Europe. Pour cet homme tout ce qui tend à développer l’Europe (comprendre l’union européenne) est bon et juste.

Citations

« C’est LE (hurlé) dile de cette élection » (le premier mars 2017 à 8 h 15).
« A  moyenne et long terme » (le 23 mai 2017 vers 8 h 20).

Sébastien Hazard

Il présente les sports le dimanche 4 juin 2017, il est en permanence coupé par Yves Decaens qui reste en arrière plan malgré la fin de son journal.
Il ponctue généreusement ses phrases de « hein »…

Stéphane Iglésis

Membre du trio de choc qui officie à Toulouse et intervient intempestivement à l’antenne de la radio nationale sur des sujets d’intérêt national pour des entretiens réalisés dans la région de Toulouse.

Benjamin Illy

Citations.

« Nicolas a perdu son ex petit ami » (le 6 juin 2017 dans le journal de 13 h). Certes s’il est mort, c’est forcément un ex…

Rémy Ink

Citations orales et écrites:

« Des fous de dieu, ont, toute l’année durant, semé la mort partout dans le monde, ensanglotant la planète », « C’est comment qu’on freine » (revue de presse, après 8 h 30, le 31 décembre 2016).

Citations orales:

« les endroits les plus krakra » (le premier janvier 2017).

Hélène Jouan

Présente la « revue de presse » du lundi au vendredi (sauf pendant les congés d’été et autres) vers 8 h 30 depuis le 24 août 2015.
Comme ses prédécesseurs elle commence systématiquement en retard de deux à trois minutes, elle est coupée sans vergogne à de multiples reprises par l’animateur en chef (souvent Patrick Cohen) qui va même parfois jusqu’à la faire couper, par un invité.

Tics de langage

« Mêpake » suivi d’un long moment de silence.

Citations.

« Libécé beaucoup plus softe » (le 19 décembre 2016).
« Tout meutche »
(26 janvier 2017).
« Le Fillon gay te » (15 février 2017).
« L’inflation a explosé », « le blaque souanne » (29 mars 2017).
« Garce! », hurlé le 25 avril 2017 après 8 h 30.
« Mille deux mille trois mille zutilisateurs » le même jour à la même heure.
« Ils enjoignent le président à ne pas… » (le 23 mai 2017 après 8 h 30).
« Chaque protagoniste ont été… » (15 juin 2017 après 8 h 30).
« La fin du travelinne », « son souhait de disrupter la société », « une remonne t’as da picarde » (le 19 juin 2017 après 8 h 30).
« Si vous nous lâchiez le cul et les cuisses », « des décennies de grosse haut phobie », « la houppe ce politique » (le 11 juillet 2017 après 8 h 30).

Véronique Julia

Citations.

« Le candidat elle erre », « pour là c’est cul », « des maisons santé » (21 février 2017 après 13 h).

Marion L’Hour

A commencé sa carrière à France Inter en fréquentant assidûment des réunions syndicales et des entreprises en difficulté qui licencient.
Le 26 janvier 2017 après 13 h, lors du journal dirigé par Bruno Duvic, elle bénéficie d’une large et longue publicité pour la parution de son livre « l’enfer de Bercy ».
Grande adepte du mot « voilà » suivi d’un instant de silence affligeant qui trahit un vide intellectuel passager.

Sébastien Laugénie

Il présente des journaux de manière aléatoire au début de l’année 2017, puis présente régulièrement le journal de 13 h du lundi au vendredi à partir du 28 août 2017. Rapidement il impose une nette dégradation de la forme et du contenu du journal de 13 heures qu’il veut réduire à un salmigondis, ce faisant il s’affiche comme un digne successeur de Bruno Duvic. Ses jours sont donc comptés… Cette phrase sitôt écrite ici (le 24 septembre 2017), dès le lendemain 25 septembre 2017 il disparaît au profit de « son père spirituel » Bruno Duvic!

Slogans.

« Дан с журнал! » (transcription en russe, pas d’équivalent dans la langue française), scandé et claironné frénétiquement en début de journal, puis répété à cadence plus modérée.
« C’est une information France Inter ».

Citations.

« Le premier j’ai sept de la culture », « Mathieu Pigasse est un grande femme de roque devant l’éternel », « terminons par une carte postale en provenance du sud-ouest (journal de 19 h, le 30 mars 2017).
« Finissez vite votre paquet de chips »
(fin du journal de 19 h le 30 mars 2017).
 » Les gît haut à Paris « ,  » les élèves mangent tous les jours au restaurant trop de la chance « ,  » neuf trois un maillon essentiel des gît haut « ,  (journal de 13 h le 14 septembre 2017).
« Commencer les un an », « le bilan de ces un an » (journal de 7 h, le 7 mai 2018, en évoquant le premier anniversaire de l’élection du président Macron).

Fanny Lechevestrier

Elle s’affiche fièrement à l’arrière d’une moto pilotée par Marcos Darras lors du tour de France cycliste 2017 commenté par ses soins tous les jours à 13 h .
(Photo Alain Faucher).

Citations.

« Le dé t’es haine adjoint » (journal de 7 h le 14 septembre 2017).

Thomas Legrand

Éditorialiste politique.

Citations.

« La primaire est une fausse bonne idée » (le 19 décembre 2016 vers 7 h 45).
« Donald Trump, président dont l’incompétence ne le dispute qu’à la vulgarité » (la 7 mai 2018 après 8 h 15). Bel essai de langage littéraire châtié, mais erreur, en effet l’expression « le disputer en quelque chose à quelqu’un » ne peut avoir comme sujet qu’un être animé et comme complément au datif (après « à ») qu’un autre être animé. Il eût fallu dire : « dont l’incompétence ne le cède en rien à la vulgarité ».
Lors de sa tirade matinale, dont est extraite la phrase précédente, il critique les propos du Président Trump faisant remarquer à juste titre qu’il ne s’est trouvé aucune personne armée pour faire échec aux « justiciers du 13 novembre 2015 » dès le début de leur assaut.

Stéphane Leneuf

Citations.

« A Pra Loup un œuf est tombé sur la piste, il n’y avait personne dedans et personne dessous » (le 25 mars 2018 après 19 h).
Un œuf de quoi, mystère…

Camille Magnard

………………

Patricia Martin

Depuis septembre 2010 elle est souvent présente le samedi et le dimanche de 7 h à 9 h, avec Fabrice Drouelle jusqu’en juin 2014, puis avec Pierre Weill à partir de septembre 2014, depuis septembre 2016 l’horaire passe à trois heures, de 6 h à 9 h.
Pendant des années, avant 7 h, la « passation de pouvoirs » entre les animateurs d’avant 7 h et ceux d’après 7 h donne lieu, pendant une minute environ, à une superbe empoignade à quatre pour un micro doublé d’un échange de billevesées en partie à connotation sexuelle jusqu’à ce que Fabrice Drouelle hurle « il est 7 heures ».
Elle a subi de longues années, de 8 h 30 à 8 h 40, des allusions plus ou moins graveleuses (jusqu’à mentionner sa poitrine) d’Ivan Levaï qui présentait une « revue de presse » le samedi et le dimanche.
Le 21 janvier 2017 elle bavarde au sujet de la circoncision masculine, elle demande entre autres si, lorsqu’un homme parle beaucoup, c’est le signe qu’il est circoncis…
Le 22 janvier 2017 avant 8 h 30 elle découvre, grâce à un invité, qu’il existe en France une période de ski durant le printemps, terrifiée et la cœur battant la chamade elle lui demande alors si en skiant « on ne déclenche pas plus d’avalanches au printemps ». A la réponse de son interlocuteur, 159 ans après Bernadette Soubirous devant sa grotte, elle a cette immense révélation: il existe des personnes qui entretiennent et sécurisent les pistes de ski alpin en toute saison en France, puis tétanisée, elle nous promet de se jeter sur le premier verre de vin chaud venu…
Le 12 février 2017, dopée par la promotion du sport féminin, elle s’acharne à couper à plusieurs reprises Serge Martin qui présente le journal de 8 h, pour le dominer, lui cet homme, et le réduire à l’état de lavette amorphe consentante.

Citations

Lors d’une de ces passations de pouvoir: « ah si vous voyiez dans quel état est Frabrice Drouelle en arrivant dans le studio… »

Serge Martin

Le 12 février 2017 il présente le journal de 8 h, il est coupé brutalement au moins trois fois par Patricia Martin, dopée par la promotion du sport féminin, il ne réagit pas.

Olivier Martocq

Correspondant régulier depuis Marseille.
Il termine  systématiquement ses interventions par « Marseille », première longue pause pour reprendre des forces, « Olivier Martocq », seconde longue pause pour reprendre ses esprits et des forces, « France un terre ».

Frédéric Métézeau

Citations:

« François Fillon remonte à cheval… et fait appel à des vieilles canailles » (le 16 février 2017, dans le journal de 8 h). Propos sidérants, veut-il dire que l’équipe de campagne de François Fillon est désormais une association de malfaiteurs, a-t-il fait un lapsus en pensant à « canassons », ou « vieux chevaux sur le retour »? Aucune excuse en tout cas, aucune explication!

Xavier Monferran

Intervient pour les sports.

Jacques Monin

Il présente l’émission « les secrets d’un faux » le samedi de 13 h 20 à 14 h, émission coupée en son milieu par une musique ou une chanson dont il assure lui-même la publicité.
Il est coutumier des appels lancés d’une voix langoureuse à ses associés, par exemple le 21 janvier 2017: « Benoît » « Benoît » au moins dix fois, ou le 25 février 2017 « Élodie », « Élodie », avec cette fois-ci une variante « Élodie Guéguen ».
Le 18 février 2017 il doit parler sur un fond sonore pratiquement ininterrompu de piano ou de violon et il arrive néanmoins à glisser en plus dans son émission une publicité pour BNP Paribas et un air de rap le tout sorti d’un téléphone cellulaire anonyme.
Le 25 février 2017 il meuble quelques minutes avec un air de musique qu’il conclut par ces mots : « jchsaispas pour vous mais moi je trouve ça très sympa ». Traduction : c’est moi qui choisis dans cette émission la nature des bruits émis et leur durée, pour le reste je n’en ai rien à faire…
Le même jour il doit composer à de multiples reprises avec un intrus qui vient « jouer » du piano ou de la guitare en fond sonore, le paroxysme étant atteint lorsqu’un compère surgit en arrière-plan, cogne des instruments de percussion de type clave, et finit par dévisser l’embout de la valve d’un pneu gonflé pour nous faire admirer le sifflement de l’air qui s’échappe…

Citations:

« Elle se rappelle bien de tableaux » (21 janvier 2017, à 6 mn 30 s environ du début de l’enregistrement).
« Céki ce Mohamed? » (21 janvier 2017)
« Stinproche de François Fillon qui dit ça hein? », « cette indemnité elle a brusquement explosé hein » (4 février 2017 après 13 h 20).
« Le catarbachine ne date pas d’hier » (le 25 février 2017).
« L’acier là-bas«   proféré avec le ton méprisant du Parisien qui évoque alors la ville du Creusot, le premier avril 2017.
« La haine erre c’est vient en Bourgogne » (le premier avril 2017).

Sébastien Paour

Grand adepte du hurlement, apparenté à un beuglement sourd et profond, en début de phrase suivi d’une terrifiante seconde de silence glacial: EUX! LUI! ELLE! AUTRE!
A la suite de ce signalement, à la mi-janvier 2017 il atténue considérablement cette pratique qui devient une syllabe prolongée chantée à la tierce supérieure suivie d’une demi-seconde de silence, exemple le 26 janvier 2017 après 19 h « PAS! (blanc) encore de mur… » Mais il récidive le 14 février 2017 après 13 h en hurlant brusquement: « le foutte! »
Il pratique volontiers le salmigondis mêlant intimement l’information et le nom du confrère qui va parler ou qui vient de parler à sa place: « avant la négociation de ce cessez le feu merci Omar Rouhamane… », « …continue d’assurer Sarah Guibaudeau continue d’assurer… » (13 décembre 2016 après 19 h), « mais elle pointe aussi Hélène Chevalier elle pointe aussi… » (26 janvier 2017 après 19 h), de sorte qu’il devient rapidement difficile de comprendre au juste qui parle et au sujet de quoi…

Le 5 juin 2017, dans le journal de 19 h,  il assure la promotion de la consommation de bière à propos d’un consommateur anglais déambulant « une pinte à la main » à proximité d’un quartier de Londres dédié à la saoulerie collective.

Citations.

« Le patron est l’invité ce soir du gît thé thé de thé hè fin » (26 janvier 2017 après 19 h).
« Les conséquences des attentats se sont faites sentir » (le 27 février 2017 dans le journal de 19 h) au lieu de « se sont fait sentir », car « fait » suivi d’un infinitif est toujours invariable.
« C’est un probable pire tueur en série » (journal de 19 h le 28 août 2017).
« Mieux vaut trinquer que stocker » (slogan, journal de 19 h, mardi 29 août 2017).
« Un des établissements les plus c’est lêkte » (le 3 mai 2018, journal de 19 h).

Florence Paracuellos

Lorsqu’elle est présentatrice du journal de 18 h du lundi au vendredi, elle subit sans broncher la domination et les coupures de Nicolas Demorand.

Citations.

« Lui ne portera pas plainte » (30 mai 2017 après 18 h)

Alain Passerel

S’exclame volontiers « Allez » ou « allez pour finir » lorsqu’ approche l’heure de la fin du journal, l’heure de la délivrance en fait, le moment propice pour lâcher quelques bonnes billevesées en duo avec le présentateur suivant.
Le 11 novembre 2013, il s’offre en fin de journal deux minutes de chansons de François Hardy sur son électrophone, veut-il concurrencer Ivan Levaï?…
Le jeudi 29 décembre 2016 il présente le journal de 19 h et découvre à cette occasion la disparition de la diffusion des bulletins de météorologie maritime, disparition qui remonte au 25 décembre… Il en profite pour lancer un abscons salmigondis de paroles parlées et chantées sur ces bulletins de météorologie. Il insère dans le même journal, abondamment entrecoupé de harcèlements et de piaffements de Nicolas Demorand, une rubrique nécrologique à rallonge.
Le 22 mars 2017, pendant tout le journal de 19 h, il s’acharne à qualifier l’attaque du pont de Westminster et du Parlement britannique  de « probable attentat », le lendemain à 13 h il parle, avec 18 heures de retard, « d’attentat » tout court.

Quelques expressions favorites, proférées d’un ton suffisant, trahissent son mépris de l’auditeur qu’il considère avoir exactement les mêmes opinions et les mêmes connaissances que lui: « ça ne vous a pas échappé », « comme onl’sait », « vous l’avez remarqué », « vous l’savez », « pas vraiment des films un terre » (sans du tout expliquer ce qu’est un film « un terre »), « vous connaissez bien sûr le prix du livre un terre », « tiens justement », « suivez mon regard » (une perle pour un homme de radio…)

Prises de position en filigrane.

Le 15 février 2017 après 13 h propos à connotation sous-jacente méprisante à l’égard de François Fillon, et du parti « les républicains », Nicolas Sarközy étant qualifié de « parrain du clan »
Le 23 mars 2017 lors du journal de 13 h, il affirme en présentation que « le patrimoine de Madame le Pen est difficile à décrypter », puis il dialogue avec le député britannique Caroline Spelman, en toute fin d’entretien il essaie, en vain, de lui faire dire quelques propos haineux à l’égard du parti nationaliste français le Front National et de sa présidente Marine Le Pen.

Citations

« Le pic de pollution a été dépassé «  (20 janvier 2017 après 19 h).
« Aux anciens on ne la fait pas », « le livre un terre et Élisabeth Badinter ça ne peut pas mieux rimer » (7 février 2017 après 19 h).
« Les aventures diplomatiques appelons le comme ça », « le cautche parisien », « Mohamed Cas appelons-le comme ça » (le 15 février 2017 après 13 h).
« L’islam est-il républicocompatible? » , le 22 mars 2017 pendant le journal de 19 h, Delphine Évenou lui rétorque quelques instants plus tard avec  » islamorépublicain »…
« Le terrorisme l’eau Causse te », le 23 mars 2017 pendant le journal de 13 h, il ajoute même que ce verbiage a été le sujet de conversation de la rédaction de France Inter durant une partie de la matinée…
« Le dépôt de Quevilly a été levé » (le 30 mai 2017 après 13 h).
« Emmanuel Barbe, délégué général à la prévention routière », au lieu de « sécurité routière », le 26 juin 2017 en début de journal après 13 h.

Contrepéteries

« Comme quoi le fleuve Nicolas n’a pas toujours une longue vie tranquille » suivi de gloussements gras de Nicolas Demorand, le 21 mars 2017 à la fin du journal de 19 h.

Laurence Peuron

Le 13 février 2017 après 13 h elle présente un « reportage » à propos d’une visite d’un candidat à l’élection présidentielle, dans le nord de Paris, avec un énorme bruit de fond de bêlements de moutons rendant à peu près incompréhensible tout l’ensemble.

Citations.

« ça promet donc d’être sport » (17 février 2017 après 19 h).

Julie Piétri

Citations.

« Entendez-vous ce silence? » alors qu’elle parle d’abondance depuis Manchester (en Grande Bretagne) le 23 mai 2017…
« Avez-vous peur de la eh feu dé? » (Berlin, après 13 h le 24 septembre 2017).

Michel Polacco https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Polacco

Homme de formation scientifique, d’une grande rigueur. Bref, une chose très rare à cette antenne…

Frédéric Pommier, l’idiot de 8 h 30.

Présentateur de la « revue de presse » en fin de semaine, il joue le rôle d’un être niais et béat proche soit d’un idiot de village français des années 1930,  soit d’un adolescent prépubère et complètement ignare de la même époque, l’essentiel étant alors de commencer par un mot, répété avec une parfaite constance, voire de l’obsession, pendant 10 minutes.
Exemple: « smartphone  » le 17 décembre 2016.
Le 21 janvier 2017 il conclut par « les candidats à l’élection primaire française du 22 janvier savent ce qu’il leur reste à faire: courir s’acheter une robe ».
Le 22 janvier 2017 in conclut sa « revue de presse » par « …éblouissante à 50 ans, on dirait la sosie de Patricia Martin » (cette dernière est dans la même pièce).
Le 4 février 2017 il commence très bas en confondant les mots Lyon (la ville) et lion (l’animal), il se rattrape ensuite en évoquant une prise de position et une analyse très pertinentes de Jean-Luc Mélenchon à propos du mouvement « la manifestation pour tous » et de sa contestation du slogan officiel gouvernemental « le mariage pour tous », analyse qui regrette l’utilisation du mot « mariage » dans le débat qui a divisé la France en 2012 et 2013, il soutient que le mot mariage est inadapté et que c’est en fait cette seule erreur de vocabulaire qui a provoqué un formidable gâchis et ouvert des plaies qui ne se refermeront qu’avec une modification de vocabulaire.
Telle est aussi ma position personnelle, communiquée à l’époque du débat à certaines autorités, hélas sans aucun succès.
Le 18 février 2017, c’est le mot « femme » qui revient de manière lancinante, en ouverture l’auditeur a droit pendant son petit déjeuner à une description détaillée des périodes de menstruation et de leurs effets visibles ou non chez les sportives…
Le 25 février 2017 l’auditeur a droit en lever de rideau à une liste d’horaires, classés suivant le rapport au sommeil des individus concernés, horaires censés être propice à une copulation humaine de qualité optimale…
Le 11 mars 2017, il commence sa « revue de presse » par des considérations sur la maquillage féminin, Patricia Martin conclut en disant qu’elle va retirer ses faux cils…
Le 12 mars 2017, il attaque avec des paroles d’enfants, dont : « je peux la voir toute nue ma mère »
A la suite de ces errements il disparaît pendant deux semaines.
De retour le premier avril 2017, il serine l’expression « l’ail que », extrait: « la première chose que je regarde c’est si le nombre de mes l’ail que a augmenté », avant de présenter les adolescents comme des épaves coincées entre un téléphone cellulaire et un tas de drogue.
Le 28 mai 2017 il scande haut et fort « on se rappelle toujours sa première nuit d’amour », pour cet homme l’acte de chair serait donc réservé à la nuit, comment alors font les habitants du Svalbard?…
Le même jour il termine sa « revue de presse » par « je n’ai aucun souvenir de ma première frite ».
Le 18 juin 2017 il signale qu’une galette des rois mangée en partie par François Fillon avait un chat noir comme fève et que c’était donc un mauvais présage pour François Fillon…
Le 8 juillet 2017 il incite les vacanciers à se promener nus en provoquant un rire niais et gloussant de son chaperon du jour, Hélène Fily.
Il finit par disparaître de l’antenne début 2018.

Prises de position politiques.

Le 11 mars 2017 tout en citant des confrères il dévoile ses propres sentiments en assimilant le Front National à une gangrène.
Le 12 mars il revient à la charge en évoquant « la menace le Pen ».

Citations.

« La foire d’empogne à sa succession » (le 4 février 2017 après 8 h 30).
« Le 3615 Fillon n’existe pas encore » , « c’est l’bordel » (le 19 février 2017 après 8 h 30).
« Vu le niveau des emmerdes » (le 25 février 2017).
« Le ministre de la défense fait passer des fiches à Macron, des fiches de décence » (le 12 mars 2017 après 8 h 30, lapsus révélateur du psychisme de F. Pommier, lapsus rectifié aussitôt).
« Nous ne sommes pas une droite scrogneugneu » (28 mai 2017).
« L’amertume et le blouse qu’ils ressentent », « se lancer dans le ou ah ne manne chaud », « le dernier raout ne de », « le dossier du gît dé dé », « les réunions de crise au cul j’ai », « que les perdants tatata tate », « l’agresseur est un con », « une un faux culturel » (18 juin 2017).
« Le syndrome du eh en même temps », « la claquette chaussette devient un faux pas » (le 24 juin 2017).

Thomas Pontillon

Une page spécifique est consacrée à cet homme, à sa sidérante « revue de presse » du premier août 2016 et à la suite.

http://axel-bergeron.fr/index.php/radio-france-inter/thomas-pontillon/

Jean-Marie Porcher

………………..

Philippe Randé

Sous couvert de « reportages », il s’offre, aux frais du service public, de généreuses rasades de boissons alcoolisées dans des lieux de soûlerie collective, tout en assurant une généreuse publicité aux boissons alcoolisées de toute nature.
Le 26 janvier 2017 après 7 h il présente un reportage soi-disant consacré à Manuel Valls à l’occasion des élections primaires, en fait une séance de billevesées et de saoulerie collective dans un « peube ».
Il récidive le 8 juin 2017 à 13 h depuis Washington dans un « peube » en compagnie de « Dick » (en français organe de reproduction masculin) « qui se commande un Martini ».
Le 16 août 2017 il intervient dans le journal de 13 h depuis Memphis aux USA pour s’afficher devant une bière et meubler quelques instants avec une chanson.

Camille Revel

Elle présente les journaux de 13 h et de 19 h le dimanche 12 février 2017. Elle dévoile ouvertement ses préférences politiques en insistant lourdement sur François Fillon, alors en déplacement sur l’île de la Réunion, elle parle à ce sujet avec insistance dans ses deux journaux de « plein pet nez lope gay te », et après 13 h elle diffuse un enregistrement audio sur fond de brouhaha et de chahut d’une partie de la messe à laquelle a assisté F Fillon à Saint Gilles, au sujet du « juge » et du « pardon » (Évangile selon Saint-Matthieu).

Dominique de la Roha

Le 31 décembre 2016 dans le journal de 18h il incite à la beuverie un militaire légionnaire d’origine tchèque en service en vue de la surveillance des Champs Élysées à Paris.

Hélène Roussel

Présentatrice de certains journaux entre 7 h et 9 h, elle se retrouve souvent en butte aux coupures et au harcèlement de Patrick Cohen.
Elle pratique volontiers l’accent tonique et elle esquisse parfois un roulement du « r » (par exemple le 28 décembre 2016 après 9 h dans « grande échelle »).

Citations.

« Les policiers marseillais ont offert leptidège aux prisonniers le matin » (le 30 mai 2017 après 7 h 30).

Laétitia Saavedra

Intervient de temps à autre en doublure ou remplacement.

Léa Salamé

Elle surgit à l’antenne de France Inter à partir du 28 août 2017 entre  7 heures et neuf heures, pour y intervenir de manière ponctuelle.
Systématiquement elle conclut ses propos vers 8 h 50 avec l’invité du matin en lui posant une question insidieuse de nature personnelle.

Ainsi « Florian Philippot chez vous? » (le 25 septembre 2017, question à Nicolas Dupont Aignan).
Le 3 octobre 2017 elle demande au ministre de l’Intérieur la nature exacte des relations qu’il entretient avec le Président de la République, elle va jusqu’à évoquer une relation fusionnelle…

Citations.

« Florian Philippot chez vous? » (le 25 septembre 2017, question à Nicolas Dupont Aignan, habitude systématique de terminer une conversation par une question personnelle  ou une question de personnes dont l’auditeur n’a rien à faire).
« Baisser laid za pet elle » (le 7 mai 2018 après 8 h 30).

Cyril Sauvageot

Tics de langage:

« Quid de … » suivi d’un instant de silence.

Claire Servajean

Elle a présenté le journal de 13 h du lundi au vendredi, sauf pendant certaines périodes, de 2008 à 2016. Après un exposé des titres (dont elle ne respecte pas toujours l’ordre de présentation par la suite), et le bulletin météorologique, elle finit par saluer son invité du jour au téléphone d’un énorme cri qui glace le sang de l’auditeur, cri dont voici l’analyse:
« Bonjououououarrrhe!!! », la première syllabe est brève, le centre est hurlé longuement une sixte au-dessus, la fin forme un trémolo évanescent au r roulé, roucoulé même.
Depuis 2016 elle anime une séquence le vendredi de 18 h à 20 h, comportant l’émission du « téléphone sonne ».
Le 10 mars 2017 elle traite, durant cette émission, des droits des femmes. Elle invite trois personnes dont elle assure une promotion généreuse des derniers livres parus… La première interlocutrice (qui aurait d’ailleurs pu être l’actrice principale du film Tom Boy) est âgée de 10 ans et déclare se prénommer « Paloma », elle inflige aux trois invitées et à Claire Servajean une magistrale leçon de français avec une diction et une syntaxe parfaites; on finit par comprendre qu’elle n’intervient pas pour dénoncer la condition féminine (ni pour elle-même car elle a suffisamment de caractère et de volonté pour éviter les tracas en ce domaine, ni en général) mais seulement le fait que sa mère, qu’on devine employée comme esclave quelque part, gagne très médiocrement sa vie. Aucune des quatre personnes qui anime l’émission ne lui rappelle qu’une scolarité brillante et poussée jusqu’à l’entrée dans une grande école accessible à très peu de frais pour un candidat boursier sera pour elle le meilleur chemin de la réussite. On lui répond en essayant de se raccrocher coûte que coûte au sujet imposé de l’émission, Madame Anne-Cécile Mailfert la félicite par ces mots « tu es conscientisée »… Joli barbarisme, à propos duquel on peut consulter l’avis de l’Académie Française:

http://www.academie-francaise.fr/conscientiser

jolie insulte à une élève méritante, et au final Claire Servajean en rajoute une couche en exhortant Paloma à lire le dernier livre de Mme Mailfert…

Tics de langage.

« Bienvenue à vous » au lieu de « bienvenue » tout simplement.

Citations.

« Vous voulez pas essayer de faire un journal la tête en bas et les pieds au plafond? » (le 4 mai 2018, avant 1 h 20, en s’adressant à Sébastien Paour qui termine son journal…)

Christine Siméone

Citations.

« L’abbé haine effe y trouve son compte » (28 mai 2017 après 19 h).

Delphine Simon

……………………….

Fabienne Sintès

Elle fut correspondante aux États Unis de septembre 2017 à juin 2013. Ses plus belles œuvres à ce titre sont des « reportages » relatifs aux  élections primaires républicaines ou démocrates, dont le déroulement est le suivant. Elle prononce quelques paroles, aussitôt couvertes par un indescriptible chahut (hurlements en anglais dans micro, trépignements de pieds, claquements de mains) d’où finit par émerger un orateur vociférant en anglais, orateur à son tour couvert par la voix de stentor d’un homme venu d’on ne sait où et qui reprend en français les paroles du précédent, parfois en arrivant à traduire certaines phrases avant même que l’autre ne les ait prononcées!
Avec un insondable mépris pour ses employeurs  et auditeurs, elle relate ce que ses six années lui ont apporté en écrivant une lettre destinée à son successeur avant de rentrer en France en 2013, en voici quelques extraits, voici ce que cette femme a retenu de six années aux États Unis d’Amérique :

« Quand tu seras dans l’Iowa pour ton premier caucus et que tu verras la plus grande démocratie occidentale voter à main levée en mangeant des muffins à la banane, essaye de ne pas trop t’étonner. Au début ça fait flipper, mais on s’y fait. »
« Tu verras, on cesse très vite de lever un sourcil devant ceux qui demandent du ketchup pour accompagner leur poisson ; on finit par raconter sa vie comme tout le monde en faisant la queue chez CVS ; on se surprend à dire amaaaazing même quand on nous raconte des trucs pas du tout étonnants ; on boit son café dans du carton comme si c’était normal ; et même quand il n’y a pas une voiture en vue, on attend le signe walk pour traverser la rue. »
« Si tu passes par Santa Rosa, Nouveau-Mexique, va voir mon pote Mike qui dirige le Communicator ; il t’emmènera dans son dîner mexicain préféré. N’oublie pas de demander au patron de te montrer les semi-automatiques qu’il vend dans son arrière-boutique. Essaie d’aller voir une course de tondeuses à gazon dans le Tennessee, je me remets difficilement d’avoir raté ça. Mais je compte, avant de partir, aller faire du bulldozer à Las Vegas. »
« Tu vas pouvoir faire de l’antenne dans ton pyjama sans que personne ne soupçonne rien. Il est temps pour moi de penser à m’habiller pour aller travailler. »

A partir du 28 août 2017 elle est animatrice de 18 h à 20 h du lundi au jeudi. Elle se présente avec une voix quelque peu éraillée, usée, volontairement vulgaire.
Pendant le journal de 19 h elle harcèle en permanence le présentateur par des onomatopées dont le rythme s’accroît au fur en à mesure qu’on se rapproche de 19 h 20.
Elle enchaîne ensuite la présentation de l’émission « le téléphone sonne », présentation éructée dans une sorte de bouillie saccadée. A l’occasion elle fixe pour cette émission un thème exclusivement en rapport avec ses préoccupations strictement personnelles.
Exemples :
Le 5 avril 2018 elle s’adresse « au qu’un ca » (comprendre aux personnes qui ont une cinquantaine d’années). Extrait :  « on en fumerait un pétard comme dans notre jeunesse ».
Le 3 mai 2018 elle évoque la mémoire qui flanche pour cause d’utilisation abusive du téléphone cellulaire.

Elle invite, pour son premier soir le 28 août 2017, un quarteron de choc pour l’émission  » le téléphone sonne  » à 19 h 20 : Françoise Fressoz (éditorialiste politique au journal le Monde), Gilles Finchelstein (Directeur de la Fondation Jean Jaurès), Brice Teinturier (Ipsos France) et Frédéric Métaizeau (journaliste à France Inter). Difficile de faire mieux en matière d’entre soi et d’invités préférentiels à l’antenne…

Citations.

« Une réaction sur le poing et faire de France Inter » (Le 28 septembre 2017 après 19 h 20, puis tous les jours).
« Et pis yal’piffe koi » (le 27 mars 2018 après 19 h 20).
« Vous avez retrouvé du bouleau en combien de temps? » (le 5 avril 2018 après 19 h 20).
« A force de za pet d’un trique à l’autre » (le 3 mai 2018 après 19 h 20).

Agnès Soubiran

Le 15 février 2017 elle présente le journal de 7 h en livrant un duel sans merci à Patrick Cohen (qui la coupe plusieurs fois comme à son habitude), Patrick Cohen parlant fort à propos de « syndrome d’épuisement au travail » et elle rétorquant du tac au tac par « beurre n’a Houte ».

Citations

« Après photo fini che » (journal de 7 h, le 10 juillet 2017).

Nicols Stoufflet

Le premier septembre 208 il succède à Louis Bozon pour présenter le jeu des mille francs (travesti en jeu des mille euros).
Dans un entretien avec Laurence le Saux (revue Télérama) publiée le 30 mai 2008, il annonce son arrivée en ces termes agrémentés d’un puissant barbarisme « Je vais prendre les clés de la demeure sans changer les fondations, en rafraîchissant un peu la déco. »
De fait il tient parole et transforme la question de culture orale de repêchage (posée aux candidats qui ont répondu à cinq questions sur six et souhaitent quand même tenter le banco) en un concours de bruitages divers, consistant le plus souvent à reconnaître la voix de tel ou tel homme de cinéma ou de télévision ou de radio, surtout jamais de scientifique!

Citations

« Vous pouvez repartir avec cinq cents euros cache » (le lundi 30 mai 2018).

Mathieu de Taillac

Correspondant régulier depuis l’Espagne.
Il termine  systématiquement ses interventions par « Madrid », première longue pause pour reprendre des forces, « Mathieu de Taillac », seconde longue pause pour reprendre ses esprits et des forces, « France un terre ».

Mickaël Thébault

Citations.

« Vous êtes en avance dites-moi » (à Sébastien Pahour qui termine son journal, le 21 février 2017 à 19 h 20), ou l’art de distiller quelques billevesées entre confrères pendant que l’auditeur attend…
« Sur touy t’heure hache tague tel sonne » (le 21 février 2017 après 19 h 20, idem le 30 mars 2017).

Laurence Thomas

Le 13 février 2017 après 21 h elle rapporte des propos du Président des États-Unis en le présentant non pas comme le Président mais comme « le milliardaire ».
Le 10 septembre 2017 elle présente le journal de 7 h en choisissant systématiquement une phrase dans l’enregistrement du confrère suivant, ce qui permet à l’auditeur d’avoir une formidable série de doublons.

Lionel Thompson

Le 18 mars 2017 il présente à 8 h 30 une « revue de presse  » sans passage glauque et de niveau nettement meilleur que celles de Frédéric Pommier qu’il remplace ce jour, on y regrette toutefois la présence de « se faire payer des costards » et « voir les Wirlpool », même si ce sont des citations de confrères, rien n’oblige à copier la grossièreté et les barbarismes.

Citations.

« Une opération de marque tine » (le 27 mai 2017 après 13 h).
« Tout le dossier à consulter sur France un terre point et faire! »
(slogan martelé avec frénésie après 13 h et après 19 h les 27 et 28 mai 2017).
« Pour les trajets nocturnes on pourra dire je prends le train d’Inuit,… (blanc), j’ai un peu honte » (27 mai 2017 après 13 h). Parle-t-il du train de Kiruna pour la Laponie en pays Inuit où il n’y a pas de nuit justement pendant plusieurs mois de l’année…
(« Simple coude comme » (slogan déclamé à de multiples reprises après 19 h le 27 mai 2017).
« Il était le cauchemar de générations de journalistes à cause de son nom imprononçable, Zbigniew Brzezinski est décédé, ça y est j’y suis arrivé! » (suivi d’un rire gloussant féminin en coulisse). A France Inter on semble ignorer qu’il existe des traducteurs en ligne pour ceux qui ne veulent pas apprendre les rudiments de la langue polonaise…
https://www.youtube.com/watch?v=I97zI55YbnI
« Les habitants ont organisé un sitinne »
(28 mai 2017 après 19 h).
« On peut compter sur les médias pi peu le américain » (18 juin 2017 après 19 h).

Adrien Toffolet

Citations.

« Un investissement poids lourd », « les droits des elle j’ai baie té », « nez marre au pet est-ce j’ai » (journal de 7 h 30, 3 août 2017).

Augustin Trapenard

Intervient de temps en temps la matin, en semaine, entre 7 h et 9 h.

Citations

« Coudqueur et coud’clito » (27 février 2017 à 8 h 55).

Damien Triomphe

Sujet à de nombreuses longues éclipses.
Il nous présente l’enregistrement d’un coup de téléphone émis par ses soins vers Concarneau le 22 mars 2017 dans le journal de 19 h.

Sylvain Tronchet

Journaliste d’investigation, collaborateur de Jacques Monin.
On lui attribue généreusement à l’antenne de France Inter la démission (en date du 21 juin 2017) de François Bayrou, Garde des Sceaux alors que l’affaire des assistants parlementaires du parti Modem a été déclenchée par un signalement en date du 14 mars 2017 auprès du Parquet de Paris effectué par le député européen Sophie Montel (député français, Front National).

Jérôme Val

Il prend du galon durant l’été 2017 en présentant certains journaux de 13 heures.

Citations

« Les soldes d’été moins pire que prévu » (le 8 août 2017, journal de 13 h).

Charline Vanhoenacker

Championne à l’antenne de la hauteur des sons qu’elle émet, au moins une octave de plus qu’en privé!

Antisémitisme

Approuvée par Patrick Cohen qui ponctue ses propos de courts rires gras et gloussants et les conclut par « ah quelle bonne idée! », le lundi 14 novembre 2016 avant 9h elle déclare:

« Les enfants de Trump doivent reprendre l’entreprise avec le conflit d’intérêt, ils pourront vendre des gratte-ciels au gouvernement israélien. Des immeubles luxueux à construire dans les territoires occupés, que le Président des États-Unis les aidera à occuper et il leur enverra des Mexicains pour nettoyer les chiottes. »

(Il s’agit de l’entreprise du président Trump)

Dans ces propos on retrouve, une fois de plus, les idées suivantes: les Juifs aiment et ont de l’argent, ils emploient des esclaves pour les seconder dans les tâches matérielles.

Contacté à ce sujet, le médiateur de Radio France, Bruno Denaes répond qu’il ne considère pas que ces propos sont antisémites, et il ajoute la réponse de Patrick Cohen:

Charline Vanhoenacker m’assure qu’elle s’est inspirée d’un long papier du Soir de Bruxelles ce week-end, qui montrait les accointances de Trump avec la droite israélienne et imaginait les conséquences géopolitiques de son élection. Elle ignorait totalement (tout comme moi) que sa fille était juive. Et si elle l’avait su, elle aurait évité ce passage pour éviter toute interprétation tendancieuse. Elle m’assure enfin (et je lui fais toute confiance, pour travailler quotidiennement avec elle) qu’elle est dépourvue de vision militante sur ce dossier.”

Conclusion de cet épisode: ni l’animateur, ni le locuteur n’ont préparé sérieusement cette séquence abondamment commentée par la suite dans les médias.

Prises de position politiques personnelles

Haine de François Fillon, exprimée sur la télévision TF1 en mars 2017, extrait:

Bien remarquer les délicieux « hein », « dan_dan », « etethehehehe » dans cette prestation…

Niaiseries

Le 7 mai 2018, avant 8 h, elle s’en prend à l’avion présidentiel français, en particulier au fait que cet avion est équipé d’une douche, « ce qui ne doit pas être triste dans les turbulences »… A-t-elle jamais voyagé en bateau?

 Audrey Vernon

Richard Vivion

C’est un de mes anciens élèves en classe de mathématiques spéciales au lycée Aristide Briand de Saint-Nazaire en Loire Atlantique.
Doté d’une bonne élocution, montrant une conscience professionnelle de qualité, il intervient de temps à autre au sujet de la montagne alpine et des compétitions de ski.

Citations

« Le président du c’est y haut », à deux reprises depuis Lausanne au journal de 19 h.

Alex Vizorek

……………

Pierre Weil

C’est de loin la personne qui pratique le plus fortement la promotion de tout livre dont l’auteur officiel est son invité; lorsque cet invité est l’auteur de plusieurs livres cela déclenche chez Pierre Weil une extase comparable à ce que ressent et montre une vieille Tibétaine devant un moulin à prières…

Révèle par ses commentaires son anticommunisme et son antisoviétisme , le 27 décembre 2016 à 7 h 43, à l’occasion du trente-septième anniversaire du début de l’intervention soviétique en Afghanistan.
(Vidéo à placer)