Association les amis de la Birochère

Historique.

L’association les amis de la Birochère (ADLB) est une association régie par la loi de 1901, créée en 1995 par Mme Christine Chéreau, M Philippe Outters, et Mme Soazic Corfdyr, déclaration publiée au Journal Officiel de la République Française le 22 mars 1995.
La première assemblée générale eut lieu le 11 août 1995, à 20 h 45, dans la nouvelle salle municipale du Clion sur mer, en présence de 102 personnes, la cotisation annuelle fut fixée à 60 F.

Buts:

Extrait de l’article 3 des statuts:
« Protection du site de la Birochère : préserver son identité, son authenticité, son cadre et ses conditions de vie. Seul l’intérêt général devra prévaloir ».

Vie de l’association.

Le 21 octobre 1995 de 10 h 30 à 12 h 30 passées, une visite du quartier de la Birochère réunit le responsable de l’urbanisme à Pornic (M Gobin), deux conseillers municipaux (M Louérat et M Mounin), les membres du bureau de l’association et sept autres adhérents, pour un état des lieux.

Assemblée générale le 10 août 1996.
Assemblée générale le 14 août 1997.
Assemblée générale le 7 août 1998.
Assemblée générale le 6 août 1999.

Assemblée générale le 11 août 2000.
Renouvellement du bureau, M Michel Prou prend le commandement de l’association.

Galette des rois le 20 janvier 2001 à 17 h, à la mairie annexe de la Birochère.

Actualités.

A gauche Michel Prou l’homme fort de l’association des amis de la Birochère. Photo Ouest France. Droits réservés.

Depuis août 2000 l’association les amis de la Birochère est commandée par Monsieur Michel Prou (ci-contre à gauche au printemps 2016, avec quelques personnes qui décident de fonder une section de tarot). M. Prou se réserve le droit de refuser toute adhésion qui ne lui plait pas sans fournir pendant plusieurs mois de motif précis pour ce refus, ni oralement, ni par écrit.

M Prou n’hésite pas à engager le combat physiquement, avec le renfort d’autres membres du bureau, contre toute personne non agréée par lui et qui se présente aux réunions de cette association.

M Michel Prou est membre du parti politique « Les Républicains », il est l’un des membres du comité de la neuvième circonscription de Loire Atlantique, comité présidé par Madame Claire Hugues, adjointe au maire de Pornic. Monsieur Joël Herbin, adjoint municipal chargé des mobilités, commandant les services techniques de la ville, est également membre du parti politique « Les Républicains » et membre de ce comité.

M Michel Prou et quelques uns de ses acolytes membres du bureau de cette association répondent exactement aux critères de définition du « petit blanc », c’est à dire une personne travaillant ou ayant travaillé dur, de sexe masculin le plus souvent, « blanche » (d’origine européenne) qui se perçoit comme ayant une condition sociale modeste et inférieure à celles d’autres personnes, d’origine européenne ou non, habitant dans la même collectivité. Sans que ceci soit exprimé ouvertement, on subodore chez cet homme un racisme, un repli sur soi et une haine des jeunes, particulièrement exacerbés.

Assemblée générale 2017

Elle se déroule le 3 août 2017 dans la salle municipale du bourg du Clion sur Mer, les adhérents sont reçus à partir de 17 h 30, et l’assemblée proprement dite commence peu après 18 h.

Citations.

« Nos femmes ont peur », M Pétré, membre du bureau de l’association des amis de la Birochère, le 29 novembre 2017.

Comportement public de Monsieur Michel Prou, président (commandant) de l’association des amis de la Birochère.

Circulation et sécurité routières.

Durant l’été 2016 les pneumatiques de sa voiture sont hors d’âge et l’un d’eux présente une déchirure profonde, un signalement amiable reste sans effet, il faut un rapport à la police municipale pour qu’il se mette en conformité avec la loi et cesse de mettre en danger sa vie et celle des autres usagers de la voie publique.
Près de son domicile, il s’acharne à effectuer régulièrement un demi-tour avec son véhicule personnel en un endroit trop exigu, de manière dangereuse pour lui et pour les autres usagers de la voie publique.
Circulant le 6 mai 2016 à Pornic, il ne marque aucun arrêt à un signal « stop » et roule à une vitesse excessive et inadaptée dans une rue en courbe sans visibilité.
Le 4 avril 2018 il est de nouveau surpris, aux mêmes endroits, à ne pas respecter le code de la route et à conduire d’une manière inappropriée : il ne respecte pas un signal stop (intersection des rues de la Birochère et de la plage de la Birochère), il roule à une vitesse excessive et inadaptée dans une rue en courbe sans visibilité (la rue de la Birochère), il roule au-dessus de la vitesse réglementaire autorisée (30 km/h), le plus cocasse là-dedans c’est qu’il a demandé lui-même l’implantation de ce panneau stop (parfaitement inutile d’ailleurs) et il a demandé lui-même l’instauration de cette limite de vitesse parfaitement stupide et trop basse, tout cela lui a été accordé aux frais de la collectivité…
Il se déclare farouche partisan de tout « ralentisseur », même hors normes, installé sur la voie publique et prétend que cela évite des accidents. Il lui arrive même de prôner de se servir de son propre véhicule en stationnement comme bouclier pour ralentir les autres véhicules (sic), sans penser qu’un enfant est parfois moins haut qu’un véhicule stationné de manière dangereuse et que dans ce cas le bouclier ce sera l’enfant…

Illustration avec cette photographie prise le 8 août 2018 avenue de la Corniche, le véhicule isolé à droite est celui de M Prou qui marque ainsi son territoire..

 

J’entrave, je gêne, donc je suis. (Michel Prou, commandant du quartier de la Birochère, le 08 08 2018)

Propos publics.

  • Au début d’une réunion publique consacrée à l’aménagement des quais de la ville, il demande, d’un ton haineux et discriminatoire,  à l’une des personnes présentes et régulièrement invitées : « à quel titre êtes-vous là? ». Réponse: « Et vous?
  • Lors de la cérémonie des vœux du maire de Pornic en janvier 2017, il demande à un musicien de l’orchestre d’harmonie municipal des nouvelles d’un autre musicien en ajoutant : « c’est un homme bizarre »

Gestuelle.

  • Lors de certaines réunions publiques il hausse les épaules plusieurs fois, tourne le dos aux personnes dont la tête ne lui revient pas, puis agite vigoureusement son arrière-train, tel un membre du personnel d’un bar montant de la ville équatorienne de Guayaquil dans les années 1990…