Professeur Claude Got

Claude Got. Achtung hier Haß!
Achtung! Hier Haß! (D.R.)

Avec la ligue contre la violence routière, Claude Got est mon plus farouche adversaire depuis plus de quarante ans. Cet homme né en 1936, à la doucereuse voix haut perchée et presque métallique, au physique sec et étroit, chef de service d’anatomie pathologique à l’hôpital Raymond Poincaré de Garches du 1.10.1970 au 1.10.1985, chef de service d’anatomie pathologique à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne du 1.10.1985 au premier septembre 1997, puis professeur honoraire de médecine de la faculté de médecine de Paris, a fait progressivement de sa vie un combat pour tenter d’imposer à l’ensemble des êtres humains un statut de zombie asservi à la seule obligation de respecter sous la contrainte une limitation de vitesse sur route imposée par un être supérieur.

Claude Got se présente comme un spécialiste de l’accidentologie, c’est à dire l’étude complète et exhaustive des accidents, activité différente de l’accidentalité qui elle est l’étude statistique des accidents. Cela ne l’empêche pas d’évoquer en permanence l’accidentalité, spécialité pour laquelle il n’a aucune formation particulière, en particulier aucune formation mathématique, par exemple quand il s’agit de soutenir qu’il y a une corrélation entre la vitesse moyenne constatée sur un réseau routier et les caractéristiques des accidents survenus sur ce réseau.

Avec la complicité de quelques confrères Claude Got a créé l’association APIVIR (association pour l’interdiction des véhicules inutilement rapides) dans le seul but de déposer un recours, auprès du ministre des transports français puis du Conseil d’État, afin de faire interdire l’immatriculation en France des véhicules pouvant se déplacer à plus de 130 km/h. Je suis intervenu dans le débat, j’ai battu en brèche frontalement, clairement et sans ambiguïté, ses arguments. Son recours a été rejeté, la lecture du dossier montre une certaine duplicité teintée de fourberie de la part du ministère des transports dans ses mémoires en défense, ministère dont les services juridiques apparaissent en filigrane bien médiocres.
Dans une lettre qu’il m’a envoyée, cet homme rétorque à mon analyse qu’il faut prendre en compte les conducteurs « fatigués et vieillis ». Il incarne magistralement, et de manière unique dans toute l’histoire de l’humanité, le refus de croire à toute tendance, à toute capacité au progrès, à toute faculté d’adaptation à une situation nouvelle, à toute possibilité d’amélioration de la part de la gent humaine. En particulier il dénie à tout être humain la faculté d’élever ses aptitudes à la conduite d’un véhicule et de bonifier ou d’améliorer son comportement sur une voie publique.

Le 11 août 2017 Claude Got participe, une fois de plus, à l’émission « le téléphone sonne » sur la radio France Inter de 19 h 20 à 20 h.

Sa voix est vieillie, parfois à la limite du chevrotement. Une fois de plus il est en proie à son délire obsessionnel et il s’arc-boute sur son adoration mystique des règlementations limitant la vitesse de manière uniforme. Il déclare, avec une résignation répugnante (qui bafoue allègrement le serment d’Hippocrate), que la lutte contre l’alcool, la drogue et l’usage du téléphone cellulaire en situation de conduite est un échec et sera toujours un échec; c’est à partir de cette position personnelle qu’il prône encore et toujours une vitesse autorisée toujours plus basse au prétexte que plus faible est la vitesse, moins grave est l’accident. Nous sommes bien là au cœur de son délire, délire qui consiste à considérer que l’être humain est incapable d’amélioration, que l’être humain ne se définit que dans la propension à la débauche et à l’affadissement.
Il rappelle sa haine de l’Allemagne et de « ses véhicules lourds et inutilement rapides ».
Il rappelle sa déception relative au fait que le système LAVIA (qui limite, dans une certaine mesure, à la vitesse maximale autorisée de manière règlementaire, la vitesse d’un véhicule repéré par un système de type GPS dans une zone donnée) n’a pas été imposé. Pauvre homme qui ne sait pas (ou feint d’ignorer) que tout système électronique peut être contré, dans ce cas précis un simple brouilleur de signal GPS fait l’affaire…
Par contre il a cette formule particulièrement juste et pertinente: « en situation de conduite tout ce qui distrait est mauvais ». En cela il nous rappelle que l’usage de la voie publique par quelque moyen de locomotion que ce soit (y compris la marche à pied) est une activité qui requiert en permanence une attention et une application de sport de haut niveau, et que chaque usager de la voie publique doit se comporter en soldat, en combattant, au service de la sécurité routière.

Le 5 janvier 2018 Claude Got participe, une fois de plus, à l’émission « le téléphone sonne » sur la radio France Inter de 19 h 20 à 20 h, sans véritable contradicteur puisque l’unique autre invité est Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, personnage terne, falot et dépourvu de toute formation poussée à la conduite de tout véhicule, aux ordres des hauts fonctionnaires en poste au sein de la délégation interministérielle à la sécurité routière pour relayer leur propagande chiffrée et technique. A quelques jours de l’annonce, par le premier ministre Édouard Philippe, d’une prochaine réduction de 10 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes de France (hors territoires d’outre mer) à double sens de circulation sans séparateur central, il réclame une baisse de la vitesse maximale autorisée sur autoroute…

Le 10 mars 2018 il intervient dans les colonnes du journal « Libération », sous le titre « la vitesse ou la vie, il faut choisir ».

Article de Claude Got journal Libération 10 mars 2018-La vitesse ou la vie, il faut choisir

Face au mécontentement grandissant et à la cacophonie provoqués par le projet gouvernemental de baisser la vitesse maximale autorisée sur certaines routes dépourvues de « séparateur central », il se lâche, il attaque d’emblée, dans sa première phrase, dans ses premiers mots : « les adversaires des 80 km/h ne raisonnent pas » (sic), ce faisant il dénie à ses contradicteurs, à tous ceux qui à moto, à bicyclette électrique, en voiture manifestent partout en France sans relâche aucune depuis la fin janvier 2018, à tous ceux-là donc il dénie la faculté de penser, de raisonner, il leur dénie le statut d’être humain, il les réduit à un statut inférieur à celui de l’animal, il les réduit à des objets sans cerveau tout juste dotés des aspects et capacités physiques d’un être humain. Il se livre ensuite à un salmigondis empreint de sa rancœur coutumière. Il évoque la « COP21 de 2015 », (sic, la réunion des 21 copains?), en oubliant la rapide transformation des sources d’énergie de propulsion des véhicules. En fin d’article il se livre à une sidérante récupération du mouvement actuel pour un meilleur respect des femmes, en accusant tous les hommes qui décèdent sur la route de décéder parce qu’ils « sont sûrs d’eux-mêmes et de la qualité de leur conduite », il oublie les suicides (des hommes et des femmes), il oublie les hommes (et les femmes) qui décèdent par la faute exclusive d’une tierce personne, il oublie une fois de plus, et c’est là bien plus grave, que tout accident, ne serait-ce que matériel, est toujours un échec et le résultat de plusieurs facteurs et circonstances en face desquels les personnes accidentées n’avaient ni les connaissances ni les capacités nécessaires pour réagir et exécuter les actions salvatrices parce que la formation poussée des conducteurs est ignorée en France.
Il ne s’agit pas de conduire à telle ou telle vitesse, il s’agit de conduire juste, entre autres à une vitesse prudente et raisonnable qui assure sa propre sécurité et celle des autres usagers de la voie publique.

Ci-dessous quelques liens.

Le site principal de Claude Got, un site unique, un monument de haine, un désir d’entrave et d’humiliation poussé au paroxysme imaginable dans toute l’histoire de l’humanité : http://www.securite-routiere.org/
Son délire et sa névrose obsessionnels : http://www.apivir.org/
Le site d’un groupe de combattants qui s’opposent à cet homme : http://www.libres.org/actualite/2147-connaissez-vous-lapivir-.html