Élections municipales Pornic 2020

Élections municipales Pornic 2020, résultats.

Il est possible, et souhaitable dans le cas de Pornic, que le scrutin du 15 mars 2020 soit au final annulé, et que les élections municipales complètes soient refaites dans toute la France, quel que soit le résultat du 15 mars.
Il ne fait aucun doute que ce débat juridique aura lieu tôt ou tard.
Arguments:

  • L’équité n’ a pas été respectée dans la mesure où plusieurs personnalités publiques ont déconseillé les déplacements ce jour-là et enjoint aux électeurs de ne pas aller voter.
  • En résumé ces élections ont été une mascarade.

Voici le discours lu au soir du 15 mars 2020 par M Jean-Michel Brard, maire sortant et candidat à sa réélection après le dépouillement complet.
Le texte est en italique, mes commentaires sont en caractères droits.
Avant même de m’exprimer sur les résultats du scrutin des municipales à Pornic, je souhaite apporter mon total soutien à la force économique du territoire qui depuis aujourd’hui est soumise à l’arrêt de leurs activités. Je reste au plus près de cette force qui m’est proche. J’y associe l’ensemble des acteurs de la santé et de la sécurité qui vont veiller sur nous.
C’est à dire que cet homme continuera d’être un commerçant et un apporteur d’affaires, il continuera coûte que coûte, dans les faits (et non en paroles) à exclure la jeunesse intellectuelle et l’enseignement de ses pensées.
Enfin, à vous tous, je vous demande d’être raisonnables et de respecter les consignes qui vous sont et seront données afin de vous protéger.
Malgré un contexte national compliqué, 45.2% des Pornicaises et Pornicais se sont déplacés pour voter.
Erreur de vocabulaire avec un mot à la mode, le contexte n’est pas compliqué, le contexte est difficile.
Ils nous ont renouvelé leur confiance avec un taux de 69.6%.
Notre campagne a été respectueuse, digne et sans agressivité.

On en jugera en lisant le suite de cette page…
Notre programme réfléchi et travaillé, depuis des mois avec mes colistiers et la population, a donc été plébiscité
.
Ce programme n’a même pas été lu par une grande partie des 4 465 personnes qui ont voté pour la liste du maire sortant, 4 465 sur 14 915 inscrits…
Curiosité: le nombre d’électeurs inscrits dans la commune de Pornic est à peu près égal au nombre total d’habitants officiel (c’est à dire indiqué par la liste “écoute et expérience”, y compris les mineurs…
Monsieur le Maire ou Monsieur Brard, c’est Monsieur le quart.
Depuis 2014, je me suis attaché à construire une ville unie et en paix.

Il a fait de l’insulte publique et de la discrimination son mode d’action favori, ce qui plait donc à un quart des Pornicais. Qu’il soit permis de penser que les trois autres quarts ont un autre état d’esprit.
Je continuerai dans cet esprit, avec notre nouvelle opposition, pour vous tous.
Le même esprit, ça c’est sûr, on peut lui faire confiance!
Soyez assurés de mon engagement.
Merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont soutenu et aidé durant ces derniers mois.
Merci à tous.
Jean-Michel Brard
Maire de Pornic

Pas sûr que cet attelage tienne encore six ans, aux Pornicais d’agir!

Élections municipales Pornic 2020, analyse.

Forces et listes en présence.

Liste citoyenne, nommée « Pornic Vent d’Avenir ».

Photo de la liste Pornic Vent d’Avenir. Élections municipales Pornic 2020.
Sobriété, sens du devoir envers la collectivité. Une certaine idée de la politique, une belle idée.
(Photo Ouest France 24 02 2020 DR).

Annoncée par voie de presse début septembre 2019, elle est présentée comme un “mouvement citoyen sans étiquette”.
Site Internet : https://pornic-vent-d-avenir.org/.
Mon commentaire: il faut prendre garde à ce mot “citoyen”, brusquement apparu au soir du 21 avril 2002 (élection présidentielle française), et qui désignait alors toute personne opposante au parti nationaliste (le Front National); ainsi ce mot a été particulièrement dévoyé et détourné de son sens d’origine.
Il faut comprendre ici liste d’union, sans clivage politique, avec la volonté d’associer tous les habitants aux décisions.
La présentation publique de cette liste et de son programme eut lieu le 7 février à 19 h au Val Saint-Martin. Il s’agit d’une équipe au service de la seule collectivité, compétente, professionnelle, aux projets mûrement réfléchis et chiffrés.

Tête de liste: Antoine Hubert.
Il est référent local de l’association Anticor depuis février 2016. En conséquence cela garantit un haut niveau d’expertise pour analyser les pratiques locales de l’équipe municipale encore aux affaires jusqu’en mars 2020.

Une page de mon site Internet est consacrée à la ville de Pornic et contient beaucoup d’éléments qui complètent la suite de la présente page.
https://axel-bergeron.fr/ville-de-pornic/

Liste “écoute et expérience”, élections municipales Pornic 2020.

Ils sont là, trente-cinq qui ont de l’esprit comme quatre. (D’après une citation d’Alexis Piron)
Nous avons là trente-cinq oies qui gardent le Capital et ne le défendent pas…

Programme: Votez pour nous, puis surtout oubliez tout, on s’en occupera nous-mêmes et on gèrera tout cela entre nous!

Analyse du programme de la liste “écoute et expérience”:
Voir cette page: https://axel-bergeron.fr/ecoute-et-experience-pornic-2020/

Tête de liste: Monsieur Jean-Michel Brard.

Photographie prise au salon de l’agriculture en 2017 et publiée dans la revue « Le Courrier du Pays de Retz », M Brard à l’avant-plan au centre. DR

Maire de la ville de Pornic depuis 2014, sans étiquette politique officielle. Il annonce en juin 2019 dans la presse locale sa candidature à un deuxième mandat, puis semble changer d’avis fin août 2019 en déclarant que ce sujet n’est pas à l’ordre du jour. Il change de nouveau d’avis en décembre 2019 et annonce sa candidature lors d’une réunion de son comité de soutien le 6 décembre. La constitution effective et complète de sa liste est longue et difficile avec certaines dissensions parmi ses soutiens quand il s’agit de se répartir à l’avance “les marchés”.
Ses Cumuls et ses activités:
1°) Jean-Michel Brard est maire de la commune de Pornic.
2°) Jean-Michel Brard est président du conglomérat “Pornic Agglo Pays de Retz” qu’il a lui-même créé le premier janvier 2017. Dans les faits il y règne sans partage, sans aucun contrôle démocratique, sans rendre de comptes à personne.
3°) Jean-Michel Brard est président de la société Atlantic’eau, établissement public syndicat mixte communal, en activité depuis 42 ans, spécialisé dans le secteur d’activité du captage, traitement et distribution d’eau concernant plus de 500 000 habitants.
Voir: https://www.cc-paysdepontchateau.fr/medias/2019/01/RAPPORT-ANNUEL-ATLANTICEAU-compressed.pdf
4°) Jean-Michel Brard est Gérant de la société “la table de Brehany” située 11 rue de Bréhany 44350 Guérande (capital: 40 000 €, activité: commerce de détail de certains équipements domestiques).
5°) Jean-Michel Brard est administrateur de la société “espace domicile”, située 13 Avenue Barbara 44570 Trignac (capital : 719 901 €). Cette société fait partie du groupe immobilier CISN qui a fait construire, dans le cadre de l’aménagement de la ria, un immeuble de “logements sociaux” rue de Nantes à Pornic.
6°) Jean-Michel Brard est gérant de la société “Bihannic” située 12 rue Hélène Boucher 44210 Pornic (SARL, capital : 70 000 €). Ce lieu est “sensible” car il y a là de nombreux espaces verts à la merci d’une opération immobilière. Voir:
le lien suivant
C’est à cette même adresse qu’il place son local de campagne électorale.
7°) Jean-Michel Brard fut, de 2004 à 2011, associé-gérant de la société “boutique Delie” située 3 place du Marchix 44210 Pornic (SARL). L’activité était un commerce de détail. De 2008 à 2014 Madame Valérie Potier fut employée dans ce magasin tout en étant élue municipale adjointe à la culture, alors que M. Jean-Michel Brard était premier adjoint du maire M Philippe Boënnec…
8°) En présence d’un interlocuteur qu’il cherche à attirer dans son “giron”, il lui arrive de se présenter comme ayant d’importantes fonctions à l’hôpital du pays de Retz (situé à Pornic) et pouvant favoriser l’admission d’un parent âgé de son interlocuteur…

Passé de Monsieur Jean-Michel Brard
Il fut le premier adjoint du maire précédent, Philippe Boënnec.
A ce titre il présenta aux habitants du quartier du Chabut un projet immobilier de destruction complète de l’habitat existant (maisons de pêcheurs insérées dans des rues étroites) au profit de quelques immeubles réalisés par des promoteurs immobiliers de son choix.
C’est à dire que Monsieur Jean-Michel Brard offrit le choix aux habitants du Chabut entre la valise et le cercueil…
De 2008 à 2014, Madame Valérie Potier fut élue municipale adjointe à la culture tout en étant employée, dans un magasin du centre de la ville, par M Jean-Michel Brard, alors premier adjoint du maire M Philippe Boënnec. On se doute du harcèlement, on peut même carrément dire du cauchemar, que cette femme a enduré (sans démissionner toutefois) pendant ces six années…


Madame Claire Boënnec, épouse Hugues, liste “écoute et expérience”, élections municipales Pornic 2020.

Les bons terrains et les bonnes affaires, ça marche au flair…

Première adjointe municipale, chargée des finances de 2014 à 2020, fille du précédent maire Philippe Boënnec. Elle n’a pas vocation à occuper ce poste indéfiniment, et elle envisage dès 2018 de se présenter, avec l’idée qu’elle-même ou M. Brard puisse être appelé par la suite à un autre mandat électif. Usant largement du carnet d’adresses de son père elle exerce une sorte de tutelle pesante sur la vie politique de la ville dont on peut dire que tous les habitants, y compris (et sans doute surtout…) les élus municipaux, sont sous sa surveillance. Elle occupe des fonctions au sein du parti « Les Républicains », ainsi elle est présidente du comité du Pays de Retz de ce parti (entre 100 et 200 militants locaux début 2019).
Dans ses relations avec le monde agricole elle montre systématiquement de la sympathie pour la FNSEA.

Ses Cumuls et ses activités:
1°) Claire Hugues est conseillère municipale de la ville de Pornic, première adjointe chargée des finances.
2°) Claire Hugues est élue conseillère régionale, membre de la commission Agriculture, agro-alimentaire, forêt, pêche et mer.
3°) Claire Hugues est membre de l’ANEL, association des élus du littoral, dont son père est trésorier.
3°) Claire Hugues est aussi vice-présidente de la communauté d’agglomération de Pornic Agglo Pays de Retz.
4°) Claire Hugues est conseillère en financement immobilier au sein du réseau de courtage en prêts Finance Conseil.

Activités de son conjoint Arnault Hugues.
1°) Arnault Hugues est gérant de la SARL unipersonnelle “Arnault Hugues Management”, activité de conseils en affaires et conseils en gestion.
2°) Arnault Hugues est président de la société par actions simplifiée “CITOUBI”, localisée à Nantes, activité de programmation informatique.
3°) Arnault Hugues est gérant de la SARL “Constellation”, localisée 9 rue du calvaire à Pornic, activité de promotion immobilière de bureaux.
4°) Arnault Hugues est gérant de la SCI “La croix du Pont”, localisée 9 rue du calvaire à Pornic, activité de location de terrains et biens immobiliers.
5°) Arnault Hugues est gérant de la SCI “Zadiix”, localisée 2 impasse Auguste Renoir à Pornic, activité de location de terrains et biens immobiliers.

Passé de Madame Claire Hugues:
Elle fut assistante parlementaire de son père Philippe Boënnec (député-maire de Pornic de 2007 à 2012).

Son action présente.
Le 29 janvier 2020 elle gazouille sur son compte Twitter:
Participation à l’instance de concertation du parc éolien en mer de St Nazaire Ce 1e parc français qui fournira 20% de la conso en 44 est un chantier d’envergure qui impose de trouver les équilibres de mise en œuvre avec tous les usagers. #transitionénergétique#emploi#economie
Ces quelques mots suffisent presque à caractériser le personnage, fautes de français, verbiage parfois incompréhensible par un non-initié, vacuité de la pensée, totale incompétence et incompréhension pour le sujet, elle ne cherche même pas à donner un sens à ce qu’elle écrit, elle écrit pour se donner l’illusion qu’elle fait quelque chose…

Elle fait partie de “ce qui grouille, grenouille, scribouille”… (Citation du Général de Gaulle).

Confirmation avec cette photo ci-après publiée sur son compte Twitter le 6 février 2020, une “réunion de travail” à laquelle Mme Claire Hugues a participé avec la légende suivante: “association nationale des élus du littoral les collectivités signataires de la Charte Sans Déchet Plastique sur les Plages se sont réunies, pour partager leurs retours d’expériences sur les actions mises en place et débattre des perspectives d’évolution de la Charte”.
Il s’agit de l’association des élus du littoral, ANEL, son père, Philippe Boënnec, en est trésorier depuis au moins 2014.

Bien remarquer le degré d’implication et d’attention des participants…
Ça gazouille, ça grouille, ça grenouille et ça scribouille!
Et pour bien récupérer de la sieste et s’échanger les derniers bons plans pour rendre constructibles des terrains inconstructibles de par la loi littoral, les breuvages sont prêts…

Le maire en bleu. Mme Van Goëthem en rouge et noir.
Commandant Claire Boënnec-Hugues à sa droite. 24 novembre 2018.

Caractère et comportement de Mme Claire Hugues

Le dimanche 15 mars 2020 à 15 h 30 elle arrive d’une manière tonitruante au bureau de vote numéro 1 (hôtel de ville, Pornic). Alors que les employés municipaux sont masqués, s’affairent sans relâche depuis le petit matin pour faire respecter les consignes et distances de sécurité, et sont dans l’attente des consignes du lendemain matin pour l’accueil des enfants des personnes ne pouvant (du fait de leurs fonctions) garder leurs enfants à domicile, elle ne répond pas à leurs questions, elle martèle vigoureusement le sol carrelé de ses bottes marron à talon en forme de signe intégral, elle crie à la cantonade “j’ai remercié Clémence pour les gâteaux”, elle se sert une copieuse rasade de thé, puis s’installe, sans aucune protection sanitaire, derrière l’urne en position dominante et postillonnante. Ensuite, pendant deux heures trente, à la suite d’un rapide contact physique avec la main de chaque votant, elle veille à introduire elle-même l’enveloppe de vote présente dans sa propre main (main qui émerge de justesse d’une manche longue au volume généreux)…

Madame Christiane Van Goëthem, liste “écoute et expérience, élections municipales Pornic 2020.

De 2014 à 2020 elle est adjointe chargée de la vie locale, associative et sportive de Pornic.
Elle est membre du parti “Les Républicains”.

Ses cumuls et ses activités.
1°) Madame Christiane Van Goëthem est donc élue municipale de la commune de Pornic.
2°) En 2015 elle est élue conseillère départementale pour le canton de Pornic, au sein du conseil général de Loire Atlantique elle est membre de la commission permanente et membre de la commission du développement local.
3°) Elle siège au conseil communautaire du conglomérat de l’agglomération Pornic et Pays de Retz.
4°) Elle est élue au conseil d’administration de l’ANDES :association nationale des élus en charge du Sport.

Son action depuis 2014.
En résumé on peut dire qu’elle vibrionne intensément.

1°) Au sein du conseil municipal elle est “référente du quartier Sainte-Marie secteur rural nord”. A ce titre son action est complètement nulle…

2°) En charge de la vie associative et sportive de la ville de Pornic, entre autres occupations, elle supervise et contrôle, par président d’association interposé, le tennis-club de Pornic.
(Site officiel:Lien vers le site officiel)
Caractéristiques originales de ce tennis-club.
Depuis avant 2014 jusqu’au mois de mars 2019 l’éclairage des quatre courts couverts fonctionne de manière partielle et aléatoire, et ce malgré d’innombrables réclamations des membres et responsables du club. Il a donc fallu plus de cinq ans pour changer des lampes!
Et les toitures de ces quatre courts, pourtant construits en deux tranches de deux courts à plusieurs années d’intervalle, laissent passer l’eau de pluie ou de condensation et fuient depuis la construction. Les initiés disent qu’ici le tennis se joue à six: deux pour essayer de jouer, deux pour essayer de rattraper les balles avant qu’elles n’aillent dans les flaques d’eau, deux pour filmer et rigoler… (Consulté par mes soins sur ces faits, l’ancien maire M Boënnec m’a indiqué que le choix des entreprises sélectionnées pour la construction des courts a été fait, dans un souci d’économie, en direction les entreprises les « moins-disantes ». Voilà un exemple de plus où le bon marché coûte cher à long terme!)
Eh bien Madame Van Goëthem se satisfait de cette situation sans broncher pendant six ans!
On annonce en 2017 la construction de deux nouveaux courts extérieurs, hélas ils ne seront pas en terre battue malgré le souhait de nombreux joueurs, évidemment l’ensemble des joueurs et l’ensemble de la population n’ont pas été consultés là-dessus. Lorsqu’on interroge un élu à ce sujet il répond que ce sont les dirigeants du club (comprendre son président de l’époque, M Alain Bruneau) qui ont choisi la surface et lorsqu’on interroge un dirigeant du club de tennis il répond que la municipalité n’a pas laissé de choix…
Mieux encore, lors de leur construction au printemps 2018 il n’est même pas réalisé une ligne de pente afin d’assurer un écoulement correct des eaux de pluie! Résultat garanti, voir la photo ci-dessous, prise le 31 mai 2018.

Mme Christiane Van Goëthem, élue municipale, valide des courts de tennis sans ligne de pente. Pornic 31 mai 2018.
Courts de tennis sans ligne de pente Pornic 31 mai 2018

Interrogée à ce sujet, l’élue municipale Christiane Van Goëthem, qui a signé le contrat de construction, semble tomber des nues:  “Mais pourtant il y a bien une ligne de pente au cahier des charges, ah bien ça alors… “. Eh oui, Christiane fait semblant de ne pas savoir où les maîtres d’œuvre sollicités par la liste “écoute et expérience” se le mettent, le cahier des charges…
Mieux encore, profitant de sa position au Conseil du conglomérat d’agglomération, elle signe un contrat de construction avec le même maître d’œuvre pour la construction d’un court de tennis extérieur à Rouans. Même résultat…

3°) Dans la salle municipale du Clion-sur-mer elle participe, le ……, à une réunion consacrée au développement des “mobilités douces”, sous les conseils du bureau d’études Mobilis, avec participation libre des habitants. Les participants sont réunis par groupes de 6 à 8, chaque groupe dispose d’une carte pour analyser un secteur de la commune et donner ses souhaits oralement en fin d e réunion. Alors que l’un des participants rend compte des conclusions de son groupe, une voix éraillée anonyme, provenant du groupe des élus municipaux en retrait, beugle “cinq minutes!” Le participant arrive à terminer tant bien que mal sa synthèse qui dénonçait entre autres les malfaçons des raccords de voirie routière à la voie de chemin de fer récemment rénovée par la SNCF, malfaçons qui mettent à mal tous les véhicules, en particulier les deux roues, lors des traversées de passages à niveau communaux. En fin de séance Mme Christiane Van Goëthem prend à parti l’intervenant, sur le ton d’un adulte réprimandant un enfant trop gourmand, en prétendant que le sujet n’était pas à l’ordre du jour. Après vérifications et recoupements il s’avère que les reproches sont parfaitement fondés, qu’il y a eu des accidents matériels causés par les malfaçons, malfaçons entièrement imputables aux sociétés de travaux publics routiers choisies par la municipalité, c’est à dire choisies par Joël Herbin (voir paragraphe consacré à lui), alors que la SNCF avait, pour la partie qui la concerne, parfaitement exécuté les travaux et fourni les plans et toutes indications utiles à la municipalité de Pornic.

4°) Madame Christiane Van Goëthem contrôle également, par président d’association interposé choisi par elle-même, l’OHVP, orchestre d’harmonie de la ville de Pornic, (lien vers OHVP), association largement subventionnée par la ville de Pornic.
Le 18 avril 2018 elle participe à une réunion du conseil d’administration de l’OHVP, à la suite de plusieurs démissions, dont celle d’un couple (habitant hors de Pornic), lui trésorier, elle secrétaire. Ce couple s’est rendu coupable d’un vol de matériel propriété de l’association (papier à en-tête et enveloppes pré-timbrées) et d’une usurpation de fonctions (appel à une assemblée générale sans mandat du conseil d’administration). Alors que Madame Van Goëthem a en main tous les éléments du dossier, elle vocifère, elle nie la démission de ce couple, puis lorsque ce couple annonce son départ de l’association et quitte la salle, elle les rattrape dans le couloir puis revient avec eux, elle refuse qu’on statue sur l’exclusion de ce couple comme le prévoient les statuts de l’association, elle impose l’élection de nouveaux membres du bureau de l’association. Le résultat de tout cela est que ce couple se retrouve confirmé dans ses fonctions!
Le 8 décembre 2018 elle assiste, aux côté d’une autre élue municipale Mme Rondineau, à un concert de l’OHVP (dans l’amphithéâtre du Val Saint-Martin). Lors de l’entracte elles fixent toutes deux certains musiciens en les raillant d’un sourire de mépris.
Le 11 novembre 2019, en ouverture de la cérémonie patriotique place du Môle, Madame Christiane Van Goëthem se précipite vers le premier membre du bureau de l’association OHVP qui lui tombe “sous la main” et l’embrasse devant tous les musiciens qui attendent de jouer…

5°) En décembre 2018 Madame Christiane Van Goëthem interpelle le Conseil Départemental de Loire-Atlantique, dont elle est l’un des élus, en redemandant une aide financière en faveur du cinéma pornicais associatif “Saint-Gilles”, alors que le maire a fini par convaincre cette association de quitter le bâtiment du centre de Pornic pour s’installer dans un bâtiment du futur complexe “Le Chaudron” dont le groupe Jeulin Immobilier construit les murs (sans proposer aucun financement à ce cinéma). Elle présente le déménagement du cinéma comme un projet initié par l’association cinématographique, alors qu’il s’agit d’une idée initiale du maire seul. La réponse du Conseil Départemental est négative, car le département n’aide plus l’investissement des communes dans les équipements culturels. Évidemment l’association cinématographique n’a pas les moyens de ce déménagement, et le maire de Pornic ne manquera pas le moment venu de mettre l’échec de ce projet sur le compte de la seule association…
Voir: ce lien
On est là au cœur du système de gouvernance de la ville de Pornic, c’est un monument de fourberie, de duplicité, de grenouillage par personnes interposées.

Passé de Madame Christiane Van Goëthem

Le 17 octobre 2016, lors de la session du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, elle critique le bilan de gestion de la “maison du Lac de Grand-Lieu”, bilan présenté par Freddy Hervochon (vice-président de ce Conseil départemental, en charge des ressources, des milieux naturels et du foncier). Alors qu’elle est remerciée à ce titre par un habitant de Pornic, elle se montre presque surprise et demande des précisions sur le dossier… Dossier donc qu’elle n’avait pas préparé avant son intervention, on ^peut même douter qu’elle soit allée sur place.

Monsieur Joël Herbin, liste “écoute et expérience, élections municipales Pornic 2020.

L’aisance ontueuse dans la fonction.

Membre du parti “Les Républicains”, toujours calme, aimable, doucereux, à la voix chuintante, il se présente à l’occasion devant la gare ferroviaire, lors d’une émission de télévision estivale, vêtu d’une sorte de pyjama bigarré à motifs, surmontant une paire de pieds nus recouverts de babouches dorées effilées qui semblent tout droit sorties du souk de Marrakech des années 1980.
Officiellement “adjoint aux mobilités”, il est le “parrain” de tous les contrats de chantiers de voirie publiques, contrats qui sont distribués avec tact aux entreprises favorites de la liste “écoute et expérience”: Charrier, Lacroix, Colas, ESVIA, ID Verde.
Habitant près du golf de Pornic, il en profite, avant 2014, pour transformer la rue du golf en une suite de dos d’âne (qualifiés par l’intéressé de “ralentisseurs”, complètement hors normes règlementaires), dos d’âne constitués de gravas mis en valeur par des rétrécissements de la chaussée rendant impossible le croisement et le dépassement. Une des motivations discrètes de tout cela est de suggérer aux habitants un détour (et donc davantage de pollution) pour se rapprocher des commerces et autres grandes surfaces plus au nord…
Il réitère le même coup de la rue du golf dans la rue des bougrenets après 2014.
Dans les faits il contrôle les services techniques de la ville de Pornic et décide par seule opportunité des interventions sur voie publique. Il est le relais privilégié de ces services techniques auprès de la gendarmerie locale (qu’il sollicite en permanence), même pour des affaires mineures ou enfantines qu’un élu ou la police municipale peut facilement résoudre.
Lors de la création du conglomérat d’agglomération de Pornic et du pays de Retz, il se présenta aux élections des membres du bureau communautaire aux côtés de trois autres élus de la liste “écoute et expérience” dans l’unique but d’empêcher l’élection d’un membre de la liste d’opposition “Valeurs et Dynamisme” et donc dans le but de conforter la mainmise de la liste “écoute et expérience” sur le conglomérat, d’empêcher tout contrôle démocratique, de garder secrètes toutes les prises de décisions du bureau communautaire. Mission parfaitement réussie, M Joël Herbin siège donc au bureau, n’y fait strictement rien de concret et garde le silence sur le fonctionnement de ce bureau.

Peu avant les élections municipales Pornic 2020 il déclare, à juste titre, à propos de la liste “écoute et expérience”: “nous avons peur”…

Madame Isabelle Rondineau, liste “écoute et expérience, élections municipales Pornic 2020.

Ses activités.
Isabelle Rondineau est gérant de la société (SARL) Le Rozell située 53 Avenue du Président Roosevelt 44250 Saint-Brevin-les-Pins, activité: restauration traditionnelle.
Isabelle Rondineau est l’un des gérants de la société civile immobilière Pillos située à Huchepie (Pornic), activité: location de terrains et de biens immobiliers.
De 2014 à 2020 Isabelle Rondineau est “adjointe spéciale de Sainte-Marie-sur-mer et aussi adjointe chargée de la “vie des écoles” (sic).
Au titre “d’adjointe spéciale de Sainte-Marie” son action est nulle…
Elle siège également au conglomérat d’agglomération.
Elle devient en cours de mandat l’un des quatre élus municipaux membres de droit de l’OHVP (orchestre d’harmonie de la ville de Pornic).
Présente le 18 avril 2018 à la réunion du conseil d’administration de l’OHVP (voir le paragraphe précédent consacré à Christiane Van Goëthem), elle insiste elle aussi pour réintégrer le couple trouble, en disant “il ne faut pas mettre d’huile sur le feu”, et elle vote pour eux par la suite…
Elle défendit le changement de changement de société (voulu par le président de l’OHVP de l’époque, Philippe Bécarelli) chargée de la maintenance du site Internet officiel de l’OHVP, au profit de la société “Perspectives Marketing” malgré un quintuplement du prix des prestations pour un résultat mitigé… Interrogée sur ce fait elle ne répondit pas. (Mon impression est qu’elle connaît personnellement l’un des dirigeants de “Perspectives Marketing”, mais je n’ai aucune preuve).
Le 9 mars 2020 lors d’une réunion électoral elle intervient au sujet des déplacements, en évoquant la navette estivale dont le tracé doit être allongé en 2020. Elle dit, en déchiffrant une feuille préparée par le clan: “le tracé sera élargi au Pointeau“. Très beau lapsus révélateur de l’état d’esprit du personnage, le Pointeau est un quartier de Saint-Brévin, là où elle tient un restaurant, il fallait dire “le tracé sera élargi au Porteau“, le Porteau étant un des lieux de la côte pornicaise. Une fois de plus on a la confirmation que les affaires commerciales de chaque élu l’emportent sur tâche au service de la collectivité.

Passé de Madame Isabelle Rondineau.

Dans les années 1980 1990 elle contrôle dans les faits le centre équestre pornicais de Huchepie (avec activité de poneys et de chevaux), alors qu’elle n’est que la conjointe du fils des propriétaires et qu’elle n’a elle-même aucun titre de propriété. Elle voue un mépris tenace aux différents moniteurs d’équitation salariés pour le simple fait que ce sont des salariés. A l’occasion elle décide que le manège sera occupé par un poney en détente à la place d’un cours d’équitation prévu. Tout en n’ayant pas les diplômes requis pour enseigner l’équitation, elle encadre toute l’activité poney, non sans certains succès.
En cas de contrôle administratif inopiné avec les cavaliers qu’elle encadre, elle rejoint rapidement le moniteur diplômé et les cavaliers qu’il dirige pour se placer incognito à leur suite…
A la suite d’un important vol de matériel d’équitation au détriment de participants extérieurs lors d’un concours organisé par le club d’Huchepie, vol relaté dans la presse locale, elle téléphone à l’une des victimes et lui dit que ce vol est de sa faute car son matériel devait être “mal rangé” (sic)…

Nicolas Engelstein, liste “écoute et expérience”, élections municipales Pornic 2020.

Nicolas Engelstein est “adjoint délégué aux jeunes adultes”.
Il est aussi expert immobilier notarial.
A la fin de l’année 2019, il s’offre un plein article dans le journal “Le Courrier du Pays de Retz” intitulé “découvrir la méditation de pleine conscience”. Cette chose-là est définie par ceux qui l’enseignent (420 € pour une formation) comme “une présence attentionnée et bienveillante à chaque moment de notre vie, à chaque instant et sans jugement de valeur”. (Sic)…
Il se targue de préparer ainsi Émile Amoros pour les jeux olympiques d’été de Tokyo (régate en 49er)… On retrouve Émile Amoros sur la liste “écoute et expérience” des élections municipales Pornic 2020…
Cela se passe rue Hélène Boucher à Pornic, à proximité immédiate du siège de la société holding Bihannic dont J.M. Brard, maire de Pornic, est gérant.
Voir ce lien et aussi ce lien
Le 08 février 2020 il organise un atelier de méditation « Apprenez à manger en pleine conscience » à l’Auberge La  Fontaine aux Bretons, pour 25 € par participant, nourriture en sus.
Ci-dessous une capture d’écran à partir de l’enregistrement vidéographique de la cérémonie des vœux municipaux, le 19 janvier 2019, dans la grande salle du nouveau casino. Il anima cette cérémonie, vêtu pour l’occasion d’un ensemble rouge (conçu “pour que ça en jette”) sur ordre du maire; son entrée sur scène donna lieu à quelques quolibets et des sifflets.

Cérémonie des vœux 19 01 2019, Casino de Pornic.
Au centre Nicolas Engelstein, à sa droite sur la photo Claire Hugues, première adjointe.
Derrière Claire Hugues, “Le Parrain”: Joël Herbin.
A l’extrême-droite, le maire J.M. Brard.
A gauche de N.E. en arrière plan, Edgar Barbe, l’homme-lige du maire chargé de la transmission et de l’application des décisions du maire et de sa première adjointe en matière d’urbanisme.
En arrière-plan à gauche avec lunettes, Madame Marie-Laure Bayle, officiellement “adjointe chargée des travaux sur bâtiments, voirie, réseaux”, dans les faits elle n’a strictement aucun pouvoir de décision et (parfois pour le simple fait qu’elle est une femme) elle subit en permanence les vexations et humiliations des véritables décideurs et exécutants, le maire et Joël Herbin, le chef des services techniques de la ville et les chefs de chantier des entreprises “accomodantes”. Voir photo ci-dessous. Elle ne se représente pas aux élections 2020.
Rémy Masson, directeur des services techniques, Marie-Laure Bayle, adjointe aux travaux, et Joël Herbin, adjoint aux mobilités, sur un chantier, au bas de l’avenue de la Noëveillard, à Pornic.
15 11 2018 Photographie OUEST-FRANCE (DR)

Yvonnick Kerboriou-Plaire, liste “écoute et expérience”, élections municipales Pornic 2020.

Il est présenté comme un chef d’entreprise de 44 ans. Il est conseiller municipal sortant sans affectation, son rôle s’est réduit à approuver tout ce que le maire a proposé lors de séances du Conseil Municipal de 2014 à 2020, sans même avoir toujours étudié les dossiers… Sa plus récente réalisation est la pose d’une banane, avec un papier adhésif, sur un mur de la médiathèque de Pornic, début décembre 2019…
Interrogé sur cet agissement, il prétendit vouloir imiter l’artiste italien Maurizio Cattelan, qui gagna ainsi 120 000 $ lors de la foire annuelle Art Basel Miami Beach, aux États-Unis. Il ne précise pas si cet acte lui a rapporté et combien…

banane (©Yvonnick Kerboriou-Plaire)

Anne Goudy, liste “écoute et expérience”, élections municipales Pornic 2020.

Anne Goudy tient une agence immobilière, 9 rue de Verdun à Pornic, et réalise là le meilleur coup de sa vie professionnelle, une bonne publicité aux frais de l’État et gratuite pour elle le temps de la campagne électorale!
Site: Site Internet

Jean-Pierre Fleitou-Cocherie, liste “écoute et expérience”, élections municipales Pornic 2020.

Il se présente comme pilote de ligne.
Il est surtout le Président de l’OGEC (organisme de gestion des écoles catholiques) au Clion-sur-Mer (école Sainte-Victoire).

Analyse des soutiens de la liste “écoute et expérience”, élections municipales Pornic 2020.

1°) Monsieur Ludovic Mocudet est directeur d’un cabinet d’expertise comptable (agence In Extenso à Pornic), président de la société pornicaise Lamoc (location de terrains et de biens immobiliers), président de la société pornicaise CD5 Invest (activité de marchand de biens immobiliers), gérant de la société pornicaise Kanpai (activité de location de biens immobiliers). Il se présente dans la première brochure de la liste “écoute et expérience” à la fois comme un fervent admirateur “des bonnes actions menées par le maire actuel JM Brard”, comme acceptant d’être le mandataire financier du candidat aux élections JM Brard, comme soutien personnel du candidat JM Brard, et enfin comme mettant au profit de la commune de Pornic ses compétences professionnelles…
Il est intéressant à ce sujet de consulter le guide du candidat et du mandataire publié par la Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques, voir:

Il en ressort que, dans le cadre d’une élection, un mandataire financier est au service d’un candidat et seulement d’un candidat, un mandataire financier n’est pas au service d’une commune ou autre collectivité territoriale. Le mandataire financier d’un candidat ne peut pas non plus être l’expert-comptable qui présente le compte de la campagne électorale du candidat dont il est le mandataire.

Fin février 2020 alors que le comportement de Monsieur Ludovic Mocudet commence à être connu dans Internet, ce dernier s’efforce d’en effacer toute trace et de se dissimuler.
Le 3 mars 2020 il est en service commandé, il assiste incognito, en fond de salle, au Clion-sur-mer à une réunion publique de la liste Pornic Vent d’Avenir, et s’enfuit dès la fin des échanges, sans saluer personne.
Sa mission consistait à écouter les projets de la liste Pornic Vents d’Avenir afin que ce projets soient intégrés aux promesses de la liste “Écoute et expérience” et présentés comme des idées neuves en oubliant de citer les sources. Ainsi entre autres: une cuisine centrale à fonctionnement local, un skate-park.

2°) Madame Claire Colboc, présidente de l’association des “amis de la Noëveillard”. Elle s’assoit sur sa nécessaire neutralité et dévoie ainsi sa fonction de présidente d’une association, susceptible de recevoir des subventions municipales. Elle semble tout disposée à voter en conseil municipal des subventions ou aides destinées à l’association qu’elle dirige… Voir à ce sujet: ce lien.

Préparation des élections municipales Pornic 2020 par les membres du groupe (« écoute et expérience ») dirigeant de la ville de Pornic de 2014 à 2020, groupe commandé par M. Jean-Michel Brard, maire de la ville de Pornic.

Actions du clan “écoute et expérience” incluses dans la campagne électorale.

Invitation datée du 15 février 2019, envoyée aux membres du comité de soutien du « groupe écoute et expérience », à l’attention des membres de ce comité et de toute personne « favorable à notre programme pour Pornic » à une rencontre le vendredi 8 mars 2019 à 19 h au Val Saint-Martin afin « d’échanger avec vous sur la politique que nous menons et de vous faire part en primeur de nos grands projets »… Proposition d’adhésion au comité de soutien à renvoyer à Madame Claire Hugues.

Peur sur la ville? Participation inopinée et subite de certains membres de la liste “écoute et expérience” à la réunion organisée le 29 janvier 2020 à Nantes (La Manufacture, 10 boulevard de Stalingrad) par l’association Anticor qui présente trente propositions à l’attention des candidats aux élections municipales françaises en 2020.

Jean-Michel Brard fuit et refuse tout débat public local direct entre les deux listes en ces termes: « J’ai reçu une invitation à débattre de la part de la radio Kernews, que j’ai acceptée, répond Jean-Michel Brard. D’autres communes de notre secteur l’ont fait. C’est la seule proposition que j’ai reçue et j’ai accepté. L’autre liste souhaite un débat public ? C’est leur problème pas le mien. »
Donc pour M Brard un débat public c’est un problème…
C’est une réaction normale d’une personne qui a des choses à dissimuler et qui a prévenu les membres élus de sa liste en 2014 en ces termes: « Ici il y a des choses pas claires, mais chut on n’en parle pas…

Pendant la campagne électorale il invite de nombreux présidents d’associations pornicaises à lui rendre visite dans son bureau de maire, afin de leur “présenter certaines perspectives d’avenir”, à charge pour ces présidents d’association de relayer de bonnes informations auprès des adhérents.
Pour le détail de cette affaire voir: cet article du journal Ouest France.

Utilisation de ressources municipales à des fins de campagne électorale pour les élections municipales Pornic 2020

Dès janvier 2020, les services techniques de la ville de Pornic sont en permanence sollicités, pressés, houspillés afin de donner à la voirie l’apparence voulue par le maire. Il faut gratter la terre des ronds-points, nettoyer les bacs à palmiers, rafraîchir les palmiers, gratter la terre des bacs à palmiers afin d’accélérer la sortie de terre des tulipes et jonquilles doubles plantées autour des troncs de façon que la floraison ait lieu avant le 15 mars…
En février 2020 la société ID Verde est appelée à la rescousse par Joël Herbin pour gratter la terre des bacs et autres “mobiliers urbains” proches du casino.
En mars 2020 cette même société est appelée à la rescousse de nouveau par Joël Herbin pour donner un coup de main à la société immobilière Jeulin qui peine à finir la zone commercial du Chaudron avant l’échéance des élections municipales.

La secrétaire de l’école de musique n’est pas en reste, ainsi début février, juchée en équilibre précaire sur une simple chaise, elle doit poser en toute hâte des affiches décoratives dans l’entrée de l’école sur un radiateur chauffant…

La police municipale multiple les rondes, et se montre autant que faire se peut. Son terrain de chasse de prédilection est les environs de la gare SNCF. Le 3 mars 2020 un véhicule fait une ronde au vieux port vers 15 h 30, le mercredi 4 mars 2020 un véhicule intervient vers 17 h contre des jeunes derrière le café du port, là où autrefois une vaste esplanade accueillait des véhicules, des piétons, des habitants et touristes décontractés de tous âges fréquentant la salle municipale du Canal (avec l’école de musique), zone transformée maintenant en zone d’exclusion et de discrimination, zone où tout est pensé et construit pour attirer le chaland au nouveau casino, zone où maintenant les jeunes ne sont plus les bienvenus. On retrouve la police municipale, en véhicule, le jeudi 12 mars 2020 vers 15 h au vieux port, puis vers 17 h dans le quartier de la Birochère.

Même la gendarmerie est sollicitée, par exemple pour une patrouille vers 16 h 15 à la sortie du collègue Jean Mounès le jeudi 12 mars 2020. Il s’agit de montrer que les jeunes sont sous bonne garde…

Bilan et héritage de la mandature 2014-2020, avant élections municipales Pornic 2020, de la liste “écoute et expérience” dirigée par Jean-Michel Brard, maire sortant.

Autosatisfaction affichée (brochure de présentation): “ce mandat (2014 2020) nous l’avons exercé sur la base de valeurs profondes et d’écoute…”
Mais quand on demande “mais quelles sont donc vos valeurs au juste?”, aucune réponse!
Jean-Michel Brard a des valeurs profondes, mais il ne sait pas lesquelles…

Escroqueries au préjudice de la collectivité.

1°) Le bâtiment “Work in Pornic” en cours de construction.
Conçu par le cabinet nantais d’architectes Block, il ne comporte pas d’installation de climatisation, au prétexte que c’est un bâtiment “trois peaux”, le béton, une isolation intérieure, et un “brise-soleil” en bois à l’extérieur. Quand on demande des précisions techniques sur la baisse réelle de température intérieure par rapport à la température extérieure, voici la réponse de l’architecte:
” On ne peut pas vous dire aujourd’hui de combien de degrés la température descendra. Car nous n’avons pas l’outil de mesure. Mais avec la circulation d’air naturelle et “cette troisième peau bioclimatique“,on sait qu’on va pouvoir refroidir le bâtiment. ” (Ouest-France, 18 décembre 2019). Sic…
Donc rendez-vous en été à 40° à l’ombre après inauguration de ce bâtiment à trois millions six cent mille euros hors taxes, on peut être certain de la déconvenue…

Le bâtiment Work in Pornic vu par le journal “le Courrier du Pays de Retz” le 31 janvier 2020. DR

Premiers cercles du pouvoir local, hommes, sociétés influentes à Pornic.

  • Christian Buton, quatre cent huitante-cinquième fortune française en 2019 (classement du magazine Challenges), directeur ou mandataire de quelques dizaines d’entreprises. Il est partie prenante dans l’aménagement de la zone du Chaudron.
    Christian Buton est co-gérant de l’agence immobilière de la ria, 14 quai du 11 novembre à Pornic.
    Christian Buton est gérant de la société Olidine, située dans le nouveau port de la Noëveillard à Pornic (activité de location de terrains et biens immobiliers).
    Christian Buton est gérant du restaurant “le bout du monde”, située dans le nouveau port de la Noëveillard à Pornic.
    Christian Buton est co-gérant de la société civile immobilière du Château, 7 rue du château à Pornic.
    Christian Buton est gérant des sociétés holding “MPC” et “régals de îles”, 7 rue du château à Pornic.
    Christian Buton fut gérant, puis liquidateur de la société “régals des océans”, 7 rue du château à Pornic (activité de location et location-bail d’articles de loisirs et de sport).
    Christian Buton fut gérant puis liquidateur de la société M.G.D.,située au Calypso à Pornic (activité d’agence de publicité).
    Christian Buton est gérant de la société civile immobilière Olikip, 6 rue de l’océan à Pornic.
    Christian Buton est gérant du restaurant le Skipper, situé au port de la Noëveillard à Pornic.
  • Gilles Aupiais. Il est ou a été propriétaire du terrain de la gendarmerie de Pornic.
    Gilles Aupiais est l’un des trois gérants de la société civile immobilière Algide, 12 rue Jean Monnet à Pornic.
    Gilles Aupiais fut administrateur de la société anonyme “la financière bretonne”, 21 la Ficaudière à Pornic (activité d’organisme de placements en valeurs mobilières).
    Madame Nathalie Aupiais fut gérante de la discothèque “les enfants terribles” (SARL dénommée ZET) située plage du Porteau.à Pornic, toujours généreusement parfumée à l’alcool, elle connut de 2013 à 2017 quatre années de redressement judiciaire, de liquidation judiciaire et de clôture pour insuffisance d’actif…
  • Hugo Corbille.

Méthodes de gouvernement: d’opportuns apports d’affaires.

Écouter et avoir de l’expérience” signifie glaner, humer, orienter, guider sans relâche les demandes et suggestions des habitants qui osent s’exprimer afin d’en tirer quelques projets de travaux et de réalisations au profit de certaines entreprises choisies “entre soi”.
Les élus désignés comme “référents de quartier” n’ont aucune action concrète, leur rôle se borne à recevoir les demandes et doléances éventuelles des habitants du quartier concerné puis à les transmettre à Monsieur Joël Herbin, adjoint en charge des mobilités, lequel transforme ces demandes en contrats pour les sociétés de travaux publics qui ont sa faveur.

Il est hors de question de consulter directement les habitants sur tel ou tel projet à partir d’une feuille blanche, au motif, dit M Brard, qu’il y aurait 15 000 réponses”.

Le bâillon ou le cercueil à l’égard des employés salariés de la municipalité et du conglomérat d’agglomération. C’est à dire que ces employés sont en permanence harcelés ou menacés (en référence au “droit de réserve”) et que leurs propos oraux sont systématiquement consignés pour pouvoir être utilisés contre eux au moment opportun.

Utilisation systématique de la main d’œuvre gratuite des associations locales comme générateurs de profits pour certaines entreprises.

Exemples.
1°) Le 19 janvier 2019, profitant de la cérémonie des vœux municipaux, Jean-Michel Brard, fendu jusqu’aux oreilles, suggère à l’orchestre municipal de la ville de Pornic (OHVP) de jouer (de la musique) au Casino afin d’augmenter le chiffre d’affaires de ce Casino (groupe Partouche)…

2°) En 2014 Jean-Michel Brard réussit à convaincre le personnel bénévole du cinéma associatif Saint-Gilles de déménager dans la future zone du Chaudron pour y exploiter bénévolement trois salles au lieu d’une seule à partir du printemps 2020. Tandis qu’il parade sur le chantier, affublé d’un casque à pointe, en compagnie de Bertrand Dabireau (l’homme fort local, le “promoteur” du groupe Jeulin choisi par le groupe “écoute et expérience”), les personnels bénévoles du cinéma Saint-Gilles réalisent trop tard qu’ils sont les pigeons plumés, les dindons de la farce, ils multiplient les emprunts, les recherches de partenaires commerciaux, les appels au “crowdfunding”; le 7 septembre 2019 lors de la journée pornicaise des associations ils vont jusqu’à héler les visiteurs en quémandant un supplément de main d’œuvre gratuite, visiteurs qui leur répliquent: “Eh, si vous demandiez plutôt à Dabireau de travailler gratuitement?…”

Préparation des élections municipales de 2020, à Pornic: parade avec casque à pointe du maire de Pornic et de l'homme fort du chantier sur la future zone du Chaudron, alias zone de la castagne.
Parade, avec casque à pointe en guise de cerveau, du duo maire de Pornic dominé par Bertrand Dabireau, l’homme fort du chantier sur la future zone du Chaudron, alias la zone de la castagne. 2018

3°) La fête de la musique, le 21 juin chaque année.
Lancée en 1982 par le ministre Jack Lang, cette manifestation sonore est progressivement abandonnée ou modifiée dans la plupart des communes françaises. Mais à Pornic le groupe “écoute et expérience” a depuis toujours flairé le bon coup et la bonne affaire, on bat le rappel par médias interposés, on mobilise toutes les associations locales au possible, l’école de musique municipale, (et même l’orchestre d’harmonie de la ville de Pornic, l’OHVP, si le 21 juin est un vendredi, un samedi ou un dimanche), et on prévoit quelques lieux bien placés près des quais du vieux port pour un bruitage maximal, sans rémunération des joueurs, sous l’œil indifférent du visiteur ou du passant, lequel s’empresse d’aller consommer dans un commerce opportunément proche… Bingo pour le café du port et consorts!

Utilisation des enfants comme apporteurs d’affaires.

Il existe un “conseil municipal d’enfants”, où règnent en maître la fourberie et la duplicité. Quelques adjoints du premier cercle d’élus, dont Madame Van Goëthem, Madame Hugues, Madame Rondineau, y contrôlent tout, on demande aux enfants de proposer des projets orientés dans un sens décidé au préalable, les enfants sont surveillés par les élus, les idées authentiques des enfants sont rejetées au profit des idées des élus. On a même pu voir ces enfants, sur l’esplanade de la ria, faire de la publicité à certaines entreprises pornicaises ( la Fraiseraie, la brasserie de la côte de Jade pour sa bière etc.)

Les enfants et les ordures.

Sans doute l’acte l’acte le plus vil de l’histoire de la ville de Pornic!
Le 29 mai 2019 le maire de la ville de Pornic, Jean-Michel Brard, des membres de l’association “hirondelle”, les élus Brigitte Diericx et Martine Bernier, des employés des services techniques de la ville, des enfants d’écoles de la ville, posent sous l’œil méprisant des commerçants riverains après une séance de ramassage d’ordures et de mégots de cigarettes sur le quai Leray.

Pornic, le sommet de l'immonde 29 mai 2019, les mégots, le maire et les enfants
Pornic, le maire, les ordures et les enfants.
Le sommet de l’immonde, 29 mai 2019, quai Leray. (Ouest-France, 31 05 2020, DR)
La photo dissimule les commerces responsables des déchets, sur la gauche.

Rudyard Kipling: tu seras un homme, mon fils.
Jean-Michel Brard: tu seras une ordure, mon fils.

En filigrane: mépris et exclusion de la jeunesse.

Même si la communication officielle du clan “écoute et et expérience” met en avant certaines réalisations et manifestations à l’attention des jeunes, oralement la moindre occasion est systématiquement prétexte à affirmer qu’un jeune dégrade, pue, pollue, salit, fait du bruit, etc.
La gestion des établissements d’enseignement comporte systématiquement une partie de spéculation immobilière, la ville est propriétaire des terrains et l’échéance est toujours une destruction du bâtiment d’enseignement dans le but de faire édifier à sa place (par des “partenaires” privés) un immeuble plus lucratif… Tous les établissements d’enseignement, sans aucune exception, ont ainsi vocation à être démolis et reconstruits de plus en plus loin du centre de la ville. C’est aussi un moyen d’éloigner au maximum de ce centre de la ville “la jeunesse indésirable qui dégrade”.
Le groupe scolaire “Kerlor” est situé à proximité immédiate du casino depuis le déménagement de ce casino en 2019, à la suite de cela les possibilités de stationnement sont amoindries et insuffisantes. “On” (c’est à dire le premier cercle d’élus) a demandé aux personnels de l’école de stationner plus loin et de donner la priorité aux personnels et clients du casino. “On” (c’est à dire Joël Herbin, adjoint chargé des “mobilités”) a aussi supprimé un accès de cet école destiné aux pompiers…

Liquidation des lieux d’enseignement.

Le quarteron de choc des liquidateurs du lycée de Pornic, posant l’air satisfait devant les ruines du lycée le 17 avril 2015.

Ci-dessus une photographie parue dans le journal Le courrier du Pays de Retz le 17 avril 2015, à gauche l’homme fort de la société Loire Atlantique développement-SELA, en deuxième position le maire de Pornic Jean-Michel Brard, en tout les quatre liquidateurs du lycée du Pays de Retz qui ont décidé que ce lieu d’enseignement et de culture serait réduit à l’état de poussière et qu’il n’en resterait strictement rien, pas même le nom d’une rue en souvenir…
Pour les membres de ce quarteron de choc, la vie humaine vaut-elle autant que la vie d’un parpaing?

Les premiers “quartiers sensibles” se profilent, et il ne fait aucun doute que la prochaine mandature verra l’apparition au grand jour de ce phénomène dans la commune de Pornic, quartier du Patisseau entre autres.

L’obsession du palmier.

Le palmier est omniprésent sur l’espace public, dans des caisses de bois. Il est utilisé comme heurtoir à piétons, comme repère sur piste de gymkhana (rue des Sables entre autres), etc.
Jean-Michel Brard rêve-t-il de palmiers chaque nuit?

Un saccage architectural majeur.

En six ans, de 2014 à 2020, la ville de Pornic a été plus maltraitée que durant les 100 000 années précédentes. Une promenade rue du canal ou dans la ria verte à l’est du pont du 8 mai suffit pour comprendre.

Les “petits arrangements”.

Stationnement abusif pendant plusieurs mois près du château en zone bleue. Trois signalements à la police municipale sans aucun effet…

Un bilan écologique ignominieux (2014 à 2020) avant les élections municipales Pornic 2020.

  1. Destruction et saccage complet de l’ancienne ria verte, continuation de l’œuvre magistrale initiée par Philippe Boënnec.
  2. Acquisitions de « mobilier urbain » et d’équipements collectifs systématiquement concernées par des malfaçons et des escroqueries.
  3. Quartier du Chaudron (partie sud-est de la ville) zone naturelle entièrement dévastée et appelée à devenir la plus importante zone de non-droit du pays de Retz, surnommée le quartier de la castagne. Cette zone fut présentée au départ comme une zone de loisirs, finalement il s’agit d’une simple zone de chalandise.
  4. Dévastation d’une zone naturelle dans la zone de l’Europe (ouest de la ville) pour y laisser édifier des magasins surdimensionnés et vides de personnel (une personne pour deux mille mètres carrés).
  5. Élimination répétée de la végétation sauvage qui pousse dans les rues à trottoirs non goudronnés, à l’aide d’engins à fil tournant et de souffleuses, le paroxysme a été atteint au printemps 2017.
  6. Destruction radicale de toute la végétation dans la rue Bocandé en 2017, par asphaltage complet de cette rue (sur ordre de M Joël Herbin, adjoint aux mobilités) alors que cette rue fut présentée à plusieurs reprises dans les médias locaux comme entretenue et fleurie de manière exemplaire par les riverains, avec l’appui de la municipalité représentée en ces occasions par Madame Brigitte Diericx, « adjointe au cadre de vie et à la valorisation des paysages ». En fait cette dernière n’a strictement aucun pouvoir face à n’importe quel engin de destruction manipulé par un membre des services techniques municipaux ou un membre d’une société mandatée par M Brard et on lui fit très vite comprendre en début de mandature que le plus lourd et le plus gros fait la loi à Pornic et qu’elle devait à l’avenir se tenir à l’écart ou se démettre…
  7. Confiscation sans contrepartie d’un domaine public (dont la construction avait été financée par la collectivité), au profit d’un promoteur privé (le groupe Lamotte) : la bretelle d’accès au centre de Pornic par la RD 751 depuis la route bleue RD 213 (à l’automne 2018), on construit ensuite là un immeuble d’habitation de basse qualité, sans aucune protection phonique au bord d’une route de transit départemental à quatre voies, sur un terrain instable . Confiscation d’une voie (sur les trois existantes) et de deux trottoirs du pont de la RD 751 enjambant la route bleue au profit d’un promoteur privé (le groupe Jeulin) constructeur de la zone du Chaudron, au prétexte de créer une voie pour piétons et deux-roues, y compris les trottinettes électriques, le résultat est la création d’un embouteillage pour accéder à la ville ou à la route de Nantes depuis la route bleue, et les deux roues ne peuvent même plus circuler normalement sur la partie droite de la chaussée dans le sens Nantes-Pornic; la bonne solution était la construction d’un second pont ou l’élargissement du pont actuel.
  8. Dévastation de plusieurs rues de la ville au printemps et début d’été 2019, par des « travaux » effectués par l’entreprise Bréhard: arrosage de la chaussée par goudron fumant et odorant et pose de gravillons roulants non fixés, le tout augmente le niveau sonore de la circulation, empêche de marcher pieds nus et constitue un danger mortel pour les piétons et conducteurs de deux roues (tétanos, ou bien pire encore gangrène et amputation après chute sévère…). Le sommet de l’horreur fut atteint le mercredi 26 juin 2019 dans l’avenue de la corniche, jour le plus chaud de l’année en période de canicule. Pendant toute la saison estivale à Pornic, dans tous les quartiers, il fallut endurer des gravillons roulants à l’abandon et des parties de chaussées couvertes de goudron plus au moins liquide suivant la température extérieure. Ce n’est que le 9 septembre 2019 qu’un puissant et moderne engin doté de balayeuses rotatives et d’aspirateurs commença à nettoyer les rues de la ville, incomplètement, ces gravillons tueurs sont toujours là début 2020, bien tapis sur les bas-côtés.
  9. Remplacement de certaines canalisations d’eau potable obsolètes par des canalisations non thermiquement isolées, ce qui abaisse en toute saison la température de l’eau arrivant aux habitations et provoque donc une augmentation de la consommation d’énergie nécessaire pour chauffer cette eau.
    Remarque : M Brard est président de la société Atlantic’eau, syndicat mixte en charge du transport et de la distribution de l’eau potable auprès de 550 000 habitants de Loire-Atlantique.
  10. Présence d’une multitude de “ralentisseurs” routiers, presque tous non conformes aux normes légales, alors que les premières actions judiciaires (auprès des tribunaux administratifs) ont commencé et se multiplient en France, les communes étant contraintes de détruire les installations non conformes.
    Tout ralentissement est source de nuisances et de pollution. L’exemple des pays nordiques avec de vastes zones limitées (sur le papier) uniformément à 40 km/h a été proposé par mes soins au maire et superbement ignoré.

De la gestion à la petite semaine.

Le traitement des déchets.
Afin de justifier les investissements faits par le conglomérat de communes qu’il dirige, M Brard refuse d’instaurer une redevance incitative c’est à dire basée sur les déchets réellement collectés, en fin de mandat il décide subitement qu’il faut maintenant à toute force diminuer le volume des déchets collectés. En particulier il souhaite une diminution de 40% des déchets verts entre 2019 et 2025, à comparer avec l’augmentation prévue de 30% de la population…
Un plan local de prévention des déchets ménagers et assimilés a été élaboré au niveau du conglomérat d’agglomérations, voir: ce lien. Strictement aucune prescription ne concerne les commerçants, notamment les restaurants. Et dans le même temps on a fait ramasser par des enfants les ordures de ces commerçants le 29 mai 2019, voir plus haut…
Le 11 juin 2015, lors d’une réunion publique de présentation d’une nouvelle collecte des déchets présidée par le maire de La Plaine-sur-Mer, M Bahuaud, une personne pose la question de l’emballage recyclable (largement utilisé dans les pays nordiques) et fait remarquer que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas, M Brard pousse du coude M Bahuaud pour l’empêcher de répondre, profère quelques insultes difficilement audibles à l’encontre du questionneur et conclut d’autorité la séance pour passer à la partie “boissons”. Fin 2019 il finit par reprendre à son compte les arguments du questionneur dans le nouveau plan de gestion des déchets à venir (encore un)…

La distribution d’eau potable
M Jean-Michel Brard est président de la société Atlantic’eau, syndicat départemental d’alimentation en eau potable (qui gère la distibution pour plus de 500 000 personnes, dont les habitants de Pornic). Il fait voter le 21 octobre 2016 une modification du “règlement de service” applicable au premier janvier 2017, et en informe discrètement tous les consommateurs dans un document sibyllin daté du premier décembre 2016 et joint à une facture début 2017, il précise certains points, en omettant le plus important: les factures intermédiaires, envoyées exactement six mois après les factures annuelles basées sur les consommations réelles, sont basées sur une consommation dite “estimée” (et fictive dans les faits) de 55% de la consommation de l’année antérieure, au lieu de 50% auparavant. Ceci augmente les factures intermédiaires et procure une avance de trésorerie à la société Atlantic’eau non justifiée jusqu’à présent. Interrogée sur ce point à l’automne 2019, la société Atlantic’eau répond que des associations de consommateurs ont été consultées, et seront de nouveau consultées. Dans le même temps la direction départementale de la protection des populations estime que cette pratique n’est pas illégale et conseille la consultation d’associations de consommateurs.

Mon commentaire: une régie municipale de distribution de l’eau est préférable, c’était une promesse de campagne de la liste de gauche aux dernières élections municipales locales (2014).

La piscine (surnommée “aquacentre”)
Le 26 janvier 2020 une alarme assez discrète se déclenche peu avant 12 h. Le maître-nageur fait alors évacuer le grand bassin, puis le petit bassin est évacué à son tour, ensuite il est annoncé que la totalité du bâtiment doit être évacué. Tous les présents vont aux vestiaires. Dans l’intervalle l’électricité est coupée partout, il faut se changer et se rhabiller tant bien que mal (pénombre, foule et nombre de cabines limité…), en utilisant les toilettes au besoin. On finit par apprendre que la cause de tout cela est un simple malaise vagal d’une personne au sauna.
L’électricité revient avant que les dernières personnes ne soient sorties. Un billet d’entrée gratuit valable un mois est donné à chaque personne expulsée.
(Mon commentaire: cela semble une gestion très anormale d’un incident bénin, manque de personnel? sérieuses lacunes? Une seule personne bien formée suffit pour prendre en charge un malaise vagal, cet incident aurait dû passer complètement inaperçu ou presque, sans aucune évacuation).

Mensonges, fourberie et duplicité.

  1. Annoncée par le maire, le 4 août 2017, lors de l’assemblée générale de l’association des amis de Sainte-Marie sur Mer, l’embauche à temps plein à compter de septembre 2017 d’une personne exclusivement occupée à l’entretien et la surveillance du sentier des douaniers sur toute l’étendue de la commune se fait toujours attendre en 2020…
  2. Remerciements, lors de la cérémonie des vœux le 19 janvier 2019, par M Brard en personne, à l’attention des personnes qui fleurissent certaines rues ou voies publiques. A rapprocher des alinéas 5 et 6 du paragraphe précédent…
  3. M Brard, maire, répète et écrit à l’envi qu’il est un farouche défenseur des arbres. On attend parfois longtemps ses réactions, comme ici, depuis 2017, rue du manoir, près du centre de thalassothérapie:
Bilan écologique du mandat de Jean-Michel Brard en vue des élections municipales Pornic 2020
Massacre à la tronçonneuse rue du manoir à Pornic année 2017. Source : les cartes de la société Google.

Discriminations fondées sur l’origine.

Lors de la cérémonie des vœux, le 19 janvier 2019, M Brard s’excuse pour les six mois de travaux de voirie en cours boulevard de l’océan, c’est à dire le long du rivage dans une zone essentiellement constituée de résidences secondaires de qualité. Mais il « oublie » de s’excuser pour les six mois de travaux de voirie beaucoup plus importants rue de Nantes, le long d’une voie de transit, de desserte et d’approvisionnement, voie essentielle pour la ville, en bordure de logements sociaux…

Casino.

Déménagement en novembre 2018 du quai Leray à la ria verte près de la rue du canal. cet évènement est considéré par l’équipe municipale aux affaires comme le point d’orgue de la mandature 2014-2020. On annonce depuis longtemps une superbe salle de 800 places. Il s’avère que l’assise des sièges fait 30 cm en largeur, à comparer aux 40 cm des sièges de la salle du Val Saint-Martin. 800 places oui, mais 800 places pour enfants…

Image vile et dégradante de la femme, héritage de la mandature 2014 2020 avant élections municipales Pornic 2020.

Pour le premier anniversaire du déménagement du casino de Pornic, en novembre 2019, l’affiche suivante fleurit partout dans la ville. On note que la municipalité soutient ce remugle car le logo de la ville est présent en bas de l’affiche.

Sinistre héritage de la mandature 2014-2020. Préparation des élections municipales Pornic 2020.
Image dégradante de la femme, pornographie, incitation à la prostitution, barbarismes, tout y est…

Pornic, Plages du littoral.

Une utilisation permanente de l’insulte orale publique.

  • « Un élu s’est plaint des embouteillages du dimanche matin entre l’entrée sud-ouest de la ville et le magasin U, c’est donc un mauvais élu car il ne fréquente pas les magasins du centre ville » (M Brard, maire de Pornic, réunion publique, salle municipale du Clion sur Mer, 20 juin 2016).
  • Le 6 janvier 2018 lors d’une réunion conviviale organisée par l’association des amis de Sainte-Marie sur mer alors qu’il évoque de prochains travaux de voirie le long du Boulevard de l’Océan avec peut-être à cette occasion un changement de la circulation automobile (à sens unique, une consultation était en cours), M Brard, maire de Pornic, s’arrête soudainement pour insulter l’un des convives, parfaitement silencieux et attentif, qui n’aurait, selon lui, pas son mot à dire sur ces questions. Sidéré le convive insulté lui rétorque qu’il est plus ancien que le maire, qu’il a fréquenté les plages de Sainte-Marie-sur-Mer avant le maire, que cette réunion est conviviale, et qu’un maire n’est pas obligé de rester dans une collectivité s’il ne s’y sent plus à l’aise. L’épilogue de cet épisode est la décision actée par le maire d’un changement du sens de circulation boulevard de l’océan exactement conforme aux préconisations de ce convive insulté, convive qui était déjà intervenu dix ans auparavant auprès du maire précédent pour lui signaler son erreur initiale lors de la mise en sens unique du boulevard de l’océan…

Une enquête publique de pure complaisance à l’attention du restaurant Zagaya.

Du 31 octobre au 30 novembre 2018 à Pornic se déroula une enquête publique relative à la possibilité pour la commune de Pornic de solliciter l’État afin d’obtenir un avenant au contrat actuel de concession de certaines plages, l’idée étant d’autoriser certains concessionnaires à disposer d’installations sur le domaine public maritime toute l’année au lieu de six mois comme c’est le cas actuellement.

Le dossier complet de cette enquête est consultable en cliquant sur ce lien :
Lien vers le dossier d’enquête publique concessions de plages Pornic fin 2018

Cette enquête publique provoqua dans un premier temps de la sidération, puis, à la lecture des premières observations consignées dans le registre d’enquête on en comprit vite l’unique motif : permettre au restaurant Zagaya, (situé boulevard de l’océan, sur la plage des grandes vallées), d’être ouvert toute l’année…
L’analyse juridique de la présentation de l’enquête publique par la municipalité aux élus municipaux puis au grand public est consternante.
Les deux liens ci-dessous aboutissent à mes deux documents d’observations versés au dossier de cette enquête publique.
Observations de M Axel Bergeron, enquête publique relative à l’avenant au contrat de concession de plage de Pornic, novembre 2018 Télécharger
Observations de M Axel Bergeron, complément, enquête publique relative à l’avenant au contrat de concession de plage de Pornic, novembre 2018 Télécharger

Photographies prises le 29 novembre 2018, plage des grandes vallées.

Pornic, plage des grandes vallées, 29 novembre 2018. Détail de l’installation électrique extérieure du restaurant Zagaya.
Pornic, plage des grandes vallées, 29 novembre 2018. Détail de l’installation électrique extérieure apparente du restaurant Zagaya.
Pornic, plage des grandes vallées, 29 novembre 2018. La plage, le restaurant Zagaya sur la droite. Un trait de côte mal entretenu.
Pornic, plage des grandes vallées, 29 novembre 2018. La plage, le restaurant Zagaya sur la droite.

Finalement le commissaire enquêteur émit un avis défavorable à l’initiative de la mairie de Pornic, ce qui est plutôt rare.

Propagande de bilan de la liste “écoute et expérience” en vue des élections municipales Pornic 2020.

Lors de la cérémonie des vœux à la population, le 20 janvier 2018, les points forts de la propagande de bilan apparaissent en filigrane.

1°) Diminution de la fiscalité directe locale, il faut comprendre seulement une diminution des taux de la part communale des taxes locales, ceci conformément à une promesse électorale faite en 2014. Promesse tenue, au prix d’une privatisation croissante de l’espace public et des services publics et au prix de faibles investissements eu égard à l’augmentation de la population locale. mais de toute façon comme les autres taux ont augmenté, il n’y a eu aucune diminution globale des impôts locaux à Pornic entre 2014 et 2020.

2°) Bonne gestion globale de la ville, rappelée avec force par Mme Claire Hugues, première adjointe et fille du maire précédent (Philippe Boënnec).

3°) Construction et ouverture d’un nouveau casino. La cérémonie de présentation des vœux municipaux à la population le 19 janvier 2019, dans une salle de ce nouveau kursaal, fut présentée comme le point d’orgue de la mandature 2014 2020 avec une recherche maximale du caractère clinquant.

4°) Phrase répétée avec insistance en réunion publique : « Aucun mètre carré de terrain de plus que l’existant avant le début de la mandature n’a été rendu constructible ». C’est exact, mais rien n’obligeait l’équipe actuelle à accepter et accentuer les errements de l’équipe précédente.

Cérémonie des vœux à la population, le 19 janvier 2019, confirmation.

1°) La grande salle du nouveau Casino, présentée en 2018 comme objet de vénération se révèle être une salle de 800 places, certes, mais 800 places pour enfants, la largeur de l’assise des des chaises étant de 30 cm…

2°) Présentation mensongère ou insincère du bilan des investissements annoncés pour 5 700 000 €, il s’agit essentiellement de travaux d’entretien destinés à remplacer ou moderniser de l’existant défectueux ou obsolète, par exemple des travaux de voirie boulevard de l’océan. Un investissement c’est une création.

3°) Annonce, par le maire de démarches visant à obtenir pour Pornic le label de « petite cité de caractère ». C’est un joli « coup tordu », car cela semble s’adresser aux amoureux des belles pierres, du patrimoine, des villas côtières de caractère, mais quand on approfondit les recherches, par exemple sur le site Internet correspondant, on découvre que ce label est celui d’une simple association (et non pas un organisme d’État) qui agrée certaines communes  respectant des critères bien précis, ainsi :

  • L’agglomération doit être soumise à une protection au titre des Monuments Historiques, ou d’un Site Patrimonial Remarquable.
  • Petites unités urbaines : communes de moins de 6000 habitants, ou la population résidant au sein de l’espace soumis à une protection au titre des Monuments Historiques ou du Site Patrimonial Remarquable doit être inférieure à 6000 habitants au moment de la demande d’adhésion. 
Coup tordu de Jean-Michel Brard, le 19 janvier 2019 dans le Casino de Pornic, pour la préparation des élections municipales Pornic 2020.
Logo présenté à Pornic, c’est une insulte à l’égard de toutes petites cités de France dont les maires s’investissent résolument et sincèrement dans la sauvegarde et la mise en valeur de leur patrimoine.

Source : https://petitescitesdecaractere.com/fr

On en est bien loin à Pornic…

Par contre on découvre également :

https://petitescitesdecaractere.com/fr/petites-cites-de-caractere-7-cas-de-revitalisation-de-centres-villes

Un appel du pied comme ça en direction des commerçants du centre de la ville, hum, ça sent très très bon pour les prochaines élections municipales…

Propagande visuelle sur le territoire de la commune pour les élections municipales Pornic 2020.

Des panneaux « ici la ville investit pour vous » font leur apparition dès 2017 près de chantiers ou travaux d’entretien dérisoires, secondaires qui n’ont strictement rien à voir avec de véritables investissements. Travestir et falsifier le sens du mot « investissement » est un procédé ourdi par l’équipe municipale aux affaires “écoute et expérience” pour tenter de contrer l’argument selon lequel la ville est désendettée au prix d’un abandon des investissements pourtant nécessaires en raison de l’augmentation importante de la population locale, population d’ailleurs que cette équipe n’arrive même plus à chiffrer de manière précise…

Exemples :

1°) Durant l’été 2017 la réfection du sol du parking du marché de la Birochère, cible visée : les vieillards, les commerçants, l’association des amis de la Birochère commandée par M Michel Prou (soutien du maire en place), voir : Lien vers l’association les amis de la Birochère ADLB
2°) En janvier 2020 le marquage au sol de places de stationnement proches de la plage de la Birochères est repeint opportunément (alors que le site était à l’abandon depuis au moins 18 mois), cible visée: l’association les amis de la Birochère (ADLB) commandée par M Michel Prou qui habite dans la même rue.
Voir : Lien vers l’association les amis de la Birochère ADLB
2°) La construction d’un nouveau rond-point à l’intersection de la rue Mermoz et du boulevard de Linz, cible visée: quelques riverains de la rue Mermoz qui ont réussi à faire imposer un sens unique dans « leur » rue pendant la mandature précédente pour assouvir leurs appétits personnels au détriment de l’intérêt collectif.
3°) Au début de l’année 2018, l’aménagement, c’est à dire la création d’entraves, de rehaussements, de rétrécissements supplémentaires (au prix « fort » pour la collectivité), au rond-point du Sandier, cible visée : les vieillards, les personnes qui fréquentent le cabinet médical Jean Moulin proche de ce rond-point.

Ci-contre ce rond-point du Sandier, le 10 février 2018, « traité » par la société ESVIA.

La meilleure image de l'investissement de l'équipe de Jean-Michel Brard au service de la ville avec en ligne de mire la préparation des élections municipales Pornic 2020.
Un “investissement” à Pornic…

On peut remarquer à quel point le mépris du visiteur est poussé: entrave volontaire à la circulation par rétrécissement, profil des trottoirs et bordures conçu et réalisé exclusivement pour assurer le profit maximal au maître d’œuvre et la dépense maximale à la collectivité (c’est à dire ici aux habitants de Pornic). Et le visiteur est prié de dire merci, de se pâmer en psalmodiant des paroles d’extase devant cet « ouvrage d’art » tel un vieux Tibétain (ou une vieille Tibétaine) devant un moulin à prières…

Propagande dans les médias officiels contrôlés par l’équipe en place.

1°) Au début de l’année 2018, le magazine « Pornic Agglo » vante en sa page 12 les mérites et les charmes des villas balnéaires.

Cible visée: les amoureux des belles pierres, les défenseurs du patrimoine, les membres de l’association ADRP (voir Lien vers l’asssociation ADRP), association honnie de l’équipe actuelle qui contrôle la ville en raison de ses recours, couronnés de succès, contre certaines décisions d’urbanisme nuisibles à la conservation du patrimoine local.

Projets en cours volontairement laissés en attente afin d’être transformés en sujets de la campagne électorale des élections municipales Pornic 2020.

1°) La révision du PLU (plan local d’urbanisme) dans son ensemble.
En particulier l’avenir de la zone boisée située à Sainte-Marie sur mer, entre l’avenue des grandes vallées et la rue Guynemer. Cette zone est l’objet d’une saga judiciaire depuis des dizaines d’années, les quatre phases suivantes se répètent sans qu’on en voie la fin: protection insuffisante contre de nouvelles constructions – projet de constructions –  recours judiciaire gagnant de l’association ADRP (voir Lien vers l’asssociation ADRP) aboutissant à l’impossibilité de nouvelles constructions – modification des documents d’urbanisme affaiblissant la protection contre de nouvelles constructions… Dans un article page 13 du journal le Courrier du pays de Retz daté du 24 mai 2019, M Brard se prononce à la fois contre le déboisement de cette zone et pour la possibilité de nouvelles constructions. Donc clairement il veut coûte que coûte continuer la saga judiciaire, au détriment des intérêts financiers et patrimoniaux de la collectivité.

2°) L’avenir de la place du Môle.
Page 14 du journal le courrier du pays de Retz daté du 4 mai 2018, à propos de cette place, M Brard déclare « il faudra la repenser de manière qualitative. Le projet n’est pas prévu dans cette mandature. Ce sera un sujet pour la prochaine. »
Le 25 novembre 2018, M Brard déclare que les associations patriotiques ont apprécié un éphémère monument aux morts place du Môle le 11 novembre 2018, et qu’on pourrait donc envisager d’y construire un monument aux morts de toutes les guerres.

3°) L’ouverture de tous les commerces le dimanche.
Jusqu’à présent les commerces de périphérie, dont les grandes surfaces,  sont restés fermés le dimanche et les jours fériés. On comprend en 2018 que cette situation est précaire et peut évoluer.

4°) L’avenir du bureau de poste de la Birochère.
En 2018 il n’est plus ouvert que le matin, et n’a connu aucune modernisation. Pourtant son emplacement est de qualité, facilement accessible, alors que le bureau de poste principal situé sur les quais a un accès entravé par des bacs à palmiers, est situé dans une zone inondable, et fut complètement inondé puis rénové après la tempête Xynthia.
En 2019 et 2020 ce bureau continue de se dégrader, entre autres on n’y trouve plus aucun timbre-poste hormis des timbres ordinaires pour lettres de moins de 20 g. Il reste même fermé une semaine complète, du 17 au 22 février 2020.
Mon commentaire: même si la poste est une société privée, un maire peut au moins faire connaître son désaccord avec une dégradation sciemment organisée.

5°) Saga: le projet de liaison entre la ville basse et la ville haute.
Il s’agit des escaliers Paynot et de l’espace situé au nord des anciens locaux des pompiers (rue de la marine). Dans les derniers mois de son dernier mandat, le maire Philippe Boënnec a décidé détruire tout l’existant, et, en utilisant les demandes de quelques personnes handicapées incapables de monter seules les escaliers Paynot, d’apporter une belle affaire à la société par actions simplifiée “Performance et Promotion”, contrôlée (via la SARL Jadco Invest) par la famille Jeulin: faire construire là une immeuble de bureaux et d’habitations . Il était même prévu un double escalator public entretenu ensuite par la ville! Il était prévu aussi de faire disparaître la vue du port depuis la chapelle de l’ancien hopital. Grâce à la ténacité d’une adhérente de l’association ADRP et au recours auprès du Tribunal Administratif exercé par un autre adhérent de cette association, ce projet fut abandonné. Une fois élu maire en 2014, Jean-Michel Brard, contraint dans ce dossier à cravacher dur par Mme Claire Hugues (fille de l’ancien maire et première adjointe qui contrôle dans les faits l’immobilier à Pornic), décida de reprendre ce projet coûte que coûte. Trois projets fictifs concoctés par des bureaux d’études furent présentés en exposition publique, l’un des trois recueillit une majorité d’avis favorables, puis le projet fut abandonné en raison du manque de profit prévisible pour le promoteur. Enfin Jean-Michel Brard annonça, lors des vœux 2019, que cet endroit serait aménagé avec des fonds publics.
Complet revirement début 2020, le programme du clan “écoute et expérience Pornic 2020” prévoit de détruire les jardins et de construire un immeuble de commerces sur le modèle du quartier du chaudron (alias le quartier de la castagne).
Évidemment cela signifie que la vue du port depuis l’ancien hôpital disparaîtra, et que cet endroit deviendra l’un des plus puants, sales et nauséabonds de toute la ville de Pornic.
Donc saga judiciaire à prévoir de nouveau.

6°) L’avenir de la ligne de chemin de fer Pornic-Nantes.
Il est plutôt incertain, avec la fermeture, concrétisée en 2019, des points de vente animés par des personnes physiques, et avec de multiples retards, des trains supprimés d’après les médias locaux. Fin 2019 et début 2020 l’accès de la gare, déjà privée de guichetier, est restreint au prétexte de dégradations.
Le maire lui-même alimente ce sujet, à coup de nombreuses circonlocutions (qui se contredisent les unes les autres), en susurrant dans la presse locale qu’il souhaite une nouvelle « halte ferroviaire » au lieu dit “Les Duranceries” à quelques kilomètres à l’est du centre de Pornic, avec des navettes (de quel type, mystère) entre la gare actuelle et les Duranceries. Les initiés comprennent qu’en fait, tout comme son prédécesseur (Philippe Boënnec) qui n’avait pas réussi à imposer son projet lors du début des travaux de la ria verte, M Brard souhaite donc la fin de la gare de chemin de fer et des trains dans le centre de Pornic afin de lancer deux nouvelles opérations immobilières, une à la place de la gare actuelle et une aux Duranceries.
Il est très probable que cela ait déjà fait l’objet d’un accord tacite et discret entre le maire de Pornic et la SNCF alors que M Brard, pour donner le change, déclare officiellement dans les médias, à chaque occasion possible, déplorer la dégradation du service ferroviaire…
Le 9 mars 2020, en réunion politique électorale, M Brard est interrogé à de multiples reprises et avec insistance sur le sujet. Il déclare avec force “la gare sera conservée”. Quelques minutes ensuite il affirme que le terminus de la ligne de chemin de fer sera aux Duranceries, et que ce sera un autre service, avec changement, qui effectuera la trajet entre les Duranceries et la gare de chemin de fer centrale. Il réussit à temporiser en déclarant que tout cela se fera après 2026.
Il ne fait donc aucun doute que le clan a des projets à long terme et les cache à la population. Le maire précédent, Philippe Boënnec, avait déjà laissé entendre que la future entrée de la ville de Pornic serait déplacée aux Duranceries.
Depuis 2010 il existe une SCI Les Duranceries… Voir: ce lien. Mais mieux encore on trouve sur place une vaste déchèterie illégale (visible de la route Pornic-Nantes), sur plus de 7500 m², avec pneus, ciment, amiante etc.
Localisation de cette déchèterie (prendre RD 97 au nord de la RD 751, puis premier chemin à droite).
Un arrêté municipal interruptif de travaux trône à l’entrée. Mais le mal est fait. On est là dans la même situation qu’avant la construction du centre Leclerc dans l’ouest de Pornic en partie sur des terrains pollués par les déchets du navire Érika, et jamais dépollués depuis. ( Là les déchets sont sous les arbres chétifs plantés au sud du centre Leclerc). Il sera toujours temps de dire que ces terrains, autrefois à usage agricoles, sont maintenant devenus impossibles à cultiver et qu’ils sont donc tout juste bons pour une opération immobilière…

Arrêté municipal interruptif de “travaux”, février 2020. Les Duranceries. Pornic.
Décharge illégale et toxique. Les Duranceries. Pornic. 23 frévrier 2020.

7°) Un musée de la ville de Pornic.
Cela fait partie des attentes de certains visiteurs, et cela fait partie des projets de M JM Brard.
Il pourrait occuper l’actuelle gare ferroviaire dont le maire actuel veut la disparition.
Mon idée: une partie du musée consacrée au fondateur de l’État soviétique, Влади́мир Ильи́ч Улья́нов, ou Lenine (qui fit un séjour à Pornic en juillet 1910), pourrait attirer beaucoup de visiteurs, au moins par curiosité.

Conclusion pour les élections municipales Pornic 2020