Élection présidentielle française 2017

Élection présidentielle française 2017 et suites.

Analyse de certains programmes.

(Avertissement: il n’y a dans ce paragraphe aucune prise de position directe de ma part).

Front National (FN), Marine le Pen

Il est prévu une sortie de l’euro, ce qui provoque systématiquement des questions lors d’entretiens dans les médias avec mise en difficulté du représentant du parti FN, lequel répond « cette sortie sera très progressive ».
Je préconise de prévoir la coexistence deux monnaies en circulation dans le pays, l’euro pour les échanges internationaux, et une autre monnaie pour les échanges intérieurs. Ce système existe et fonctionne à Cuba, dans les territoires d’outre mer français, dans certains pays africains.
A la suite de cette préconisation, la position de la candidate Marine le Pen est modifiée le 29 avril 2017 et coïncide désormais avec la mienne.

Prises de position personnelles, commentaires politiques.

Emmanuel Macron

Passé.

Représentant, avec Monsieur Guillaume Rambourg, la société Bab el Mektoub SA (de droit panaméen), il signe un bail commercial d’un an renouvelable par tacite reconduction (commençant le premier janvier 2013) pour la location d’une propriété (Dar Olfa à Marrakech) à la société Capella Sarlau (de droit marocain) pour 1500 dirhams par mois.

Programme électoral et campagne électorale.

Son programme électoral est dépourvu de cadre général, il est indigent et peut être qualifié de salmigondis, de concaténation disparate.
Il ne prévoit aucune rupture franche avec le passé.
Il est souvent l’homme qui vient d’ailleurs, il peut être physiquement présent dans un lieu de France tout en étant intellectuellement ailleurs, il n’a aucune capacité à « sentir » une foule, un pays.
Le 26 mars 2017, à Saint-Denis de la Réunion, il évoque le département de la Guyane et le qualifie d’île…
Le 27 mai 2016, il rend visite à des pêcheurs près de Montpellier. Voir cette vidéo:

DR (droits réservés).
Cette vidéo résume à elle seule une grande partie du pesonnage.
On remarquera la richesse de son vocabulaire, et son usage de la langue française:
« Tac tac tac tac », « c’est pas triste », « c’est des gens attachants », « il est bien ce mec là », « les gens pensent que c’est ringard », « c’est des gens courageux qui bossent », « il est pas manchot », « yçdémerdebien ymodernise sontruc ».

Sa personnalité et ses démarches peuvent rappeler, en partie et en y ajoutant donc une bonne dose de vulgarité, celles de Valéry Giscard d’Estaing en 1974.
Il ne semblait pas avoir l’étoffe d’un chef d’État avant l’élection présidentielle, qu’il remporte finalement le 7 mai 2017.

Présidence.

Arrivé au pouvoir il semble redonner un certain prestige à la fonction présidentielle. En particulier il rétablit, à fort juste titre, un strict contrôle de la communication émanant des services de la Présidence de la République et du gouvernement à l’attention des médias.
En août 2017 il dépose, à fort juste titre, une plainte pour harcèlement visant un journaliste voulant l’importuner à Marseille.
Le 12 mars 2018 il fustige fort à propos une journaliste, Valentine Oberti, qui l’interrogeait sur le caractère privé de sa visite du monument indien Taj Mahal en sous-entendant qu’elle aurait aimé s’y faire inviter…
Le mot qu’il utilise le plus est « pragmatisme ».

Utilisation de la langue française, citations.

« Comment vous vous sentez? » , « on vous fera un briffe complet en rentrant ». (Conversation avec l’astronaute Thomas Pesquet de retour de mission spatiale le 2 juin 2017).

Impostures et mascarades.
  • Le 19 juillet 2017, dans le massif alpin, Emmanuel Macron s’invite dans la voiture du Directeur du « Tour de France Cycliste » (alias la grande mascarade). Comme pour ses prédécesseurs, ce simple fait à lui seul l’empêchera d’être réélu à la Présidence de la République Française s’il se représente.

    Droits réservés
  • Le 20 juillet 2017, sur la base militaire d’Istres, Emmanuel Macron utilise une tenue militaire, à son nom, sans nécessité de service. Bien remarquer les sourires de mépris des militaires sur cette photographie, à droite (droits réservés).

  • Le 15 août 2017, à Marseille, Emmanuel Macron s’affiche mal rasé et revêtu d’un maillot publicitaire de joueur de football. Ci-dessus à gauche (droits réservés).
Réseaux de soutien
Cérémonies.

Le 28 mars 2018 Emmanuel Macron préside, dans la cour d’honneur des Invalides à Paris, une cérémonie d’hommage au gendarme Arnaud Beltrame décédé (dans des circonstances peu claires qu’il faudra préciser et qui ne sont pas forcément ce qui a été présenté immédiatement après les faits) lors d’une attaque, revendiquée comme ayant un rapport avec la religion musulmane, à Trèbes le 23 mars 2018. Deux petits passages sont à relever.
« …à Trèbes, dans l’Aude… », Emmanuel Macron montre là, une fois de plus, par ces deux simples mots parfaitement superflus, qu’il ne maîtrise pas la géographie du pays qu’il dirige.
Évoquant le décès de Mireille Knoll, à Paris le 23 mars 2018, il affirme qu’il s’agit d’un assassinat d’une personne parce qu’elle est juive, il commet là une faute, c’est au juge judiciaire du siège qu’il reviendra de qualifier précisément cette affaire lors du procès final, nulle autre personne n’est compétente pour cela , pas même le Président de la République française.

Manques et défaillances
  • Le 12 avril 2018, interrogé au sujet du projet de baisse de la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens de circulation sans séparateur central (de 90 km/h à 80 km/h), il justifie cette idée par ces mots « les camions roulent à 80 km/h et les voitures à 90, comme c’est autorisé aujourd’hui. Celles-ci les dépassent et puis patatras ».
    Il montre ainsi qu’il ne connaît strictement rien à la circulation routière…
Opérations douteuses.
  • Le premier juin 2017 au soir, Emmanuel Macron fustige la position des États Unis à propos des « accords de Paris pour le climat » et invite des chercheurs étrangers « spécialistes du climat » à rejoindre la France. Fin juillet on annonce des centaines de candidatures en particulier pour des séjours longs, cette opération étant financée par des bourses pouvant atteindre un million cinq cent mille euros.
    Je prévois qu’on découvrira dans quelque temps que les « chercheurs » ainsi attirés n’auront rien cherché du tout, et auront profité à bon compte des soixante millions d’euros mis à disposition par l’État Français dans cette opération au bout du compte nuisible aux intérêts de la France.
  • Le 29 mars 2018 il annonce un plan d’un milliard et demi d’euros en faveur de l’intelligence artificielle jusqu’en 2022. J’émets les mêmes réserves qu’au paragraphe précédent.