Ville de Pornic


Ce site n’est pas le site officiel de la commune de Pornic, je présente ici sommairement la ville et je relate divers faits et spécificités de la vie locale. Les principaux sujets traités sont les aménagements de voirie réalisés depuis le début des années 2000, les réalisations et projets d’urbanisme, le fonctionnement des services municipaux. Je présente certaines associations locales.
Site officiel de la ville de Pornic :
http://pornic.fr/
Autre site consacré la commune et ses alentours : http://i-pornic.com/

Site Wikipédia de la ville: https ://fr.wikipedia.org/wiki/Pornic

La photo ci-dessus est celle de la plage de l’étang, littoral ouest, le 28 janvier 2016, photo figurant sur le site Blog d’Alain Barré.

Histoire de la ville.

Tour de France cycliste du centenaire, année 2003.

Le 26 juillet 2003 la dix-neuvième et avant-dernière étape de ce tour de France cycliste est une étape contre la montre entre Pornic et Nantes. Sous le commandement de son maire, Philippe Boënnec (lequel avait fait voter en Conseil Municipal une dépense de
20 550 euros hors taxes à l’attention de la société organisatrice du Tour de France Amaury Sport  Organisation et avait obtenu le remboursement de cette dépense par le Conseil Général de Loire Atlantique) , la ville s’est préparée avec soin à cet évènement.
Cette journée mémorable a été marquée par un temps jamais vu ici un 26 juillet depuis au moins un siècle: un brouillard dense associé à une pluie abondante et continue digne d’une mousson d’été au Cambodge. Aucun hélicoptère n’a pu suivre l’étape au cours de laquelle au moins un coureur, deuxième au classement général, a chuté, victime d’un « aménagement de voirie » validé par le Conseil Général…
En milieu de matinée les différents autocars des équipes engagées se sont présentés à Pornic en sens interdit dans la rue du Canal pour rejoindre leur stationnement face au vieux port, sous le contrôle des membres de la police municipale tout sourire devant les vitres fumées dissimulant les dernières transfusions sanguines et les dernières prises de « fortifiants » avant la mascarade…
Pour cette occasion ce lieu de stationnement a été baptisé par la municipalité « place du centenaire du Tour de France ».
Dix ans plus tard il ne reste rien de cet épisode de honte collective et la petite place a disparu discrètement lors de la mise à sac de la ria verte de Pornic (mise à sac initiée par M Philippe Boënnec maire de Pornic de 1993 à 2014).

Personnalités liées à l’histoire de la ville de Pornic.

Philippe Boënnec, maire de 1993 à 2014.

Site Wikipédia consacré à cet homme, site très incomplet, manifestement hostile et partial (ce qui est très inhabituel sur Wikipédia) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Bo%C3%ABnnec

Citations.

Le jeudi 24 octobre 2002, à propos du choix de Pornic comme avant-dernière étape du Tour de France cycliste en 2003, il déclare au journal de 13 heures d’une chaîne de télévision nationale française: « C’est suppaire, on fait faire la fête pendant trois jours! ».

Personnages martyrs.

  • Madame Valérie Potier. De 2008 à 2014 elle est simultanément employée dans un magasin du centre de la ville par M Jean-Michel Brard, premier adjoint du maire M Philippe Boënnec et aussi élue municipale adjointe à la culture…

Vie politique locale.

Élections municipales 2020

Lien vers la page de mon site consacrée à ces élections :

http://axel-bergeron.fr/index.php/ville-de-pornic/elections-municipales-pornic-2020/

Slogans de propagande

« Les élus sont à l’écoute de la population ». Répété à l’obsession lors des réunions publiques et dans les écrits de propagande.

Gestion municipale

Le maire élu en 2014 s’est engagé à baisser les impôts locaux durant tout son mandat. En 2017, à mi-mandat, force est de constater qu’il tient parole, et de constater aussi que la ville est désendettée au prix d’une privatisation croissante de l’espace public. Par contre ceci se fait au détriment des investissements, trop faibles eu égard à l’augmentation de la population à venir.

Gestion du personnel municipal.

Systématiquement, lorsque le maire de Pornic évoque en réunion publique l’ensemble des employés de la ville, c’est pour se plaindre de leur coût pour la collectivité.

Il peut arriver qu’un employé municipal reçoive en guise de vœux de nouvel an une lettre recommandée dans laquelle on lui signale que son traitement complémentaire de fin d’année (souvent appelé treizième mois) est largement diminué, sans qu’on lui donne aucune raison et sans que la personne précise qui a pris cette décision soit identifiable…

M Philippe Boënnec a recruté, puis congédié un directeur général des services (DGS). Actuellement cet ancien DGS est désœuvré, tout en continuant de toucher une rémunération. Ceci coûte au moins 100 000 euros par an à la ville de Pornic depuis des années…

Réunions politiques.

1) Réunion publique le jeudi 4 mars 2010 à partir de 19 h 45 à l’espace culturel du Val Saint-Martin, organisée par la section départementale du parti UMP (à laquelle appartient le maire de Pornic, Philippe Boënnec) en présence de Michèle Alliot-Marie et Xavier Bertrand.
Après cette réunion, vers une heure du matin le 5 mars, la voiture de M Bertrand fait l’objet, à l’initiative de la gendarmerie locale, d’une mesure de vitesse estimée à 144 km/h sur la RD 751 (reliant Nantes et Pornic), route limitée administrativement à cet endroit à 90 km/h.
Mes commentaires:
Il est anormal que cette affaire ait été connue des médias, j’émets l’hypothèse que c’est la gendarmerie locale qui est à l’origine de cette communication à la presse. Comme je l’indique par ailleurs sur ce site, je suis opposé à toute limitation de vitesse administrative quelle qu’elle soit en quelque endroit du globe que ce soit pourvu que la simple prudence soit de mise; sur cette portion de la RD 751 à cette heure d’une nuit printanière aux bonnes conditions météorologiques un conducteur normalement entraîné et en parfaite condition peut rouler à plus ou moins 200 km/h.
Il est tout à fait légitime que le chauffeur de M Bertrand n’ait pas été sanctionné, ce qui est anormal c’est d’une part qu’il ait été arrêté et d’autre part que d’autres personnes dans les mêmes circonstances puissent être sanctionnées.

2) Réunion publique le 20 juillet 2010 à partir de 20 h à l’espace culturel du Val saint-Martin, avec entre autres le maire de Pornic Philippe Boënnec, Xavier Bertrand, Nadine Morano. Cette dernière, qui reste muette durant toute la soirée, se distingue par une extraordinaire séquence de trépignement de pieds heureusement amortie par les tapis disposés au préalable par le personnel technique de la ville…

Équipe municipale dirigeante (2014 à 2020).

 

(Photographie prise au salon de l’agriculture en 2017 et publiée dans la revue « Le Courrier du Pays de Retz », M Brard à l’avant-plan au centre, droits réservés).

Le maire actuel de Pornic est M Jean-Michel Brard, depuis les élections de 2014.

Le maire, Jean-Michel Brard.

Personnalité, goûts.

Ci-contre à droite son blason armorié sur sa « page Facebook » (en français fesse de bouc).
Il est commerçant de profession.
Pour cet homme le visiteur de la ville de Pornic a en priorité les activités suivantes : manger, boire, faire la fête, dépenser de l’argent au casino et dans quelques magasins.

Visions d’avenir.

Le casino de Pornic changera de localisation dans quelque temps. M Brard a décidé d’affecter l’immeuble actuel exclusivement à des bars, des brasseries, des restaurants. Il ne prévoit pas de solliciter l’ensemble de la population sur ce sujet.

Citations de Monsieur le maire de Pornic, Monsieur Jean-Michel Brard
  • « Un élu s’est plaint des embouteillages du dimanche matin entre l’entrée sud-ouest de la ville et le magasin U, c’est donc un mauvais élu car il ne fréquente pas les magasins du centre ville » (réunion publique, salle municipale du Clion sur Mer, 20 juin 2016).
    • « la tendance actuelle est de supprimer des ralentisseurs dans les rues de la ville. » (réunion publique, salle municipale du Clion sur Mer, 20 juin 2016). Plusieurs années après on attend toujours…
  • Le 8 mai 2017 il passe en revue les effectifs de l’orchestre d’harmonie municipale de la ville de Pornic, il embrasse à cette occasion tous les musiciens de sexe féminin, et serre la main des autres. Arrivant à ma hauteur il déclare : « ah non Monsieur Bergeron, je ne vais pas vous embrasser, il y a des limites ! »
  • « Ah ça ne m’étonne pas de ces gens-là! », ces propos plutôt méprisants ont été tenus en 2017 juste après un vote en communauté d’agglomération, lorsque le maire de Pornic, sorti pendant ce vote, est rentré, a demandé le résultat du vote et a appris que certains élus s’étaient abstenus…

Ci-contre une capture d’écran de la « page Facebook » de cet homme, datée du 6 juillet 2017, à la suite de la disparition d’une bouée de sauvetage. Bien observer le style littéraire…
https://www.facebook.com/maire.de.pornic/

Je fais remarquer, en commentaire, que la colère n’est jamais bonne conseillère. Pour seule réponse il verrouille sa « Page Facebook » pour y interdire tout commentaire de ma part.

  • Le 16 juillet 2017 il prend la parole juste avant le début de la troisième manifestation aérienne annuelle estivale incluant la Patrouille de France : « voilà un projet en passe d’aboutir »
  • « Monsieur Bergeron, il est là dans la salle, c’est lui qui écrit dans les journaux et qui demande que les ralentisseurs non conformes aux normes soient enlevés, je ne vois pas pourquoi j’enlèverais des ralentisseurs, il y en a dans toutes les villes… » (Assemblée générale de l’association des amis de Sainte Marie sur Mer, 4 août 2017, ces propos sont suivis d’un silence assourdissant dans la salle…)

Une certaine affaire de famille.

Madame Hugues, adjointe aux finances depuis les élections municipales de 2014, est la fille du maire précédent, Philippe Boënnec. Elle se présente aux élections législatives de juin 2017 avec l’investiture des partis politiques UMP et UDI (UDI seulement au niveau national), pour la neuvième circonscription de Loire Atlantique, elle est sèchement battue au second tour par Yannick Haury, maire de Saint-Brévin, candidat du parti du Président Emmanuel Macron.
De 2010 ou 2011 à 2015, la gestion de la messagerie électronique de la ville a été confiée, contre rémunération, à la société Evea Group dont le Directeur associé de l’antenne de Nantes était Arnaud Hugues, conjoint de Madame Hugues et donc beau-fils du maire de l’époque, Philippe Boënnec.

Liens avec certains partis politiques

Madame Hugues, première adjointe municipale, préside le comité de la neuvième circonscription de Loire Atlantique du parti politique « Les Républicains ». Monsieur Joël Herbin, adjoint municipal chargé des mobilités, commandant les services techniques de la ville, est également membre du parti politique « Les Républicains » et membre de ce comité.

Pratique du pouvoir

Systématiquement, pour chaque réunion délibérative du conseil municipal, les élus municipaux dans leur ensemble sont informés avant la réunion et convoqués au plus petit délai permis par la loi, c’est à dire ici cinq jours francs avant la tenue du conseil…
A Pornic on pratique volontiers le « conseil municipal privé », c’est à dire une réunion non publique interdite à la presse et aux personnes non agréées par le maire, à l’initiative du maire et sur invitation du maire, dépourvue de tout pouvoir de décision, souvent consacrée à une exposition de projet afin de recueillir quelques avis et de distiller quelques idées…

La ville est quadrillée, tenue par un réseau de clientélisme. Presque toutes les associations sont contrôlées.
Pour contrôler une association on utilise à grande échelle « la technique du fusible », c’est à dire qu’on mandate une personne « bienveillante » pour devenir président de l’association, en donnant si besoin, avec l’aide d’élus, un léger coup de pouce (ou un sérieux  coup de main) lors d’une assemblée générale, puis on soumet cette personne au chantage à la subvention, en usant de l’adage « qui paie commande »…

Les habitants de Pornic s’appellent officiellement les Pornicais, dans les faits ils sont appelés les riverains et traités comme tels.

Soutiens de l’équipe municipale aux commandes, « fusibles », interfaces.

Associations avec autres communes, conglomérats.

La commune de Pornic est incluse jusqu’à la fin de l’année 2016 dans la « communauté de communes de Pornic » (site: http://ccpornic.fr/), comme son nom l’indique cette « communauté » est dirigée et contrôlée dans les faits par le maire de Pornic qui est aussi président de la « communauté de communes ». Les décisions du conseil communautaire sont prises en privé et en petit comité par les membres du bureau de ce conseil; les séances publiques de ce conseil, où siègent des élus de l’opposition, sont des séances d’enregistrement pour la forme et n’ont dans les faits aucun pouvoir de décision.
A compter du premier janvier 2017, un échelon supplémentaire s’ajoute à cela, le conglomérat de « la communauté d’agglomération de Pornic et du Pays de Retz », ce conglomérat englobe la communauté de communes de Pornic qui disparaît juridiquement. Le logo choisi, après étude aux frais des contribuables, est ci-contre.
Son style, son respect de la langue française, l’importance relative des différents mots reflètent parfaitement l’état d’esprit, les goûts, les attraits culturels des décideurs locaux. On sait d’emblée qui va contrôle et dirige ce conglomérat…
Le fonctionnement de ce conglomérat est exactement semblable à celui de l’ancienne communauté de communes. L’équipe municipale dirigeante de Pornic accapare tous les postes disponibles au bureau du conglomérat pour en exclure tous les membres de l’opposition municipale pornicaise. Les rares séances (publiques) du conseil communautaire sont de simples chambres d’enregistrement, où les quelques conseillers qui osent s’abstenir ou voter contre ce que le maire de Pornic a décidé en bureau sont raillés et insultés. Lors des réunions du conseil communautaire, certains élus de la majorité municipale de Pornic sont présents tout en s’occupant exclusivement de leurs téléphones cellulaires… La maire de la Bernerie en Retz est président de la commission des transports de cette communauté d’agglomération, entre janvier 2017 et août 2017 cette commission n’a jamais été réunie…

Ci-contre page de couverture du magazine n° 1 du conglomérat, en septembre 2017.

Nuisances

Tous les habitants de Pornic sont l’objet en permanence d’un harcèlement téléphonique commercial non sollicité au préalable, sur le réseau filaire, toute l’année, six jours sur sept du lundi au samedi, de 9 h à 20 h.
La dernière sophistication des malfaiteurs qui procèdent à ces agissements est la fabrication de faux numéros de téléphone qui apparaissent sur les appareils des personnes appelées.

Paysages urbains.

 

1) Poteau téléphonique désespérément penché depuis le début de l’année 2017 jusqu’en septembre 2017, près de la rue Jean Moulin et de la rue Saint-Michel.
Ceci reflète parfaitement l’état du réseau téléphonique en France et  l’état d’esprit de ceux qui le contrôlent depuis que l’ensemble des télécommunications n’est plus un organisme d’État.

 

Ce qui, par une sorte d’osmose, conduit à des dégradations volontaires sur un abri d’attente d’autobus tout proche…

Gestion des déchets et ordures ménagères à Pornic

Depuis le début de mandature de M Brard en 2014, des bacs  de recueil de déchets ont été implantés sur l’espace public. Systématiquement tout espace fréquenté par la jeunesse, établissement scolaire, école de musique, installation sportive, a reçu ce type d’ornement, et se voit du même coup privé de quelques places de stationnement.

Ci-dessous la décoration extérieure des installations de tennis au Clion sur Mer, le 10 mars 2018.

Interrogé sur cet état de fait le 22 février 2018 lors d’une réunion du conseil d’administration de l’école de musique, l’adjoint à la culture de la municipalité de Pornic a répondu que cette promiscuité organisée et systématique des ordures et de la jeunesse, à Pornic, permet de « sensibiliser les jeunes au traitement des ordures ménagères »…

 

Accueil des visiteurs, repli sur soi.

Dans les années 80, le visiteur de la plage de la Joselière était accueilli par un panneau : « Plage interdite aux chiens et aux Arabes », la fin du texte ayant été rajoutée à la main…

Boulevard Thiers, photographie prise au printemps 2017, cette situation cocasse dure depuis des années. Ici les visiteurs ne sont pas les bienvenus et sont priés de passer leur chemin rapidement…

 

Ci-contre l’intersection de la rue de la plage de la Birochère et de l’allée des frênes en juillet 2014. Bien remarquer l’accumulation de symboles, d’entraves, symbolisant à la perfection la haine du visiteur: la zone de non-droit réservée aux maîtres de la ville, « les riverains », le sens interdit (évidemment non respecté par les résidents), la limitation de vitesse fictive (les vélos y roulent à plus de 50 km/h), et même, en été seulement, les poteaux de bois qui rétrécissent encore la largeur du passage, jusqu’à une chaîne de plastique qu’on n’a jamais vue tendue d’ailleurs…

 

Là aussi, impasse de la falaise (quartier de la Birochère) le visiteur n’est vraiment pas le bienvenu.
Aurait-on une préférence pour les personnes à exclure de cet endroit?…
Photographie prise le 21 juin 2018.

Entraves volontaires à la circulation et aux déplacements.

  • Exemple de piège potentiellement mortel, rue de la source, validé par certains élus.
    La première photographie est prise peu de temps après la « construction » de ces obstacles par les services techniques de la ville (placés sous l’autorité directe du maire).
    Les piétons ou conducteurs de deux roues broyés par les véhicules piégés entre les deux chicanes n’ont aucune chance de rester en vie…
    Et encore moins depuis qu’il y a souvent un véhicule en stationnement au niveau de la sortie…
    Comme ici le 21 mai 2017.

 

 

 

 

  • Un autre piège potentiellement mortel pour les piétons et conducteurs de deux roues en particulier, un « ralentisseur » de type trapézoïdal en matière plastique (glissante en cas de pluie), implanté dans un virage prononcé, boulevard de l’océan, non loin d’un centre de secours.
    Ce qui est complètement contraire aux normes en vigueur, à savoir:

    Le décret n° 94-447 du 27 mai 1994 relatif aux caractéristiques et aux conditions de réalisation des ralentisseurs de type dos d’âne ou de type trapézoïdal et ses annexes
    Ce décret rend obligatoire la conformité des ralentisseurs de type dos d’âne ou trapézoïdal à la norme AFNOR P 98-300.
    Il définit les modalités techniques d’implantation et de signalisation de ces équipements, précisées par ailleurs dans ses annexes :
    L’annexe 1 prévoit ainsi que les ralentisseurs de type dos d’âne ou trapézoïdal ne peuvent pas être isolés.
    L’annexe 2 précise leur localisation géographique : leur implantation est ainsi limitée aux agglomérations, aux aires de service ou de repos routières ou autoroutières et aux chemins forestiers. La zone d’implantation doit en outre être limitée à 30 km/h. L’annexe 3 fixe un certain nombre d’interdictions pour l’implantation des ralentisseurs – ils sont interdits sur des voies où le trafic est supérieur à 3 000 véhicules en moyenne journalière annuelle.
    – ils sont également interdits en agglomération :
    sur les voies à grande circulation,
    sur les voies supportant un trafic poids lourds supérieur à 300 véhicules en moyenne journalière annuelle,
    sur les voies de desserte de transport public de personnes,
    sur les voies desservant des centres de secours (sauf accord préalable des services concernés),
    à moins d’une distance de 200 mètres des limites d’une agglomération ou d’une section de route à 70 km/h,
    sur les voies dont la déclivité est supérieure à 4 %,
    dans les virages de rayon inférieur à 200 mètres et en sortie de ces derniers à une distance de moins de 40 mètres de ceux-ci,
    sur ou dans un ouvrage d’art et à moins de 25 mètres de part et d’autre.

    Autre vue, plus rapprochée, de cette « installation », on peut remarquer en complément que la circulation s’effectue à gauche dans ce boulevard si on respecte le marquage au sol… A noter aussi l’état de délabrement de l’ensemble.
    Questionné par mes soins sur cet état de fait, l’adjoint aux mobilités, M Joël Herbin a reconnu lors d’une réunion publique être parfaitement conscient de ces errements. Il n’a pas été apporté le moindre changement depuis…
    Les photographies ont été prises le 11 février 2017.
    Il y a quelques années un cycliste a été grièvement blessé dans cette avenue.

    • La rue du golf.
      Cette rue est actuellement la voie la plus directe entre les centres des bourgs de Pornic et de Sainte Marie sur Mer. Elle traverse un terrain de golf.
      A la grande satisfaction de M Joël Herbin, adjoint aux mobilités qui habite tout près de là (satisfaction exprimée lors d’une réunion publique avec une extase comparable à celle d’un vieux Tibétain faisant tourner un moulin à prières, c’était presque de l’adoration), elle a été parsemée de ralentisseurs non règlementaires (qu’on peut sans exagération qualifier de tas de gravats) associés à des rétrécissements, le point culminant étant l’avant dernier obstacle implanté en pleine sortie de virage pour mieux prendre par surprise l’usager de la voie publique qui ose s’aventurer sur ces terres « réservées ».

Mise à sac de la ville par la société ESVIA.

 

Photographie prise le 24 juin 2017 rue Mermoz (secteur de Sainte-Marie sur Mer)
En juillet 2017, au frais du contribuable pornicais, cette société ESVIA fond sur la ville en y envoyant plusieurs véhicules jaunes de chantier mobile chargés de dessiner au sol, en de multiples endroits, des bandes rectangulaires recouvertes de gravillons amovibles de couleur sable décorées de deux chiffres de couleur verte. Le résultat est un danger mortel généralisé pour les véhicules à deux roues dans toute la ville.
Interrogé par mes soins un responsable de cette société me répond que le caractère amovible des gravillons est normal dans un premier temps et qu’il appartient au personnel municipal de les « balayer », ceci étant prévu le 17 juillet 2017. Aucun balayage n’a lieu à cette date ou à une autre date.
Cette signalisation s’apparente à une décoration sans aucune existence légale. Seule la signalisation verticale (en matière de vitesse) peut être opposée aux usagers de la voie publique.
Le 14 juillet 2017 dans l’après-midi, la jeune conductrice d’une voiture s’engage dans la rue Pierre Fleury,  roule sur une décoration de ce type, puis panique, traverse la chaussée, et emboutit sévèrement plusieurs véhicules stationnés sur sa gauche, en sens inverse. Pompiers et gendarmes sont mobilisés. Il n’y a aucun lien avéré entre la décoration roulante à cet endroit et cet accident.

Signalisation routière.

Panneaux remarquables.

Photographie prise le 23 novembre 2015, rue Robert Schuman. Le panneau situé sous le signal « stop » n’existe pas dans la liste officielle des panneaux règlementaires français et semble être une « fabrication maison ». Il semble signifier qu’il ne faut aller ni à gauche ni tout droit. Dans ce cas la signalisation correcte serait le panneau d’obligation de tourner à droite (à fond bleu, codé B21-1) qu’on aperçoit en arrière-plan, associé au panneau d’interdiction de tourner à gauche (codé B2b, reproduction ci-contre) placé sous le signal stop.
Les obstacles (encore!) situés au milieu de la chaussée face à rue Robert Schuman empêchent de toute façon d’aller tout droit.
En attendant une personne peut ne pas comprendre ce panneau mystérieux, tourner à gauche, se retrouver bloquée et à contre-sens, provoquer un accident puis plaider le caractère non règlementaire de ce panneau.
Interrogé en 2016 par mes soins sur cette anomalie, l’adjoint aux mobilités, M Joël Herbin, se contente de me répondre par écrit que ce sont les services du département de Loire-Atlantique qui sont responsables de cet état de fait car la voirie concernée est départementale…

Entretien des voies publiques communales.

A partir de mars, au printemps et à l’été 2017 eut lieu dans toute la ville un déchaînement, comme la ville n’en avait jamais connu, contre les plantes poussant en bordure de la voie publique. Les exécutants furent les employés des services techniques. Seules quelques roses trémières échappèrent à l’extermination méthodique et planifiée à l’aide d’appareils rotatifs à fil et de souffleurs. Pas un bouton d’or, pas une marguerite, pas une digitale, pas un coquelicot, n’a survécu…
Bonne surprise aucune terreur semblable en début d’année 2018, c’est seulement au début du mois de juin que fut mise en œuvre une extermination, plus douce qu’en 2017.

Pornic, une ville qui rouille.

La ville de Pornic est rongée par la rouille.

Sont particulièrement concernés tous les « mobiliers urbains », achetés et mis en place par l’équipe municipale dirigeante aux frais de la collectivité, souvent après choix du « moins-disant » dans les appels d’offres, on se doute du résultat sur la qualité… Ce qui conduit au remplacement prématuré des équipements et à terme à un coût pour la collectivité bien supérieur au coût d’équipements de bonne qualité.

Sont concernées également d’innombrables boîtes à lettres, quand on sait qu’il est possible d’en acheter en métal non traité préventivement contre la corrosion…

Les innombrables artisans et entreprises de travaux publics présents dans la région sont presque tous complices de cet état de fait, bien peu d’entre eux ne transigent pas avec la qualité à long terme.

Illustration : la plaque de l’escalier Jean Boisteau, plage de la Birochère.

Plaque en hommage au professeur du club de la plage de la Birochère de 1952 à 1982. Photographie prise le 27 mai 2018.
Plaque en hommage au professeur du club de la plage de la Birochère de 1952 à 1982, détail. Photographie prise le 27 mai 2018.

 

 

Il s’agissait de rendre hommage à un professeur d’éducation d’éducation physique qui a animé le club de la plage de la Birochère pendant trente ans.
On a choisi une plaque de récupération (anciennement rue du hameau), et on l’a fixée sommairement, sans aucun scellement ou soubassement, sans aucun souci du travail bien fait, par quatre boulons d’acier non traité contre la corrosion… Cette anecdote, révèle tout un état d’esprit vicié dans cette ville de Pornic!

Liquidation des lieux d’enseignement.

Le commando des liquidateurs

Ci-contre une photographie parue dans le journal Le courrier du Pays de Retz le
17 avril 2015, à gauche l’homme fort de la société Loire Atlantique développement -SELA, en deuxième position le maire de Pornic Jean-Michel Brard, en tout les quatre liquidateurs du lycée du Pays de Retz qui ont décidé que ce lieu d’enseignement et de culture serait réduit à l’état de poussière et qu’il n’en resterait strictement rien, pas même le nom d’une rue en souvenir…
Pour les membres de ce quarteron de choc, la vie humaine vaut-elle autant que la vie d’un parpaing?

Urbanisme.

Liaison entre la « ville basse » (au niveau des quais du vieux port) et la « ville historique » (ancien hôpital).

Historique.

Ce projet a été initié et révélé par l’équipe municipale au pouvoir, dirigée par le maire Philippe Boënnec, avant les élections municipales de 2014.

(……………texte à venir)

Consultation publique du 12 au 23 mai 2017 rue de la marine.

Trois projets sont présentés.

Voici ma position, datée du 23 mai 2017:

Rappel et précision: je suis le premier signataire de la pétition s’opposant au projet initial (2013 2014) comportant des escalators, cette pétition, toujours en ligne, a été initiée, non pas par l’ADRP, mais par Mme Chantal Guichaoua, adhérente de base de l’association ADRP.
Site de cette pétition: https://www.petitions24.net/petition_contre_les_4_escalators_de_pornic
En sus de cette pétition j’ai exercé, et perdu, un recours auprès du tribunal administratif pour tenter de faire annuler la vente des terrains et bâtiments concernés au promoteur choisi par l’équipe municipale en place avant 2014.
S’ajoutant à l’opposition globale des habitants et visiteurs de Pornic, tour cela a conduit à l’abandon du projet initial et à la présente consultation publique.

Le premier projet n’est pas réalisable techniquement car il comporte une toile aérienne qui sera détruite à très court terme par les intempéries.
Le deuxième projet comporte les vues les plus séduisantes et attirantes. Mais après réflexion il faut être conscient qu’il détruit le jardin existant en totalité, et qu’il ne préserve pas du tout l’intimité des habitants de l’immeuble, puisqu’il prévoit un passage public au ras des ouvertures des logements et une terrasse publique (où ne manqueront pas de s’installer à l’occasion des commerces ambulants) servant simultanément de toit à ces logements. On imagine sans peine les nuisances et conflits à venir…
Le troisième projet est, de loin, celui qui respecte le mieux le patrimoine et l’architecture existante du lieu. Bien qu’il réduise le jardin existant à peu de chose, il a donc ma préférence.

Quoi qu’il en soit et quel que soit le projet retenu, il conviendra de consulter attentivement le futur permis de construire et les modalités précises de la rétrocession d’une partie de l’ensemble à la collectivité.
Il ne fait aucun doute que des modifications seront apportées et que la construction finale ne sera pas exactement le projet retenu tel qu’il est figure actuellement sur les documents présentés au public.

Résultats de cette consultation publique.

Le dépouillement a lieu le 23 mai 2017 en après-midi, le deuxième projet l’emporte largement.
Toutefois mes réserves et remarques sont reprises presque à l’identique par M Brard, maire de Pornic, dans un article paru page 11 dans le journal le Courrier du pays de Retz daté du 26 mai 2017, il est officiellement prévu une analyse attentive du projet, notamment financière, d’ici l’été 2017. Ceci n’a pas lieu, l’impression est que le promoteur (choisi par M Philippe Boënnec, maire de Pornic avant 2014) ne va pas s’engager dans une construction comportant beaucoup moins de logements que prévu à l’origine (c’est à dire avant les élections municipales de 2014).

 

Quelques associations locales de Pornic.

1) Tennis-club de Pornic.

Site Internet officiel: http://www.club.fft.fr/tc-pornic/
Caractéristiques originales : l’éclairage fonctionne de manière partielle et aléatoire, et les toitures des quatre courts couverts, pourtant construits en deux tranches de deux courts à plusieurs années d’intervalle, laissent passer l’eau de pluie ou de condensation et fuient depuis la construction de ces courts. Les initiés disent qu’ici le tennis se joue à six: deux pour essayer de jouer, deux pour essayer de rattraper les balles avant qu’elles n’aillent dans les flaques d’eau, deux pour filmer et rigoler… Consulté par mes soins sur ces faits, l’ancien maire M Boënnec m’a indiqué que le choix des entreprises sélectionnées pour la construction des courts a été fait, dans un souci d’économie, en direction les entreprises les « moins-disantes ». Voilà un exemple de plus où le bon marché coûte cher à long terme!
Voici quelques intervenants lors de la construction de ces courts couverts :

Maître d’œuvre Patrick Ravaud, Pornic.
Entreprise de charpente : établissements Guillot, Arthon en Retz.
Couverture : SOPREMA, Carquefou.
Électricité : SIELA, Les Sorinières.

On annonce en 2017 la construction de deux nouveaux courts, hélas ils ne seront pas en terre battue malgré le souhait de nombreux joueurs, l’ensemble des joueurs et l’ensemble de la population n’ont pas été consultés  à ce sujet.
Mieux encore, lors de leur construction au printemps 2018 il n’est même pas prévu de réaliser une ligne de pente afin d’assurer un écoulement correcte des eaux de pluie! Résultat garanti, voir la photo ci-dessous, prise le 31 mai 2018.

A Pornic on pratique le tennis sur l’eau…
2) Orchestre d’harmonie (OHVP).

Présentation de l’OHVP (Orchestre d’Harmonie de la Ville de Pornic)

3) Association de défense de la ria et du littoral de Pornic (ADRP).

Présentation de l’ADRP (Association de défense de la ria et du littoral de Pornic)

4) Association des plaisanciers de la Noëveillard.

Site de cette association:

ASSOCIATION DES PLAISANCIERS DE LA NOËVEILLARD

5) Association des amis de la Birochère.

Une page de ce site lui est consacrée:

Association les amis de la Birochère (ADLB) Pornic